Luc Richard est comptable de formation. Il décrit les ouvertures qu'offre la profession.

La valeur ajoutée aux opérations financières

Comptable, c’est bien plus que l’analyse de colonnes de chiffres ou la vérification des états financiers d’une entreprise.

Le titre de CPA (comptable professionnel agréé) ouvre des portes sur différentes entreprises où le comptable devient une valeur ajoutée qui permet la croissance d’une compagnie ou la réalisation d’objectifs.

C’est ainsi que Luc Richard décrit son travail, lui qui est comptable de formation. Il a roulé sa bosse dan l’armée, le monde du jeu vidéo, dans les assurances, l’immobilier et maintenant directeurs des services financiers au Réseau de transport de la Capitale (RTC).

Les entreprises ont besoin de comptables pour la gestion des finances, les opérations courantes, les budgets, mais le comptable en chef est celui qui peut aider à prendre des décisions d’affaires, à préciser des orientations, explique-t-il.

«Il faut avoir l’esprit ouvert, comprendre les opérations de l’entreprise ou de l’usine. C’est à ce moment que celui qui comprend les opérations et les impacts financiers des modifications peut apporter une plus-value avec ses conseils. Il faut développer une vision globale», explique M. Richard.

Il se souvient d’un jeune étudiant de l’université qui avait assisté à une de ses conférences sur la profession de comptable. Quelques années plus tard, l’étudiant lui rappelle à quel point il a orienté son choix de carrière alors qu’il n’avait pas envisagé le travail dans le secteur de l’administration et de la comptabilité. Craignant être confinée à la vérification comptable ou à la gestion dans des chiffriers électroniques, il avait découvert le rôle d’influenceur du comptable au sein d’une entreprise.

M. Richard donne des exemples de son passage dans le milieu militaire où comme gestionnaire des finances il a vécu les compressions budgétaires des années 1990 pour les Forces armées. Il fallait gérer les budgets de manières très serrés, mais en comprenant le fonctionnement des opérations sur le terrain, il pouvait aider à faire des choix judicieux, comme ce fut le cas lors de son passage en Bosnie alors qu’il était à la table avec militaires canadiens les représentants britanniques et hollandais. «Connaître l’impact financiers de tel choix plutôt qu’un autre, c’est majeur dans les décisions d’affaires», expose-t-il.

Lorsqu’il parle de son parcours, Luc Richard souligne que son choix de carrière l’amenait à choisir la GRC, mais c’est plutôt avec l’armée qu’il a entrepris ses études à l’Université Carleton pour devenir comptable avec le titre CMA, en 1984, avant la fusion des titres sous un seul ordre professionnel.

Chez Ubisoft, outre le travail de comptable, il portait aussi le titre producteur de jeu. Il était au cœur des opérations de la production d’un jeu vidéo avec la compréhension des enjeux de production et des contraintes budgétaires à respecter. «Il faut comprendre le fonctionnement pour faire plus que le contrôle des finances, c’est l’art de la gestion globale et de la gestion des risques», ajoute-t-il.

Maintenant qu’il dirige les services financiers au RTC et la gestion immobilière, il souligne qu’il a appris les rouages des services pour suggérer de nouvelles manières de faire en visant l’efficacité et la prise de décisions éclairées.

Il rappelle que la carrière d’un CPA permet d’occuper une variété de postes durant une carrière en gérant différents types de portefeuilles dans différentes sphères d’activités économiques. C’est une profession où il faut s’intéresser à tout, comprendre les rouages pour devenir un influenceur et une valeur ajoutée dans toute entreprise.