Les membres de la famille Mercier : Jean-Philippe Dumas. Marielle Mercier, présidente, Richard Mercier, directeur général et Sébastien Mercier.

Planchers Mercier: le pionnier du plancher verni en usine

Plusieurs réussites économiques de nos régions sont d’abord des initiatives familiales. À partir d’une impressionnante liste, nous avons choisi huit entreprises, provenant de tous les horizons des régions de la Capitale-Nationale et de la Chaudière-Appalaches, et de différents secteurs d’activités pour mieux faire connaître la réalité des familles en affaires. 7e de 8. Prochain rendez-vous: 29 novembre.

Le plancher de bois pré verni de l’entreprise Mercier est né d’une manière inattendue, il y a près de 40 ans.

Le fondateur Marcel Mercier est ébéniste, il fabrique des armoires en bois verni et des meubles. À l’époque, les planchers de bois étaient en bois, mais il fallait les cirer régulièrement. Jeannette, sa conjointe lui demande s’il pourrait lui faire un plancher en bois franc verni puisqu’il fabrique déjà des armoires... Ça serait plus facile à entretenir.

C’est ainsi que sera lancée la nouvelle entreprise avec de premiers essais de vernissage en 1979. Tout était à faire, même la machinerie n’existait pas. Le département de recherche et développement était une grande inconnue dans l’équation de la nouvelle entreprise. C’était l’époque des essais et des erreurs. C’est en voyant les tordeurs d’une laveuse manuelle que l’idée à germé dans la tête de Marcel Mercier de concevoir un système capable d’étendre le vernis uniformément.

Nouvelle mode

Avec l’arrivée de la mélamine et des nouveaux matériaux à la mode dans le monde des armoires de cuisines et des comptoirs, Marcel Mercier a décidé de changer complètement de carrière pour s’investir dans un secteur complètement nouveau où il fallait tout inventer. Le risque était énorme, mais l’épreuve du temps lui a donné raison.

«Notre père a été le pionnier au Canada, peut-être même en Amérique, à développer le marché du plancher pré verni», affirme Marielle Mercier, présidente de l’entreprise basée à Montmagny.

Au début des années 1980, la production était à petite échelle pour le marché local. «Nous savions que nous avions 300 pieds carrés de plancher à produire en arrivant à l’usine, raconte Richard Mercier. Mais on ne savait pas si nous pourrions tout faire d’ici la fin de la journée. Aujourd’hui, produire la même quantité de planches, ça prend quelques minutes».

Avec la scierie de Drummondville, qui prépare toutes les planches dans les différentes essences de bois dur d’arbres de l’Amérique du Nord, la production de l’usine de Montmagny varie entre 12 millions et 15 millions de pieds carrés de planches pré vernies par années vendues au Canada et aux États-Unis.

De trois à quatre personnes dans la première usine, l’entreprise compte maintenant un peu plus de 300 employés dans ses deux usines québécoises dirigées par deux des quatre enfants de Marcel et Jeannette Mercier, Marielle et Richard, alors que la troisième génération se prépare à prendre le relais dans l’avenir.

Jean-Philippe Dumas, le fils de Marielle, et Sébastien Mercier, le fils de Richard, tous deux comptables de formation, sont officiellement dans la direction l’entreprise depuis huit ans environ. Le premier, comme directeur des ventes, et le second, comme directeur des finances.

Toutefois, ils ont mis les pieds dans l’usine depuis leur adolescence dans tous les postes dans l’entreprise, que se soit après les classes pour faire de l’entretien comme employés de maintenance, à l’emballage ou ailleurs dans la production pendant les vacances sociales. Les études terminées, les deux jeunes hommes viennent poursuivre l’histoire de la compagnie du grand-père.