On peut voir cette œuvre de l’artiste français Sébastien Brunel dans la vitrine des éditions Septentrion, sur l’avenue Turnbull.
On peut voir cette œuvre de l’artiste français Sébastien Brunel dans la vitrine des éditions Septentrion, sur l’avenue Turnbull.

Dans la mythologie du quartier Saint-Jean-Baptiste

Matthieu Dessureault
Alice Guéricolas-Gagné transpose l’univers de son roman à succès, Saint-Jambe, dans un parcours théâtral et une exposition artistique
Ce contenu est produit par l'Université Laval.

La mer a englouti la Basse-Ville. Des poètes acrobates sautent de toit en toit. Deux femmes s’écrivent sur le dos de leur amant. De mystérieux sectateurs se prosternent devant leur idole. Bienvenue dans l’univers éclaté de Saint-Jambe. Cette œuvre, encensée par la critique et couronnée du Prix Robert-Cliche du premier roman 2018, est celle d’Alice Guéricolas-Gagné, diplômée d’un baccalauréat en études littéraires. Avec Mélina Kerhoas, elle forme les Tyroliennes saint-jambiennes, un duo qui propose des spectacles multidisciplinaires.

Leur prochaine création, La montée des eaux, se décline sous la forme d’un spectacle déambulatoire et d’une exposition dans le quartier Saint-Jean-Baptiste. Une vingtaine d’artistes animeront des stations où les spectateurs seront plongés dans une ambiance postapocalyptique. L’itinéraire, gardé secret jusqu’au moment du départ, mettra à l’honneur musique, projections, art clownesque et autres surprises. S’ajoutent à cela de magnifiques dessins de Sébastien Brunel exposés dans des fenêtres du quartier. Chaque image est accompagnée d’un micro-récit d’Alice Guéricolas-Gagné.

La montée des eaux est en quelque sorte la suite de Saint-Jambe. «Nous avons imaginé que le quartier Saint-Jean-Baptiste est devenu une île, explique l’auteure. Les habitants se sont rassemblés et ont tourné les choses à leur avantage. Entre autres, ils ont fait des jardins sur les toits pour assurer la sécurité alimentaire et ont redécouvert toutes sortes de savoirs ancestraux. Le projet s’est élaboré dans ce scénario utopique où les bouleversements du monde ont su amener des changements positifs dans la société.»

À l’instar de son protagoniste dans le roman, une spécialiste du folklore contemporain qui effectue une enquête ethnologique, Alice Guéricolas-Gagné est allée à la rencontre des résidents du quartier pour mettre sur pied le spectacle. «Le projet a un caractère éminemment collectif. Il se base sur une collecte de témoignages réalisée à l’automne 2019 autour de la rue Saint-Jean. Nous avons demandé aux gens: “advenant une fulgurante montée des eaux, quelle serait votre utopie pour ce nouveau monde?”. Les entretiens furent un exercice très nourricier pour concevoir La montée des eaux. Dans ce même esprit, tous les lieux où seront présentées les performances sont prêtés par des gens du quartier, que ce soit des stationnements, des cours ou des balcons.»

<em>Saint-Jambe</em>, publié en 2018 chez VLB éditeur, présente une vision fantastique du quartier Saint-Jean-Baptiste. De cette fiction sont nées les Tyroliennes saint-jambiennes, un duo de performeuses.

Un quartier inspirant

Fille de journalistes, Alice Guéricolas-Gagné est née et a grandi dans Saint-Jean-Baptiste. Dès son plus jeune âge, elle s’est imprégnée de la vie quotidienne des lieux et s’est initiée à l’histoire et au patrimoine du secteur. Son roman fait suite à plusieurs fanzines et spectacles collectifs, tous inspirés de ses découvertes.

«Le quartier Saint-Jean-Baptiste offre des paysages particuliers, avec ses rues en pente et ses couchers de soleil, dit-elle. Il y a aussi la présence assez forte de la nature, même si ça ne paraît pas à première vue; sur le bord du cap de la falaise ou dans les cours intérieures des maisons, on trouve de la végétation, de grands arbres, des fleurs. Sans oublier le caractère militant du quartier, qui est très inspirant. Dans les années 1960-1970, les citoyens se sont mobilisés pour créer des coopératives d’habitation et éviter la démolition du faubourg au profit de la modernisation de la Colline parlementaire. Ce sont là des aspects qui m’ont beaucoup nourrie sur le plan de la création.»

Avec ce nouveau projet, Alice Guéricolas-Gagné espère offrir un autre regard sur le quartier. «On veut amener le public dans un état rêveur et contemplatif. En plus d’assister à des performances complètement fabuleuses, il pourra voir des choses poétiques qui ne font pas partie du spectacle: une petite fenêtre, une fleur, des chaussures sur le coin d’une rue, etc. Le but du projet est que le spectacle se poursuive par la suite dans la vie quotidienne.»

La montée des eaux sera présenté les 11, 12, 25 et 26 septembre. Trois départs par soir sont proposés. Le parcours dure environ 1h15. Si les représentations des 11 et 12 septembre sont complètes, les billets pour les autres soirées seront mis en vente le 14 septembre. Quant à l’exposition, les œuvres de Sébastien Brunel sont présentées dans les vitrines jusqu’au 13 octobre. Une carte de l’itinéraire est disponible sur le site des Tyroliennes saint-jambiennes.