L'ancien garage Desharnais sur le boulevard Charest.

Desharnais Pneus et Mécanique: le garagiste qui aurait pu être dentiste

Plusieurs réussites économiques de nos régions sont d’abord des initiatives familiales. À partir d’une impressionnante liste, nous avons choisi huit entreprises, provenant de tous les horizons des régions de la Capitale-Nationale et de la Chaudière-Appalaches, et de différents secteurs d’activités pour mieux faire connaître la réalité des familles en affaires. 1er de 8.

Les deux filles ont failli s’étouffer. «Papa, tu ne nous avais pas dit ça!» Leur père, Denis Desharnais, le président de Desharnais Pneus et Mécanique, venait de confier qu’il aurait pu devenir dentiste. «J’avais été admis à la Faculté de médecine dentaire de l’Université Laval. Finalement, je n’y ai jamais mis les pieds. J’aimais mieux le garage. Mon instinct d’entrepreneur me disait que je pourrais faire grandir l’entreprise familiale.»

Une fois le «choc» passé, la confession de leur paternel fait rigoler Claudia et Mélanie Desharnais.

Elles, aussi, ont fait le choix de consacrer leur vie professionnelle à la croissance du commerce mis au monde par leur arrière-grand-père Philibert Desharnais.

En 1949, ce dernier, qui exploitait une cour à bois, transforme la maison familiale en station-service.

Ses fils, Fernand et Paul, se joindront à lui.

«Mon père, Fernand, avait convaincu le sien que l’automobile allait devenir le marché d’avenir», raconte Denis Desharnais, en rappelant que l’ouverture de l’entrepôt de pneus à l’angle du boulevard Charest et de la rue Marie-de-l’Incarnation remontait à 1959.

«Je n’ai jamais vraiment envisagé faire autre chose», expose Claudia.

Pour sa cadette, Mélanie, l’idée d’aller voir si le gazon était plus vert ailleurs lui a brièvement effleuré l’esprit.

«Quand nous avions 10 ou 11 ans, papa nous amenait au garage, le samedi matin, pour classer les factures», se rappelle Mélanie en racontant qu’il s’agissait là d’une façon, pour elles, de passer un peu de temps avec leur père. «Il a toujours beaucoup travaillé. Le matin, au moment où on se levait, il était déjà parti. Quand nous nous couchions, il n’était pas rentré.»

Comme leur paternel, elles ont touché à tout dans le commerce familial. «Sauf la pose de pneus!», précisent-elles.

Les filles aux commandes

Âgé aujourd’hui de 60 ans, Denis Desharnais a ralenti la cadence afin de pouvoir se payer du bon temps.

«Les filles ont pris les choses en main et font du bon travail», laisse tomber le fier papa.

«Je continue, par contre, à signer les chèques. Cela me permet de garder un œil sur l’entreprise. Disons que je n’ai plus autant de soucis mis à part la pénurie de main-d’œuvre.» (voir autre texte)

Les deux filles sont actionnaires de l’entreprise familiale qui compte trois divisions (commercial, camion et véhicule récréatif) et cinq succursales à Québec, à Lévis et à Thetford Mines et une franchise à Clermont dans Charlevoix. Desharnais Pneus et Mécanique fait également partie de Distribution Stox, un regroupement d’entreprises québécoises spécialisées dans la distribution de pneus et d’accessoires qui dessert des concessionnaires automobiles et des ateliers de mécanique.

Au sein de l’entreprise familiale, Claudia est vice-présidente des achats. Mélanie est vice-présidente des ventes et du marketing.

Elles ont étudié en Ontario et aux États-Unis, respectivement, dans des établissements spécialisés dans l’administration de concessionnaires d’automobiles.