L’un des hôtels Alt de l’entreprise.

Des valeurs partagées

Toute la famille travaille dans la même direction et partage les mêmes valeurs, affirme Marie Pier. C’est ce qui élimine bien des sources de conflits.

«Nous sommes là au service de l’entreprise pour qu’elle puisse grandir», souligne Marie Pier, ce n’est pas l’inverse comme lorsque la compagnie est au service des objectifs ou des ambitions de la famille. 

«Nous sommes dans l’entreprise à cause de nos compétences et parce que nous avons mérité notre place après avoir occupé différents rôles» dans le respect en maintenant des relations harmonieuses avec les autres employés. «Nous n’avons pas pris la place de personne», expose-t-elle.

Intégration facile

L’expérience d’intégration dans l’entreprise a été facile, soutient Hugo. «Plus jeune, j’avais un intérêt à travailler pour la famille, avec Jean-Yves. Dans deux cartes de Noël de suite, j’ai écrit à mon père que j’avais hâte d’aller travailler avec lui», relate Hugo.

«À 14 ans, on travaillait à différentes tâches dans différents départements», continue-t-il. «Même si parfois nous étions identifiés comme les enfants des patrons, on commençait à tisser notre lien social avec les employés, dont certains avaient travaillé pour nos grands-parents. Nous avons évolué dans différents postes des opérations jusqu’à gravir d’autres échelons.»

Les trois histoires des enfants Germain montrent qu’ils ont fait leurs études universitaires et occupé d’autres postes dans d’autres compagnies avant de se joindre la famille après quelques années d’absence. Il n’y a jamais eu de situations ambiguës.

«Nous avions de la corde en masse pour faire notre place avec de la supervision et de l’encadrement. Mais tout cela en respectant les règles. J’avais 28 ans lorsque je suis devenu directeur de l’hôtel à Brossard. Ça peut paraître jeune pour prendre une telle responsabilité. J’ai fait de mon mieux. Ce n’était pas parfait, mais une très belle occasion d’apprentissage.»

Pour Clarah, c’était une occasion de faire sa place sachant que chacun avait un rôle à sa mesure. «Nous demeurons cohérents chacun dans nos équipes pour permettre aux gens de prendre des initiatives. On laisse la place pour que les gens puissent s’épanouir dans leurs responsabilités», exprime-t-elle.

Rôles distincts

Les parents, dans leur fonction d’exercice de la coprésidence, ont des rôles distincts : Christiane s’occupe des opérations et Jean-Yves prend en charge le développement. Clarah et Marie Pier travaillent avec Christiane alors qu’Hugo travaille avec son père. Chacun a des tâches précises dans des domaines différents.

«Nous avons de nous voir tous lors de l’analyse des plans d’affaires ou dans les comités de direction. Nous avons la chance d’échanger et de partager sur différents sujets», précise Jean-Yves.

Ce ne sont pas deux solitudes qui se rencontrent, ajoute Hugo. Dans chaque projet et dans les étapes de création d’un projet, il faut les interventions des deux branches de l’entreprise pour livrer un projet final.

Il donne l’exemple de deux hôtels sur le point d’ouvrir, dont celui de Calgary qui demande une coopération constante entre l’équipe de développement avec celle des opérations, du marketing pour la livraison finale. Le modèle de travail a fait ses preuves jusqu’à maintenant.