Pour 2020, Yves Proteau prévoit une poussée de l’ordre de 38% pour APN Global.

Automatisation intelligente des manufacturiers: la manière APN Global et Robotiq

«On est bons», tranche le coprésident d’APN Global, Yves Proteau.

L’entreprise familiale spécialisée dans la fabrication de pièces métalliques de haute précision destinées principalement à l’industrie de l’aéronautique a enregistré une croissance de 18% de ses affaires en 2019. Elle avait été de 35% par année au cours des trois exercices précédents. Et pour 2020, Yves Proteau prévoit une poussée de l’ordre de 38%.

«Quand tu es performant, tu deviens plus compétitif. Quand tu livres à temps et que tu donnes du bon service, tout le monde veut acheter tes produits. Quand tu parles avec tes clients et qu’ils te trouvent intelligent, ils n’iront pas voir ailleurs», affirme Yves Proteau.

«Et on ne vend pas plus cher que les autres. Tantôt, on va même vendre moins cher, car nous parvenons constamment à réduire nos coûts de production.»

La réputation de cet atelier d’usinage n’est plus à faire. Il est un modèle en matière d’automatisation, de robotisation et d’implantation de systèmes intégrés de contrôle de production.

En 2019, APN Global a été placée sur un piédestal successivement par l’Association pour le développement de la recherche et de l’innovation, par le Mouvement québécois de la qualité et par Sous-Traitance Industrielle Québec. Sa détermination à implanter des systèmes de production intelligents intégrant des technologies numériques, comme les algorithmes et l’intelligence artificielle, afin d’optimiser le rendement des machines et des travailleurs a été récompensée. 

En 2018, APN Global a décroché la certification Vitrine 4.0 émise par le gouvernement du Québec, dans le cadre d’un programme mettant en valeur des manufacturiers ayant amorcé un projet de transformation numérique. Seulement trois entreprises ont obtenu cette certification. APN Global a été la première.

Une solution appelée Robotiq

Dans un rapport publié en septembre dernier, le Centre de recherche sur la productivité et la prospérité de HEC Montréal déplorait le fait que peu de manufacturiers au Québec avaient pris le virage 4.0 et ce, en dépit des «milliards de dollars» injectés par l’État pour les encourager à investir dans l’automatisation intelligente et dans l’intégration des nouvelles technologies pour améliorer leur compétitivité et les rendre moins dépendantes des fluctuations du huard.

«Les petites entreprises investissent non seulement peu dans les technologies de pointe en raison de leur coût, mais elles ne les jugent pas nécessaires à la poursuite de leurs activités», constatait le rapport.

Fabricant de mains adaptatives robotisées, de capteurs et de caméras utilisés dans le déploiement de robots collaboratifs, Robotiq achemine 95 % de sa production à l’extérieur du Canada. 

«Nous exportons de la productivité», signale le pdg et cofondateur de l’entreprise de Lévis, Samuel Bouchard. «Des clients de chez nous, comme APN Global, nous aimerions en avoir plus.»

«Ce que nous vendons, ce sont des outils faciles à installer. Nos interfaces de programmation se veulent les plus intuitives possible afin de permettre à un plus grand nombre de PME de recourir à des robots collaboratifs pour effectuer les tâches les plus répétitives et ainsi trouver une piste de solution à la rareté de main-d’œuvre.»

Yves Proteau et William St-Germain, ingénieur en automatisation. Les deux hommes posent devant le robot fabriqué en collaboration avec Robotiq de Lévis.

+++

INDUSTRIE 4.0

«L’industrie 4.0 se caractérise par une automatisation intelligente et par une intégration de nouvelles technologies à la chaîne de valeur de l’entreprise. Il s’agit d’une transformation numérique qui bouleverse l’entreprise manufacturière en apportant des changements radicaux non seulement aux systèmes et processus, mais également aux modes de gestion, aux modèles d’affaires et à la main-d’œuvre. La connectivité des données et des objets est la composante déterminante de l’industrie 4.0»

Source : Ministère de l’Économie et de l’Innovation du Québec. Industrie 4.0 : les défis de la quatrième révolution industrielle