Zone

Quand l’épargne devient positive

Depuis près de cinq ans, plus d’un nouveau cotisant sur deux au Fonds de solidarité FTQ est âgé de 39 ans ou moins. Est-ce à dire que les jeunes d’aujourd’hui sont plus portés sur l’épargne-retraite que ne l’étaient ceux des générations précédentes? Chose certaine, ils sont interpellés de manière plus efficace par la société de capital de développement.

D’après Denis Leclerc, premier vice-président au développement du marché de l’épargne, cela fait environ sept ans que le Fonds de solidarité FTQ tente activement de rejoindre les 39 ans et moins. Comme les départs à la retraite augmentent, le Fonds souhaite rajeunir sa cible. Mais vu la nature des véhicules d’épargne qu’offre ce dernier, le défi s’avère de taille.

Zone

La formation économique pour comprendre l'épargne-retraite

Créé en 1983 pour apporter aux travailleurs du Québec des solutions à l’importante récession économique qui frappe alors tant la province que le Canada et le reste du monde, le Fonds de solidarité FTQ place très vite la formation économique de ceux-ci au cœur de sa mission.

À compter de 1989, il met sur pied la Fondation de la formation économique — devenue ensuite le Centre de formation économique —, qui offre aux travailleurs de divers syndicats et entreprises les outils nécessaires à la bonne compréhension de l’épargne-retraite, mais aussi de la réalité économique de leurs milieux de travail ou de celles des différentes régions du Québec. Une vulgarisation économique d’utilité sociale qui a profité à pas moins de 110 000 participants ces 20 dernières années.

Zone

Solifor a investi 200 millions $ depuis 2005

Depuis sa création en 2005 par le Fonds de solidarité FTQ, la Société de gestion d’actifs forestiers Solifor a procédé à des investissements de l’ordre de 200 millions $ pour l’acquisition de propriétés forestières. L’objectif : développer ces territoires de manière durable par la plantation d’arbres et l’implantation d’activités agricoles et récréotouristiques. Solifor s’est également récemment lancée dans la vente de crédits de carbone.

«C’est notre activité du moment, reconnaît le président de Gestion Solifor, Raynald Arial. Après la mer, la forêt est le deuxième capteur de carbone et de gaz à effet de serre. Nous avons fait évaluer les nôtres et nous bénéficions ainsi d’un million de tonnes de séquestration de carbone à la bourse du carbone. Nous en avons déjà vendu 150 000 tonnes.»

Zone

Le Fonds de solidarité FTQ est un précurseur en matière de croissance inclusive

Réussite spécifiquement québécoise sans nul équivalent réel ailleurs dans le monde, les fonds d’investissement de travailleurs peuvent également se targuer d’avoir été parmi les premiers à s’inscrire dans une démarche de croissance inclusive. Ainsi, si cet objectif n’a été consacré et popularisé que depuis la crise de 2008, le Fonds de solidarité de la FTQ constitue depuis 35 ans déjà un instrument d’innovation économique et sociale en vue de sa réalisation.

« Les Fonds d’investissement de travailleurs touchent à peu près les mêmes fonctions que ce que la croissance inclusive suggère comme instruments et solutions. On peut tout à fait dire que le Fonds de solidarité FTQ était précurseur à ce niveau-là parce que ça a été lancé dans les années 80 », indique Nicolas Zorn, doctorant en science politique à l’Université de Montréal et chercheur associé à l’Institut de recherche en économie contemporaine (IREC), qui s’est penché sur la question dans le cadre de ses travaux.