Adrienne et Napoléon Breton

Breton Tradition: Comment réussir une entreprise familiale?

Il n’y a pas de solutions magiques pour maintenir un équilibre entre la vie familiale et les affaires. Mais après 75 ans à travailler en famille, les Breton ont développé un savoir-faire en la matière.

Lucien Breton, qui est toujours le président du conseil d’administration, a une idée bien précise de ce qu’il faut faire pour motiver les autres générations à s’investir au sein des affaires familiales.

«Si tu veux intéresser la relève, tu dois leur donner des responsabilités et leur faire confiance. J’ai vu des entreprises où les séniors n’ont jamais fait confiance à leurs enfants, même une fois adultes.» 

Ses enfants ont été initiés aux activités de l’entreprise dès l’adolescence. Une expérience qui a augmenté l’intérêt de certains à travailler pour Breton Tradition. 

«On doit laisser chaque individu avoir sa propre vision et amener ses idées. Il faut te trouver des passions dans la vie, et quand ton travail devient ta passion il y a un effet multiplicateur», estime son fils Vincent Breton.

Quelques anecdotes

«Je posais souvent des clôtures avec mon grand-père Napoléon. Ce qui me marquait le plus de lui est, que même s’il ne savait ni lire, ni écrire, il était très efficace et savait organiser son travail de manière méticuleuse. Il était exigeant et ça marqué mon développement futur dans mon soucis des petits détails», relate Vincent Breton.

De son côté Serge, fils de Lucien, raconte que son père lui donnait des responsabilités. «Le fait de me confier des tâches à un très âge m’a inculqué le sens des responsabilités très rapidement.»

«Je ramassais des œufs dans les poulaillers avec mon père. Le travail aussi dans les porcheries a beaucoup marqué mon enfance», explique Nathalie Breton, fille de Lucien Breton.


Note – Cette série sur des familles en affaires est réalisée par la Rédaction du Soleil avec le soutien de Desjardins. Ce partenaire n’a aucun droit de regard sur le contenu.