Le bâtiment orginal de la laiterie a été complètement transformé au fil des ans.

Laiterie Charlevoix: de la laiterie aux fromages fins

Plusieurs réussites économiques de nos régions sont d’abord des initiatives familiales. À partir d’une impressionnante liste, nous avons choisi huit entreprises, provenant de tous les horizons des régions de la Capitale-Nationale et de la Chaudière-Appalaches, et de différents secteurs d’activités pour mieux faire connaître la réalité des familles en affaires. 6e de 8. Prochain rendez-vous: 22 novembre.

En 1948, Elmina Fortin et Stanislas Labbé fondent la laiterie pour embouteiller et distribuer du lait dans la région, celui de leur ferme, puis celui des autres. En même temps commence la production artisanale de fromage.

La terre où est établie la Laiterie Charlevoix appartient à famille depuis le milieu des années 1800. Jusqu’en 1948, il s’agissait d’une ferme laitière familiale comme il y en avait des centaines dans la région.

Soixante-dix ans plus tard, les sept fils de Marcel Labbé et d’Isabelle Potvin dirigent l’entreprise des grands-parents fondateurs. Et la quatrième génération commence à prendre sa place avec cinq cousins et cousine.

«Nous préparons la relève», affirme Bruno Labbé, directeur général de l’entreprise, et son frère Dominique, maitre-fromager. «Comme nous avons découvert notre vocation dans l’entreprise pour lui donner une nouvelle tournure après la mort de notre père en 1989, nous croyons que les enfants découvriront aussi leur voie pour amener la Laiterie Charlevoix» vers de nouveaux horizons.

C’est déjà en marche, car à la suite de l’acquisition du distributeur Aux Terroirs, en les produits de Charlevoix sont distribués partout au Canada. Avec ses 15 employés dans la région de Montréal, la division de distribution est dirigée par l’un des petits-fils Labbé. Le marché ne se limite plus aux régions de Charlevoix, de Québec ou de la Côte-Nord, mais la nouvelle génération établit des ponts dans la région de Toronto et en Nouvelle-Angleterre, à Boston.

LES DÉBUTS

Lors de la création de la Laiterie Charlevoix, outre la distribution du lait des producteurs locaux, la famille Labbé, avec Marcel et son père Stanislas, se lance dans la fabrication de fromage dans le premier bâtiment de l’entreprise au même endroit ou se trouve la boutique et une des unités de fabrication de fromage.

La ferme laitière fermera en 1984, lorsque Marcel Labbé sera affecté par la maladie. Il décèdera en 1989 et les enfants reprendront la direction des opérations. Entretemps, leur père avait créé le Camping Genevrier et racheté les actionnaires en 1997.

«Nous produisions du cheddar en grains et du cheddar vieilli. C’était notre marque de commerce jusqu’aux débuts des années 1990», rappelle Bruno. En 1950, le commerce du lait se rendait jusqu’à Baie-Comeau. «Nous avions la distribution d’autres produits laitiers de la Laiterie Laval, comme les yogourts, le beurre, la crème et les œufs. Nous avons abandonné cette distribution des années 2000 pour nous concentrer sur la production de fromage», précise-t-il.

Ce sera le début de la production de fromage fin comme le Fleurmier, L’Origine, l’Hercule, le 1608 et Cendré des Grands-Jardins en plus du cheddar.

En 1997, la Laiterie Charlevoix fera partie des premiers économusées dans Charlevoix avec la Papeterie Saint-Gilles, à Saint-Joseph-de-la-Rive, et celui des Moulins de L’Isle-aux-Coudres. C’était les débuts du réseau québécois mis sur pied par Cyril Simard, «Pour nous, c’est un bon outil promotionnel», confirme Bruno Labbé.

Stanislas Labbé et son fils Marcel dans la laiterie au moment de l'embouteillage.

Outre la boutique à Baie Saint-Paul, dans le bâtiments principal, il en existe une autre à Lévis, près du Centre des congrès, avec quelques employés. D’autres boutiques pourraient voir le jour ailleurs au Québec dans l’avenir.