La cuvée des stagiaires 2003. Avec Marie-Manon Lessard, Martin Croteau (aujourd’hui à La Presse), Jean-Sébastien Massicotte (chroniqueur plein air), Pierre-André Normandin (aujourd’hui à La Presse), Geneviève Bouchard (Le Soleil) et Valérie Gaudreau (Le Soleil).

L’école des stages

Ils s’appellent Valérie, Isabelle, Guillaume, Olivier, Marc… À moi seule, j’en compte plus d’une trentaine qui sont entrés dans le métier via les stages du Soleil, alors que j’ai eu le privilège de les superviser durant six ans. Un peu à la manière d’une sœur aînée, je dirais.

Pour la plupart, vous les connaissez, à commencer par Valérie Gaudreau, la rédactrice en chef du quotidien, qui met à profit son dynamisme et son talent pour en assurer la survie. Au Soleil ou ailleurs, ils font aujourd’hui leur marque comme journalistes.

Le Soleil a de tout temps été reconnu pour le sérieux de ses stages. Les étudiants, qu’ils aient été de l'Université Laval, de l’UQAM ou d’ailleurs, en savaient l’exigence, mais se bousculaient dans l’espoir d’y être admis. C’était une bonne école.

Mylène Moisan, chroniqueuse vedette, est passée par là. C’est Pierre-Paul Noreau, mon prédécesseur, maintenant éditeur au Droit d’Ottawa, qui l’a eue sous son aile. D’autres aussi telles Isabelle Mathieu, qui couvre la Justice, et Élisabeth Fleury, la santé et les affaires sociales.

J’aimerais tous les nommer. Continuons avec Jean-Nicolas Patoine, actuel directeur de l’information. La polyvalence est au rendez-vous. Olivier Bossé a laissé les sports pour couvrir la campagne électorale fédérale. Marc Allard suit l’actualité régionale tout en nous gratifiant de leçons de vie avec sa chronique, «Nous, les humains», dans le MAG du samedi où on peut lire aussi Francis Higgins. Jean-François Cliche vulgarise l’actualité scientifique.

Aux Arts, Geneviève Bouchard reste un pilier. D’autres, comme Daphné Bédard et Nicolas Houle, qui ont à tour de rôle dirigé la section, sont partis. Daphné pour le service des communications de la Ville de Québec, Nicolas comme directeur de la programmation au Palais Montcalm.

La couverture des débats à l’Assemblée nationale a de tout temps attiré les journalistes. Les ex-stagiaires ne font pas exception. Aux côtés de Patricia Cloutier, fidèle à nos pages, se retrouvent quelques-uns de ceux qui ont fait leurs premiers pas dans le métier au Soleil. C’est le cas d’Isabelle Porter, correspondante pour Le Devoir. Aussi de Martin Croteau, pour La Presse.

Dans toutes les salles de rédactions, incluant celle du Journal de Québec qui est venue chercher Daphnée Dion-Viens à l’Éducation et Stéphanie Martin aux Affaires municipales, nos anciens stagiaires ont la cote. 

À La Presse, la liste est longue: LauraJulie Perreault, Maxime Bergeron, Pierre-André Normandin, Violaine Ballivy, Vincent Brousseau-Pouliot, sans oublier le chroniqueur télé Hugo Dumas. Au Devoir, on retrouve Guillaume Bourgault-Côté et Hélène Buzzetti.

Des noms familiers. Des visages qu’on connaît. Des voix qu’on entend. Radio-Canada se plaît comme les autres à puiser dans nos rangs. Guillaume Dumas qui anime «C’est encore mieux l’après-midi», l’émission du retour à la maison, a commencé sa carrière comme stagiaire au Soleil.