Zone

La richesse littéraire de la ville de Québec

Dans la vision du développement culturel de la Ville de Québec en 2013, l’un des projets consistait à déposer un dossier de candidature à l’UNESCO pour faire partie du réseau des villes créatives. Il fallait démontrer la richesse littéraire de Québec comparativement aux autres villes candidates et gagner le titre de «ville de la littérature».

Le premier essai fut couronné de succès le 31 octobre 2017. Puisque la mention est valide pour quatre ans, Alicia Despins, conseillère municipale et responsable du dossier culturel au comité exécutif de la ville, songe déjà aux manières de conserver le dynamisme littéraire de la Capitale pour la prochaine étape.

Zone

Le libraire toujours pertinent dans l'univers littéraire

Est-ce que le travail du libraire est toujours pertinent à l’ère du numérique, d’Amazon, Kindle et Kobo, des outils de recherche sur le Web et du partage des découvertes dans les réseaux sociaux ?

«Assurément !» répond Marie-Hélène Vaugeois de la librairie du même nom. «Les libraires ont encore leur place. Il y a une multitude de titres et les gens ont besoin d’être guidés dans leur choix. Quelques clients viennent pour des livres numériques, mais ils bouquinent aussi.»

Zone

Écrivain en résidence : un cadeau pour l’auteur

Écrivain ayant 45 titres à son actif, médecin dans le Grand Nord, professeur de littérature à la faculté de médecine de l’Université Laval, Jean Désy vient de passer une semaine en résidence à la Maison de la littérature avec des Acadiens pour préparer un spectacle littéraire sur la solitude. Il raconte son expérience.

«Avec Marie-Andrée Gill, une auteure métisse, Serge Patrice Thibodeau, un poète qui dirige la maison d’édition Perce-Neige à Moncton, et Gabriel Robichaud, auteur et comédien, nous avons passé cinq jours à écrire et à partager des textes pour préparer le spectacle de jeudi soir. On s’inspire les uns les autres. On apprend à se connaître. On jase. On lit nos textes et on les commente. C’est un gros atelier d’écriture qui nous permet de nous stimuler les uns les autres. Nous avons du matériel pour une bonne heure de spectacle qu’il faudra scénariser et préparer avant de le présenter».

Zone

Quelques auteurs québécois à connaître

Voici quelques titres d’auteurs, parmi les écrivains nés ou vivants à Québec, intéressants à lire dans les prochaines semaines.

Les Murailles d’Érika Soucy, publié chez VLB Éditeur. «Pour écrire ce récit, elle est retournée sur la Basse-Côte-Nord, où elle a grandi, pour séjourner sur un chantier. Elle avait servi une réponse bien sentie à Rambo Gauthier sur Facebook, après son passage à Tout le monde en parle.» — Le Soleil, 21 mars 2017

Zone

Les histoires de Marie-Ève Sévigny

Depuis quelques années Marie-Ève Sévigny anime La Promenade des écrivains dans les rues de Québec. Pendant les deux heures de marche de la dizaine de parcours proposés, elle lira des extraits d’auteurs qui ont écrit sur Québec.

«Ce ne sont pas des biographies des auteurs, explique-t-elle, mais je lis des extraits à des endroits. Autour du Séminaire de Québec, je lirai du Jacques Ferron. Dans Limoilou, ce sera du Sylvain Lelièvre. Du Gilles Vigneaut sur la rue Saint-Jean.»

Zone

Culture vivante dans le réseau des bibliothèques de Québec

Selon les données de la Ville de Québec, la communauté littéraire de la capitale compte plus de 200 auteurs, une vingtaine de maisons d’édition et autant de libraires. On y édite plusieurs revues et magazines, en plus d’y tenir différents salons du livre.

Il y aurait plus de 300 000 entrées dans les différentes activités littéraires chaque année. On note de nombreuses soirées de poésie, de slam ou sur les bandes dessinées. Des créateurs allient même les technologies et la littérature. Les auteurs créent des spectacles et d’autres œuvres littéraires en dehors du livre traditionnel.

Zone

L'univers culturel de Québec

L'univers culturel de Québec comprend de nombreuses activités tout au long de l'année, dont les salons du livre.

Les salons du livre

Parmi les événements de grande envergure, il y a le Salon international du livre de Québec. Il se tiendra cette année du 11 au 15 avril au Centre des congrès de Québec. En 2017, le salon a accueilli plus de 68 000 visiteurs, dont 25 000 jeunes. Chaque année, de nombreux auteurs sont présents pour des séances de signature et des conférences. Le salon annuel du livre des Premières Nations, à Wendake, est un événement unique en Amérique. Les Éditions Hannenorak sont les seules au Québec à se consacrer uniquement à la diffusion des écrits autochtones.

L’Institut Canadien  de Québec

L’Institut Canadien de Québec joue un rôle dans le portrait de Québec comme ville littéraire alors qu’il célèbre ses 170 ans de fondation (1848). L’organisme gère les bibliothèques publiques de la Ville de Québec depuis 1897. C’est l’un des plus anciens organismes culturels francophones en Amérique. L’Institut Canadien gère aujourd’hui la Bibliothèque de Québec avec ses 25 succursales, incluant la Maison de la littérature. C’est l’organisation qui a proposé à la Ville de Québec le concept de la Maison de la littérature. L’Institut a créé en 2005 un programme international de résidence d’écrivains et, en 2010, le festival littéraire Québec en toutes lettres. Site Web : www.institutcanadien.qc.ca 

Le premier roman canadien-français

Le premier roman canadien-français a été écrit en 1837 : L’influence d’un livre. Il a été écrit par un citoyen de Québec, Philippe Aubert de Gaspé fils. Parmi les autres auteurs natifs de Québec, on note Roger Lemelin, Marie-Claire Blais, Jacques Poulin, Robert Lepage, Chrystine Brouillette, Jean Désy, Pierre Morency et Marie Laberge parmi les plus connus. Mais il y a aussi India Desjardins, Émilie Turmel, Érika Soucy et de nombreux autres parmi les 200 auteurs qui habitent ou sont nés dans la région de la Capitale nationale.