Yanic Drouin directeur général de la Coopérative des consommateurs de Lorette (Convivio) 
Yanic Drouin directeur général de la Coopérative des consommateurs de Lorette (Convivio) 

Alimentation: encore des questions sans réponse

Gilbert Leduc
Gilbert Leduc
Collaboration spéciale
Yanic Drouin souhaiterait avoir le don de clairvoyance.

«À titre de gestionnaire, on se creuse les méninges pour essayer de voir ce qui s’en vient. Mais là, avec la crise, c’est impossible de s’imaginer à quoi ressemblera demain», constate le directeur général de la Coopérative des consommateurs de Lorette (Convivio) qui opère trois épiceries IGA Extra à Québec.

Au Québec, on compte plus d’une soixantaine de coopératives d’alimentation. Fondée en 1938, Convivio compte près de 21 000 membres et 550 travailleurs.

Yanic Drouin aimerait bien prédire ce qu’il adviendra, une fois la pandémie passée, des mesures prises pour protéger la santé des travailleurs et des clients.

Pendant combien de temps encore les consommateurs seront-ils accueillis par un employé qui les fait entrer au compte-gouttes à l’intérieur du commerce et leur explique les consignes d’hygiène ? Est-ce que la désinfection des paniers et des poignées de portes fera dorénavant partie de la routine ?

«Nous n’avons pas encore suffisamment de recul par rapport à la situation pour répondre à ces questions. Même si l’on parle de plus en plus de déconfinement, nous sommes toujours en gestion de crise», insiste Yanic Drouin.

Certaines habitudes des consommateurs ont changé depuis les trois derniers mois. L’épicerie en ligne a gagné des adeptes.

«Nous sommes passés de deux à six livraisons quotidiennes par camion au cours des premières semaines de la pandémie. Il y a eu une légère diminution ces derniers temps. Il y a certainement des consommateurs qui vont continuer d’acheter en ligne», explique M. Drouin en mentionnant que le ramassage en magasin connaissait un gain de popularité.

Si la boule de cristal du dg de Convivio demeure encore embrouillée, il croit dur comme fer que le phénomène d’achat local n’est pas un mirage.

«La crise a réellement suscité une prise de conscience collective sur l’importance de consommer des produits et des aliments de chez nous. Chez IGA et au sein de notre coopérative, ça fait partie de notre ADN de travailler avec les producteurs locaux et nous allons essayer d’en faire plus encore», assure Yanic Drouin qui a tenu à souligner le travail de ses employés. «Ils ont fait preuve d’une capacité d’adaptation extraordinaire. En plus, ils devaient gérer leur vie à l’extérieur du travail. Ils sont nos héros.»

LA LEÇON APPRISE

«Être vigilant. Et l’être même davantage en période de déconfinement.»


La Coopérative des consommateurs de Lorette (Convivio) qui opère trois épiceries IGA Extra à Québec.