La troupe KRANKYD, de l’Académie de danse Propulsion, devra défendre son titre contre 10 autres groupes lors du Showcase All-Stars.

Hit the floor: des adultes entrent dans la danse

Depuis ce matin, la plus importante compétition de danse au pays fait vibrer le Centre des congrès de Lévis. Durant cinq jours, quelque 4000 compétiteurs donneront tout ce qu’ils ont pour être remarqués par les juges. Qui sait quelle prestation sera choisie le coup de cœur de la journée.

Des danseurs, il y en a de tous les âges : des enfants, des ados, des semi-professionnels et même des adultes avec des groupes dont les participants sont âgés dans les 60 ans.

«C’est un peu à cause de Hit The Floor qu’il y a des troupes d’adultes dans la danse», raconte Nicolas Bégin, président fondateur de l’organisation. «Il y a quelques années, le premier groupe venait de Sainte-Julie, de l’école Karo Form. Les parents avaient tous des filles dans les compétitions. Au lieu d’attendre et de les regarder, ils se sont dit qu’ils pourraient tenter leur chance. Le groupe s’est formé pour monter un numéro et faire de la compétition. Depuis ce temps-là, les écoles ont leurs groupes d’adultes. Une quarantaine de troupes adultes participent à l’événement.»

Il avoue que la foule se laisse emporter, même les juges sont impressionnés; bien que les notes des performances sont élevées à cause de l’engouement, ils n’atteignent pas les résultats les plus hauts. Mais ce sont des moments forts de la compétition qui soulèvent des passions dans la foule.

«Nos juges qui viennent de l’international sont toujours impressionnés, car ils ne voient pas cela ailleurs à travers le monde. C’est vraiment l’une des particularités que l’on trouve au Québec. Ils sont surpris du talent de nos groupes d’adultes», continue M. Bégin.

«C’est un peu à cause de Hit The Floor qu’il y a des troupes d’adultes dans la danse», raconte Nicolas Bégin, président fondateur de Hit The Floor.

Juges spécialisés

Pour cette année, l’une des nouveautés consiste à avoir deux groupes de juges dans des spécialités complémentaires. Un premier pour la catégorie hip-hop avec Arnel Calvario, de Los Angeles, Jun Quemado, de San Diego, et Monsta Pop de Montréal. Le second groupe pour la catégorie technique sera composé de Cora Kozaris de Toronto, Alex Wong de New York, et Geneviève Dorion-Coupal, de Montréal.

«Comme nous misons nos efforts sur l’expérience pour les danseurs, nous voulons que les notes et les commentaires soient les plus justes possible. Avec deux groupes de juges, c’est ce que nous voulons réaliser. Nous avons aussi effectué une révision des règlements et nous donnons une formation additionnelle de trois heures pour la préparation des juges qui doivent être âgés de 20 ans ou plus et avoir une expertise d’au moins 8 ans dans le domaine», précise M. Bégin.

À une semaine de l’événement au moment de l’entrevue, tout était prêt. L’équipe des permanents de l’organisation travaillait aux derniers ajustements pour que tout soit le plus parfait possible pour les danseurs.

Le plus stressant pour les organisateurs demeure la gestion des imprévus, des éléments sur lesquels il n’y a pas de contrôle, comme les annulations ou les retards des vols des amenant les participants. Après huit ans, l’équipe est bien rôdé.

«Nous venons de finir la compétition de Toronto tout en finalisant notre événement de Lévis. Nous sommes vraiment prêts, mais il y a toujours des surprises comme la participation d’un groupe des Philippines pour la première fois, les UPEEPZ, qui font partie de nos artistes invités. À travers l’histoire, nous avons eu des représentants d’une dizaine de pays. Et nous aurons sept danseuses de cinq pays différents avec Team Hot Mess International, dont la Norvège, la Corée du Sud et de Taïwan», ajoute M. Bégin.