De gauche à droite, Pierre-Jean Barre, directeur de l’IMREDD, Véronique Paquis, 2e adjointe au maire de Nice pour Écologie, Université et Recherche, Seul Mellouli, directeur du département de science de l’information Université Laval, Pierre-Luc Lachance, Rudy SALLES 3e adjoint au maire de Nice pour le Tourisme, Congrès, Relations internationales et Animation des quartiers, Yohann Maubrun, directeur de projet Ville Intelligente à la Ville de Québec, Carole Artault-Noury, Directrice du projet de Ville Intelligente de l’Université Laval, Marie-Christine Vidal, chef de projet TIGA à la métropole de Nice

Évolution de la Ville de Québec depuis 2012

Axé sur le réseautage, l’Intelligent Community Forum permet à toutes les villes, intéressées par les communautés intelligentes, d’échanger et de partager des expériences sur le développement des villes intelligentes.

Est-ce que Québec est dans le top 7 cette année? Son organisateur, Sehl Mellouli se garde bien de le révéler, mais revenons un peu en arrière pour savoir comment la Ville de Québec est devenue une ville intelligente et peut-être la future meilleure ville intelligente au Canada.

Depuis son classement dans le top 7 mondial des villes intelligentes, lors du Intelligent Community Forum en 2012, la Ville de Québec est très bien positionnée et elle a surtout pris conscience du terme ville intelligente. 

«On avait une belle avancée et, avec le Défi des villes intelligentes, on met encore plus en valeur nos différentes réalisations. Et surtout au gré de ces réalisations-là avec les citoyens. Ce n’est pas une ville qui décide par elle-même toute seule ce qui s’en vient, c’est vraiment en travaillant avec les citoyens, avec la société civile que les projets sont définis pour répondre à des besoins réels des citoyens.», a expliqué Sehl Mellouli.

Tournée vers les citoyens

Innovations, développement de nouvelles applications en collaboration avec des entreprises de Québec et des chercheurs de l’Université Laval. On peut penser aux alertes pour le déneigement, à l’app pour se stationner, au travail avec les non-non-voyants pour les feux de circulation.

Pour le conseiller municipal, Pierre-Luc Lachance, 2012 a été un tournant pour la Ville de Québec. «En 2012, on a vraiment pris conscience qu’il y avait des infrastructures à positionner pour le développement du wifi et ensuite on a continué à évoluer pour vraiment se tourner vers une ville intelligente résolument tournée vers les citoyens.»

Depuis, des progrès ont été faits et des comités ont été mis en place. «Juste le fait de participer au Défi des villes intelligentes, ça conscientise beaucoup de départements sur le développement futur de la ville», a-t-il poursuivi.