Le riesling en dégustation

CHRONIQUE / Si le riesling a trouvé sa terre de prédilection en Allemagne, on cultive aussi ce cépage un peu partout à travers le monde. Je n’ai jamais encore posé les pieds en Allemagne, mais j’espère que cela ne saura tarder ! En attendant, l’offre de la SAQ en matière de riesling allemand se limite surtout à des vins demi-secs, c’est-à-dire des vins ayant un léger taux de sucre résiduel.

Pourtant, l’auteure Nadia Fournier a écrit ceci dans sa dernière édition du Guide Phaneuf. « Les rieslings allemands ne sont pas tous sucrés, contrairement à la croyance populaire. Si on en juge par l’offre générale quand on visite l’Allemagne, on pourrait même croire que le riesling demi-sec est une espèce en voie de disparition. En vérité, depuis une bonne trentaine d’années, les Allemands se tournent plutôt vers les vins secs et la survie des rieslings demi-secs, tel qu’on les connaît, repose maintenant en partie sur la demande étrangère… »

Qu’il soit offert avec ou sans sucre, l’importance réside dans l’équilibre entre le sucre et l’acidité. Si ce coup de maître est réussi, le résultat peut être divin. D’ailleurs, deux des dix vins les plus prestigieux au monde sont des rieslings contenant du sucre résiduel.

Dans l’attente d’une proposition plus vaste de la part du monopole dans la section allemande, voici quelques suggestions pour redécouvrir ce cépage qui offre aussi de très belles expressions en dehors de l’Allemagne. Autant avec sucre que sans.

Riesling, Kung Fu Girl, Charles Smith (code SAQ : 11 629 787 ; 18,75 $)

Dans un style demi-sec, ce classique est très apprécié des consommateurs québécois. Cultivé dans l’État de Washington, ce riesling offre un bouquet aromatique aux notes d’agrumes et de pomme verte. Il est à la fois léger et soutenu par une belle texture en bouche. On y perçoit une acidité croquante qui lui confère un bel équilibre. Servir avec un cari de poulet. Vous surveillez les calories ? Un verre de vin en contient déjà quelques-unes à la base, alors à moins d’être en présence d’un vin de dessert, où le taux de sucre est nettement plus élevé qu’un vin demi-sec, votre tour de taille ne devrait pas trop en souffrir.

Riesling 2018, Stone & Steel, Oak Valley (code SAQ : 13 572 067 ; 17,80 $)

On se dirige ici du côté de l’Afrique du Sud avec cet excellent rapport qualité-prix arrivé tout récemment sur les tablettes de la SAQ. Bien que dans ce pays le riesling ne soit pas le cépage blanc le plus cultivé, le résultat en vaut la peine. Racé, le nez s’exprime par des arômes de lime, de fruit exotique et des notes légèrement fumées. La bouche est droite, vive et équilibrée. Idéal pour l’apéro, accompagné de quelques morceaux de fromage.

Riesling 2017, Domaine St-Jaques (code SAQ : 14 029 795 ; 21,85 $)

Le Domaine St-Jacques est un joueur important dans le développement de la vigne au Québec. Ce vignoble de Saint-Jacques-le-Mineur a planté du riesling il y a à peine cinq ans et nous pouvons le retrouver à la SAQ depuis quelques mois. Mission accomplie ! Lorsqu’on met le nez dans le verre, on peut reconnaître certaines caractéristiques du cépage. Des notes herbacées se mêlent aux arômes de limette. En bouche, c’est sec, frais et doté d’une belle structure et d’une longueur appréciable. À déguster aux côtés d’une salade de pois chiche aux herbes fraîches.