Le chef des opérations de PolarMade, Benoît Mercier
Le chef des opérations de PolarMade, Benoît Mercier

PolarMade: vendre des pelles à la pelletée!

Gilbert Leduc
Gilbert Leduc
Collaboration spéciale
Benoît Mercier n’a pas eu à aller faire des courbettes devant les géants de la quincaillerie afin qu’ils vendent sa pelle pour le déneigement des toitures. Il a tout simplement laissé parler les résultats des premières ventes en ligne du SnowPeeler.

Et voilà que l’outil de déneigement se retrouve, aujourd’hui, dans plus de 1000 commerces au Canada et aux États-Unis. «Nous allons en ajouter 300 autres dans les prochains mois», affirme le chef des opérations de PolarMade.  

Après un passage remarqué à l’émission Dragon’s Den à CBC en novembre 2018, le SnowPeeler a connu un vif succès sur le Web. «En misant sur une campagne de publicité bien ciblée sur Facebook et Google, nous avons créé une forte demande pour le SnowPeeler et beaucoup de circulation sur notre site Internet, puis sur ceux d’Amazon au Canada et aux États-Unis.»

L’outil de déneigement développé par Benoît Mercier et son beau-frère alors qu’ils cherchaient une façon de faciliter d’enlèvement de la neige accumulée sur le toit d’un chalet s’est vite faufilé parmi les meilleurs vendeurs dans sa catégorie sur Amazon.

L’outil de déneigement développé par Benoît Mercier et son beau-frère alors qu’ils cherchaient une façon de faciliter d’enlèvement de la neige accumulée sur le toit d’un chalet s’est vite faufilé parmi les meilleurs vendeurs dans sa catégorie sur Amazon.

Une fois cette étape franchie, M. Mercier est allé cogner à la porte des quincaillers pour qu’ils proposent le SnowPeeler aux consommateurs sur leur site transactionnel respectif. Au Canada et aux États-Unis, le produit fabriqué à Québec se retrouve sur les sites d’Amazon, de Home Depot et de Costco. Ajoutez ceux de Menards, de True Value et de Walmart chez nos voisins du sud. Et de BMR et Patrick Morin de ce côté-ci de la frontière.

«Tellement satisfaits des résultats des ventes en ligne, des grossistes nous ont proposé de vendre le SnowPeeler dans leurs quincailleries. Pour nous, c’était la consécration !», souligne le patron de la compagnie qui fait travailler une quinzaine de personnes et qui possède un centre de distribution au Vermont.

Le chiffre d’affaires de PolarMade est de 3 millions $. L’objectif est de l’accroître d’un million $ d’ici 2021. Les ventes se répartissent en parts égales entre le Canada et les États-Unis. «Cette année, les ventes sur le Web devraient représenter 65 % de nos revenus. Nous devrions les multiplier par huit par rapport à l’an dernier. Pandémie ou pas.»

PolarMade — qui vient de remporter le prix de la Petite entreprise de l’année décerné par la Chambre de commerce et d’industrie de Québec — se prépare à faire ses premiers pas en France et en Allemagne.

«Un grand facilitateur, Amazon permet à n’importe quel manufacturier de devenir instantanément un exportateur», constate Benoît Mercier, qui vient de sélectionner quatre petites entreprises – trois Québécoises et une du Nouveau-Brunswick – qui pourront bénéficier des réseaux de distribution de PolarMade pour commercialiser leurs produits sur les marchés.

«Il est important de combler le retard considérable que les PME québécoises ont pris dans la distribution de leurs produits sur le Web.»

Le chiffre d’affaires de PolarMade est de 3 millions $. L’objectif est de l’accroître d’un million $ d’ici 2021.