Gilles Kègle, toujours au travail en 2018.

Des collectes de rue pour Gilles Kègle

L’œuvre de l’infirmier de la rue Gilles Kègle est bien connue. Ce qui l’est moins, c’est le rôle joué par les employés du journal Le Soleil pour lui donner les moyens de continuer son œuvre auprès des personnes seules, vieillissantes, démunies et en perte d’autonomie de Québec.

Gilles était mon voisin d’en face dans le quartier Saint-Roch. En découvrant le travail qu’il faisait, j’en touche mot à notre regretté collègue Alain Bouchard et il en fait un reportage percutant.

Gilles était alors inconnu à Québec. Il vivait d’aide sociale car il ne réussissait pas à trouver un emploi comme infirmier auxiliaire.

Comme l’État menaçait de lui couper ses prestations car il n’était pas disponible au travail (la raison d’État, parfois...), Robert Gillet du FM93 effectue une collecte impromptue en ondes, recueillant 12 000$ pour sortir Gilles du «BS».

Comme nous étions à mettre sur pied la Fondation Gilles Kègle avec l’appui de l’Archipel d’Entraide, Robert nous a remis l’argent et, dès l’année suivante, nous avons monté une équipe de bénévoles au Soleil pour effectuer une collecte de rues d’envergure durant l’émission de Gillet afin de lui donner les moyens de continuer sa mission.

Pendant cinq ans environ, des dizaines d’employés du Soleil se sont ainsi mobilisés au coin des rues, puis des écoles et des groupes se sont joints également... un effet boule de neige qui a permis d’amasser 50 000$ en moyenne sur la rue en plus des dons qui continuaient d’affluer par la suite.

Pendant cinq ans, des dizaines d’employés du Soleil, dont le  chroniqueur Maurice Dumas, se sont mobilisés au coin des rues pour amasser des fonds pour Gilles Kègle.

C’est ce qui a permis à la Fondation Gilles Kègle d’obtenir une maison (gratuitement, mais des travaux s’imposaient) et de financer son œuvre adéquatement. Par la suite, des gens d’affaires se sont mobilisés et ont tenu des activités comme l’escalade du mont Kilimandjaro pour continuer de soutenir l’œuvre.

Les employés du journal Le Soleil, dont de très nombreux journalistes ainsi que le service de la promotion, ont joué un rôle déterminant pour soutenir Gilles Kègle. Nous pouvons en être fiers!