Martir Rioux, directrice général de Québec numérique, Louis Leclerc, responsable du Pixel Challenge et Raymond Poirier, porte-parole de l’Institut Technologies de l’information et Sociétés (ITIS)

Semaine numérique: la capitale s’anime

Pendant 10 jours, du 5 au 15 avril, Québec devient la capitale du numérique avec des centaines de spécialistes réunis pour des conférences avec les experts ou la venue de maîtres dans leur domaine pour présenter les dernières avancées du numérique.

La Semaine numérique Québec demeure le plus grand événement du genre au Canada qui réunit toutes les couches de l’écosystème de la grande région de Québec, de la province et de visiteurs étrangers

Que ce soit le Web, les assurances, l’intelligence artificielle, la sécurité informatique, la santé à l’ère du numérique, même les innovations culturelles et la création de jeux vidéo ou d’animation, tous les sujets sont analysés de manière à stimuler le milieu des technologies à croitre davantage.

«Nous attendons plus de participants tout en ajoutant des nouveautés cette année», explique Martine Rioux, la nouvelle directrice générale de Québec Numérique. Par exemple, le Forum des innovations culturelles durera trois jours au lieu d’une seule journée. La première étape se passe au Musée de la civilisation alors que la suite de l’événement se déroule à la chapelle du Musée de l’Amérique française. Les organisateurs estiment que la culture et le numérique ont besoin l’un de l’autre pour ouvrir de nouveaux chemins.

Il y aura de nombreuses conférences sur le sujet de l’heure, l’intelligence artificielle, avec une quinzaine de conférenciers de haut niveau au Hilton, dont Yoshua Bengio, directeur scientifique, MILA l’Institut d’IA du Québec, des sommités de l’Université Laval et des gens de l’industrie comme ceux du Groupe Optel ou Tales.

Parmi les éléments de la semaine numérique, il y a le CréaCamp où les professeurs expérimentent des projets technologiques à réaliser dans leur classe.

On discutera entre autres de l’apprentissage profond, de données massives, de l’industrie 4.0 et de la collaboration humain-robot. «Il y aura autant le volet recherche que le volet innovation pour ceux qui s’intéressent au développement de l’intelligence artificielle», expose Raymond Poirier, porte-parole de l’Institut Technologies de l’information et Sociétés (ITIS).

Même la santé n’échappe pas à l’attraction numérique. Toute la journée du 13 avril se déroulera dans le lieu qui a vu naître le système de santé en Nouvelle-France, le Monastère des Augustines. On y posera un regard sur l’évolution du numérique en santé au moment où «différents outils ou solutions émergent et ouvrent, à leur façon, des portes tant pour la pratique de la médecine que pour son organisation», souligne la présentation de l’événement organisé par l’ITIS de l’Université Laval.

Parmi les autres nouveautés, on note la journée sur le commerce électronique pour les entrepreneurs et les détaillants qui veulent en savoir plus sur cette manière de faire des affaires.

Dans la même veine, l’Association de sécurité de l’information du Québec (ASIQ) déplace son rassemblement annuel en cybersécurité et sécurité de l’information pendant la Semaine numérique. «Au lieu de tenir son événement en novembre, l’ASIQ a décidé de faire partie de la Semaine numérique pour profiter de l’initiative et de l’environnement numérique du moment», ajoute Mme Rioux.

Même les enseignants du primaire et du secondaire auront droit à une journée de formation avec un CréaCamp où ils découvriront les compétences à acquérir dans la nouvelle ère numérique dans des ateliers pratiques en ludification (le jeu dans l’apprentissage). «Les professeurs partiront avec des outils pour leur classe, ce seront des projets clé en main à mettre en pratique, comme des jeux d’évasion», continue Mme Rioux en rappelant qu’il s’agit d’une initiative de l’organisation École branchée.

Parmi les sujets qui reviennent, il y a Insurtech dans le monde l’assurance, la réalité augmentée, les matinées numériques de l’ITIS, des ateliers d’initiation à la programmation improvisée et la soirée NUEVA de Femmes Alpha autour des femmes dans l’économie du numérique.