Abonnez-vous à nos infolettres. Obtenez en plus et assurez-vous de ne rien manquer directement dans votre boîte courriel.

Villes intelligentes

Québec, une ville intelligente résolument tournée vers l’avenir

La ville de Québec est dans le top des villes intelligentes au pays. Des spécialistes se réuniront à l’Université Laval, lundi, pour échanger sur ce concept et sur diverses applications concrètes qui affectent déjà la vie des citoyens. Nous faisons le point à la veille de cette rencontre.

Classée dans le top 7 mondial des villes intelligentes en 2012, lors de l’Intelligent Community Forum (ICF), la Ville de Québec a depuis progressé et s’est résolument tournée vers une approche multifacette au service des citoyens. 

Ce positionnement permet d’ailleurs à la Ville de Québec de se retrouver en final du concours pancanadien Défi des villes intelligentes, dont le gagnant remportera une bourse de 50 M$ pour mettre en place son projet. L’Université Laval, partenaire de la Ville de Québec dans le concours Défi des villes intelligentes, accueille également le 11 février l’ICF, qui réunira les représentants des sept villes sélectionnées parmi les plus intelligentes au monde, ainsi que des conférenciers de renommée internationale. 

Dans son projet pour le concours, la Ville de Québec mise sur une approche transversale avec différents axes qui tournent autour de la réduction des inégalités sociales en santé entre la Basse-Ville et la Haute-Ville. 

«Vancouver a juste un axe, c’est le transport intelligent», explique le conseiller municipal Pierre-Luc Lachance. Il estime que Québec a plus de chance de l’emporter avec un projet qui touche de multiples facettes.

La Ville de Québec s’est également associée avec des chercheurs de l’Université Laval pour développer son projet. «C’est un gros positif pour Québec, estime M. Lachance. Dans les autres villes [Vancouver-Surrey, Edmonton, Waterloo et Montréal], ils ont plus engagé des consultants.»

Des résultats probants

Villes intelligentes

Qu’est-ce que c’est, une ville intelligente ?

Selon le Directeur du Centre de recherche sur les communautés intelligentes à l’Université Laval, Sehl Mellouli, il existe plusieurs définitions pour parler d’une ville intelligente.

«La littérature scientifique abonde en nombre de définitions qui sont complémentaires, mais pas identiques. Il y en a plusieurs qui font référence à la technologie comme un vecteur de développement de la ville intelligente, mais il y en a d’autres où le mot technologie n’est jamais utilisé.

«Certaines villes préfèrent faire référence à une définition plus générale pour mieux répondre aux besoins de ses citoyens. Une ville qui est à l’écoute de ses citoyens, c’est une ville qui a une personnalisation des services qu’elle donne à ses citoyens. La technologie est un outil, ce n’est pas la finalité. La technologie, c’est un outil qui peut être utilisé pour mieux servir et répondre aux besoins des citoyens. Dans certaines situations, on en a besoin, mais pas dans d’autres.»

La Ville de Québec se positionne comme une ville au service de ses citoyens, qui peut utiliser la technologie dans certaines occasions.

«Quand on parle de ville intelligente, les gens pensent seulement aux technologies. Oui, les technologies, mais quand on dit au service ds citoyens, l’objectif, c’est d’améliorer le vécu quotidien d’un individu dans la cité et améliorer la qualité de vie au total de la communauté. C’est la technologie au service du citoyen», souligne le maire de Québec, Régis Labeaume.

Villes intelligentes

Quelques exemples pour illustrer la ville intelligente

L’écoquartier de la Pointe-aux-lièvres situé proche d’un pôle d’emploi et d’un parc caractérise parfaitement la volonté de la Ville de Québec de transformer un ancien secteur industriel en un secteur résidentiel avec trois projets immobiliers résolument tournés vers l’avenir. Origine, écocondos de la Pointe-aux‑Lièvres avec ses 40 mètres de hauteur, possède la plus haute structure faite de bois massif dans le monde. Écopropriétés Habitus propose des maisons de ville superposées visant la certification NovoClimat 2.0 et LEED pour habitations, et PAL6, un projet d’habitation communautaire destinés aux familles. Une borne de recharge rapide pour véhicule électrique est aussi installée dans le stationnement du parc de la Pointe-aux-Lièvres.

Villes intelligentes

Évolution de la Ville de Québec depuis 2012

Axé sur le réseautage, l’Intelligent Community Forum permet à toutes les villes, intéressées par les communautés intelligentes, d’échanger et de partager des expériences sur le développement des villes intelligentes.

Est-ce que Québec est dans le top 7 cette année? Son organisateur, Sehl Mellouli se garde bien de le révéler, mais revenons un peu en arrière pour savoir comment la Ville de Québec est devenue une ville intelligente et peut-être la future meilleure ville intelligente au Canada.

Depuis son classement dans le top 7 mondial des villes intelligentes, lors du Intelligent Community Forum en 2012, la Ville de Québec est très bien positionnée et elle a surtout pris conscience du terme ville intelligente. 

«On avait une belle avancée et, avec le Défi des villes intelligentes, on met encore plus en valeur nos différentes réalisations. Et surtout au gré de ces réalisations-là avec les citoyens. Ce n’est pas une ville qui décide par elle-même toute seule ce qui s’en vient, c’est vraiment en travaillant avec les citoyens, avec la société civile que les projets sont définis pour répondre à des besoins réels des citoyens.», a expliqué Sehl Mellouli.

Tournée vers les citoyens

Innovations, développement de nouvelles applications en collaboration avec des entreprises de Québec et des chercheurs de l’Université Laval. On peut penser aux alertes pour le déneigement, à l’app pour se stationner, au travail avec les non-non-voyants pour les feux de circulation.

Pour le conseiller municipal, Pierre-Luc Lachance, 2012 a été un tournant pour la Ville de Québec. «En 2012, on a vraiment pris conscience qu’il y avait des infrastructures à positionner pour le développement du wifi et ensuite on a continué à évoluer pour vraiment se tourner vers une ville intelligente résolument tournée vers les citoyens.»

Depuis, des progrès ont été faits et des comités ont été mis en place. «Juste le fait de participer au Défi des villes intelligentes, ça conscientise beaucoup de départements sur le développement futur de la ville», a-t-il poursuivi.