Les exportateurs à l’heure de la pandémie: entre action et espoir

Zone Exportations

Les exportateurs à l’heure de la pandémie: entre action et espoir

Gilbert Leduc
Gilbert Leduc
Collaboration spéciale
Au Québec, la valeur des exportations internationales de marchandises en 2019 se chiffrait à 93,5 milliards $. L’Institut de la statistique du Québec rapportait, en septembre, qu’au cours des sept premiers mois de 2020, la valeur des exportations du Québec vers l’étranger avait dégringolé de 9,3 % par rapport à la même période en 2019.Au début du mois d’octobre, dans un Survol des régions manufacturières du Québec, Desjardins indiquait que les entreprises exportatrices devront «vraisemblablement» attendre à la fin de 2021 avant de retrouver le niveau d’activité d’avant la pandémie. Pour comprendre un peu mieux la situation des exportateurs à l’heure de la pandémie, Le Soleil a fait le point avec quatre d’entre eux — PolarMade, Hélitowcart, Les Viandes du Breton et Teknion Roy & Breton — ainsi qu’avec la pdg des Manufacturiers et Exportateurs du Québec, Véronique Proulx. Bonne lecture.
Vêtements: se réendetter pour poursuivre 115 ans de tradition

Zone vers la relance

Vêtements: se réendetter pour poursuivre 115 ans de tradition

Gilbert Leduc
Gilbert Leduc
Collaboration spéciale
«Pour avoir les liquidités nous permettant de rester en affaires, nous avons choisi de nous réendetter. Et comme la majorité des détaillants, nous nous sommes demandé s’il n’était pas préférable de se placer sous la protection de la Loi sur les arrangements avec les créanciers pour nous donner le temps de nous réorganiser.»
Automobile : limiter les dégâts

Zone vers la relance

Automobile : limiter les dégâts

Gilbert Leduc
Gilbert Leduc
Collaboration spéciale
«Si les ventes de véhicules neufs atteignent entre 60% et 70% de celles obtenues en 2019, ça sera un baume sur l’année 2020», soutient Charles Drouin, chef de la direction de la Corporation Mobilis des concessionnaires automobiles de la grande région de Québec.
Commerce de détail: des marchands sur la corde raide

Zone Vers la relance

Commerce de détail: des marchands sur la corde raide

Gilbert Leduc
Gilbert Leduc
Collaboration spéciale
Quel printemps ! Une crise sanitaire. Le Québec mis sur pause. Puis une reprise graduelle des activités après le confinement. Dans ce contexte, les quotidiens de la Coopérative nationale de l’information indépendante (CN2i) sondent des acteurs de secteurs névralgiques de l’économie sur la situation actuelle et l'avenir. Comment se relever de cette pause ? Y a-t-il des modèles pour faire face aux inévitables défis des changements ? Il y a des initiatives qui ouvrent la porte à des remises en question à tous les niveaux des entreprises. Parlons donc ouvertement de la relance. Aujourd’hui: le secteur du commerce de détail. Dernier de 4
Ferme Simard : ruée vers les paniers de produits frais

Zone vers la relance

Ferme Simard : ruée vers les paniers de produits frais

Johanne Fournier
Johanne Fournier
Collaboration spéciale
Si certains secteurs agroalimentaires ont été rudement touchés par les conséquences de la pandémie, d’autres ont bénéficié d’un engouement des consommateurs pour l’achat local. C’est le cas de la ferme Simard, qui a vu exploser ses abonnements pour les paniers de fruits et légumes frais. Les abonnés de l’entreprise de Sainte-Anne-de-Beaupré sont passés de 175 l’an dernier à 400 cette saison.
Exceldor : perte de 15 M$ en trois mois

Zone vers la relance

Exceldor : perte de 15 M$ en trois mois

Gilbert Leduc
Gilbert Leduc
Collaboration spéciale
La pandémie du coronavirus plombe la rentabilité d’Exceldor. La coopérative spécialisée dans l’abattage, la transformation et la commercialisation de la volaille estime que la crise lui a coûté près de 15 millions $ au cours des trois derniers mois.
Secteur agroalimentaire: Des nuits blanches en attendant que la crise passe

Zone vers la relance

Secteur agroalimentaire: Des nuits blanches en attendant que la crise passe

Gilbert Leduc
Gilbert Leduc
Collaboration spéciale
Quel printemps! Une crise sanitaire. Le Québec mis sur pause. Puis une reprise graduelle des activités après le confinement. Dans ce contexte, les quotidiens de la Coopérative nationale de l’information indépendante (CN2i) sondent des acteurs de secteurs névralgiques de l’économie sur la situation actuelle et l’avenir. Comment se relever de cette pause? Y a-t-il des modèles pour faire face aux inévitables défis des changements? Il y a des initiatives qui ouvrent la porte à des remises en question à tous les niveaux des entreprises. Parlons donc ouvertement de la relance. Aujourd’hui : le secteur agroalimentaire. 3e de 4. Prochain rendez-vous le samedi 20 juin
Simard cuisine et salle de bains: du pain sur la planche

Zone Vers la relance

Simard cuisine et salle de bains: du pain sur la planche

Johanne Fournier
Johanne Fournier
Collaboration spéciale
Depuis le début de la pandémie, Simard cuisine et salle de bains de Saint-Tite-des-Caps a trouvé une façon de maintenir en activité une partie de son usine en signant une collaboration avec deux partenaires pour produire des panneaux de protection en plexiglas. Ces produits entièrement québécois sont commercialisés un peu partout au Québec.
Secteur de la construction : L’enjeu de la productivité

Zone vers la relance

Secteur de la construction : L’enjeu de la productivité

Gilbert Leduc
Gilbert Leduc
Collaboration spéciale
Quel printemps ! Une crise sanitaire. Le Québec mis sur pause. Puis une reprise graduelle des activités après le confinement. Dans ce contexte, les quotidiens de la Coopérative nationale de l’information indépendante (CN2i) sondent des acteurs de secteurs névralgiques de l’économie sur la situation actuelle et l’avenir. Comment se relever de cette pause ? Y a-t-il des modèles pour faire face aux inévitables défis des changements ? Il y a des initiatives qui ouvrent la porte à des remises en question à tous les niveaux des entreprises. Parlons donc ouvertement de la relance. Aujourd’hui: le secteur de la construction. 2e de 4. Prochain rendez-vous le samedi 13 juin
Cafetière sans contact : commander son café à partir de son téléphone intelligent

Vers la relance

Cafetière sans contact : commander son café à partir de son téléphone intelligent

Johanne Fournier
Johanne Fournier
Collaboration spéciale
Depuis le début de la pandémie, une peur s’est installée : tout ce qu’on touche peut représenter une menace de contamination à la COVID-19. Soucieux de la crainte que peuvent éprouver les travailleurs en commandant leur café, Cafection/Evoca de Québec vient de lancer une nouvelle application qui permet, d’un simple clic sur son téléphone intelligent, que son café soit versé selon ses goûts sans toucher à la machine.
Évier portatif sans contact : pouvoir se laver les mains n’importe où

Vers la relance

Évier portatif sans contact : pouvoir se laver les mains n’importe où

Johanne Fournier
Johanne Fournier
Collaboration spéciale
Depuis les débuts de la pandémie, le directeur national de la santé publique, le Dr Horacio Arruda, ne cesse de le répéter : l’un des meilleurs freins à la propagation de la COVID-19 est le lavage fréquent des mains. Festo Didactique l’a vite compris. L’entreprise de Québec a ainsi créé un outil pratique pour permettre le lavage des mains en tous lieux: un évier portatif sans contact.
Secteur manufacturier: L’amorce de la traversée du désert

Vers la relance

Secteur manufacturier: L’amorce de la traversée du désert

Gilbert Leduc
Gilbert Leduc
Collaboration spéciale
Quel printemps! Une crise sanitaire. Le Québec mis sur pause. Puis une reprise graduelle des activités après le confinement. Dans ce contexte, les quotidiens de la Coopérative nationale de l’information indépendante (CN2i) sondent des acteurs de secteurs névralgiques de l’économie sur la situation actuelle et l’avenir. Comment se relever de cette pause? Y a-t-il des modèles pour faire face aux inévitables défis des changements? Il y a des initiatives qui ouvrent la porte à des remises en question à tous les niveaux des entreprises. Parlons donc ouvertement de la relance. Aujourd’hui : le secteur manufacturier. Prochain rendez-vous : le samedi 6 juin
Dans l’intimité des deuils

Travailleurs de la santé

Dans l’intimité des deuils

Mélanie Noël
Mélanie Noël
La Tribune
Sherbrooke — « On parle beaucoup de distanciation sociale ces temps-ci, mais être préposés aux bénéficiaires, c’est tout sauf être distants. On est proche des résidents physiquement, mais on devient aussi parfois des confidents. Ils nous racontent des choses qu’ils n’ont, des fois, jamais racontées. C’est un gros plus de notre métier. »
Histoire du système hospitalier: un réseau porté par les religieuses

Travailleurs de la santé

Histoire du système hospitalier: un réseau porté par les religieuses

Myriam Gauthier
Myriam Gauthier
Initiative de journalisme local - Le Quotidien
Une main-d’oeuvre féminine, non rémunérée et dédiée à un travail collectif, a porté le déploiement du réseau hospitalier au Québec. Les congrégations religieuses ont joué un rôle de premier plan dans son essor, de la colonisation jusqu’aux années 1960, moment où leur influence s’est effondrée, alors que le vaste réseau qu’elles avaient érigé atteignait son apogée.
Technologistes médicaux: «On travaille dans l’ombre»

Travailleurs de la santé

Technologistes médicaux: «On travaille dans l’ombre»

Kim Alarie
Kim Alarie
Le Nouvelliste
TROIS-RIVIÈRES — La pandémie aura mis en lumière plusieurs corps de métier du milieu de la santé et pour cause: ils sont au front d’une bataille sans précédent. Préposés aux bénéficiaires, infirmières, médecins sont de ce nombre, mais plus rarement il est question des technologistes médicaux qui traitent les milliers de prélèvements provenant de patients potentiellement porteurs du coronavirus.
Infirmières: « Le cœur à la bonne place »

Travailleurs de la santé

Infirmières: « Le cœur à la bonne place »

Justine Mercier
Justine Mercier
Le Droit
Quand tous les espoirs sont anéantis par la COVID-19 et que les visites des proches sont interdites, il reste des infirmières qui «ont vraiment le coeur à la bonne place», qui accompagnent les patients condamnés «jusqu’à la dernière seconde». Il y a aussi toutes celles qui travaillent dans l’ombre en prévention des infections, pour essayer de faire la vie dure à «une bibitte qui va vite» et qui frappe le monde entier.
Saviez vous que? C'est le 200e anniversaire de Florence Nightingale, pionnière des soins infirmiers

Travailleurs de la santé

Saviez vous que? C'est le 200e anniversaire de Florence Nightingale, pionnière des soins infirmiers

Valérie Marcoux
Valérie Marcoux
Le Soleil
L’Organisation des Nations Unies (ONU) a dédié l’année 2020 aux sages-femmes et aux soins infirmiers, notant que le monde aura besoin de neuf millions de travailleurs supplémentaires dans ces domaines d’ici 2030. Par la même occasion, l’ONU souligne le bicentenaire de la pionnière des soins infirmiers, Florence Nightingale, née le 12 mai 1820. Cette dédicace, faite le 1er janvier 2020, a pris encore plus de valeur avec le déclenchement de la pandémie qui place le personnel infirmier aux premières lignes de bataille. Dans ce contexte, le parcours et les réalisations de Florence Nightingale deviennent aussi inspirants que pertinents.
Les soins infirmiers dans le sang

Travailleurs de la santé

Les soins infirmiers dans le sang

Martin Lafrenière
Martin Lafrenière
Le Nouvelliste
Trois-Rivières — Quand les membres de la famille de Chantale Tessier se réunissent, il faut bien peu de temps pour que le sujet de discussion s’oriente vers le domaine de la santé. Rien de plus normal, car Mme Tessier et sa sœur Katty exercent le même métier. Comme leur mère Éva Thivierge l’a été durant plus de 25 ans, elles sont infirmières. Et dans deux ans, une troisième génération de soignants verra le jour avec l’arrivée sur le marché du travail d’Andrew Bureau, le fils de Chantale.
Médecine familiale: «Ça a ouvert des portes qu’on ne voulait pas ouvrir»

Travailleurs de la santé

Médecine familiale: «Ça a ouvert des portes qu’on ne voulait pas ouvrir»

Paule Vermot-Desroches
Paule Vermot-Desroches
Le Nouvelliste
Trois-Rivières — Si la pandémie de coronavirus a chamboulé la pratique de la médecine familiale et des suivis de grossesse, elle a aussi apporté son lot de changements positifs dans la pratique, des changements qui pourraient perdurer au-delà de la pandémie, en autant que ce soit dans l’intérêt du patient. C’est du moins l’avis du docteur Jean-Philippe Blais, médecin omnipraticien à Trois-Rivières, spécialisé dans le suivi périnatal à la Clinique de périnatalité de Trois-Rivières.