Maryse Martin, infirmière en périnatalité : «Aider, c’est ma mission sur Terre»

Jean-François Guillet
Jean-François Guillet
La Voix de l'Est
Il suffit d’échanger avec Maryse Martin pour comprendre que le mot « aider » revient chez elle comme un leitmotiv. À l’aube de célébrer 30 ans de carrière, l’infirmière trouve le moyen de se réinventer en offrant une panoplie de services, notamment des capsules en ligne destinées aux futurs parents. Pas un instant la crise actuelle n’a fait vaciller la flamme en elle.

En tant que guide, Maryse Martin accompagne les couples dans l’aventure de la parentalité. Du plus loin qu’elle se souvienne, l’infirmière s’est sentie interpellée par ce métier. « Depuis que je suis toute petite, c’est clair. Aider, c’est ma mission sur Terre. Je veux faire la différence dans la vie des gens. Ça me parle énormément. Donc, je suis parfaitement sur mon X », confie-t-elle.

Dans sa pratique, elle laisse une place importante aux futurs parents, mais également au poupon à naître. « Je veux que les couples vivent le processus qui mène à la naissance le plus sereinement possible. C’est aussi primordial que les bébés viennent au monde dans la zénitude. »

Selon l’infirmière clinicienne, on évoque fréquemment le savoir-faire, la « technique » durant la grossesse en période prénatale. « Mais on oublie trop souvent le savoir-être », mentionne-t-elle. La spiritualité prend donc une place prépondérante dans son approche. « J’ai toujours aimé le développement personnel. Ça fait partie de moi. J’aime partager mon savoir. Je veux offrir plein de trucs, de façons d’aborder la naissance. »

Se réinventer

Afin que se concrétise sa « mission », Maryse Martin a fondé, il y a quelques années, Bébé Santé, une entreprise qui regroupe plusieurs ressources dans le but de « préparer le couple à la naissance, favoriser la santé, améliorer la qualité de la relation parents-enfants, optimiser le potentiel des enfants d’âge préscolaire et supporter les compétences parentales ».

Il y a près de deux ans, elle a lancé un livre, Harmonie-Naissance, Pour vivre la grossesse et l’accouchement en pleine conscience, et renouvelé son site Internet. On aurait pu croire que l’arrivée du coronavirus lui aurait fait abandonner les cours prénataux. Au contraire. Elle a vu cette période comme une occasion de se dépasser en se réinventant. Elle a donc condensé la théorie de ses cours prénataux pour lancer des ateliers interactifs en direct, offerts gratuitement via sa page Facebook. Une série de capsules est aussi disponible.

« Il y a une solution à chaque problème, dit-elle. Il faut se forcer à acquérir de nouveaux outils. Sinon, après 30 ans à donner la même matière, tu deviens blasée. »

La parentalité a d’ailleurs beaucoup évolué au cours des dernières années. Surtout chez les futurs papas. « Les hommes sont de plus en plus à l’aise de dire à leurs enfants qu’ils les aiment ou à faire du « peau à peau » avec leur bébé. C’est beau à voir. Il y a à peine quelques années, plusieurs gars venaient aux cours prénataux un peu à reculons. Maintenant, ils ont un grand intérêt à s’impliquer. C’est très motivant. Ça me nourrit. »

Bien qu’elle compte près de trois décennies à épauler les parents en devenir, Maryse Martin est loin d’être prête à tirer sa révérence. « J’aime tellement ce que je fais. Chaque jour est un cadeau ».

Cette vocation, elle veut la voir perdurer, un peu comme un legs aux gens de sa région où elle pratique « le plus beau métier du monde ».

« J’aimerais que quelqu’un qui a la même passion que moi prenne la relève pour que tout ce que j’ai lancé puisse continuer. »

« Je ne vois pas le jour où je serai totalement retraitée, poursuit-elle. Et si ça arrive, je ferai du bénévolat auprès des gens en fin de vie. La mort a de nombreuses similitudes avec la naissance. Il faut accompagner l’âme qui va naître autant que celle qui va partir. Et quand c’est le moment, il faut laisser aller, en harmonie, en zénitude. C’est un privilège d’être présent auprès des gens lors de ces moments. »