Football LCF

Les Alouettes subissent un revers de 22-10 à Vancouver

VANCOUVER - Les Alouettes de Montréal ont été incapables d’inscrire un point lors des trois derniers quarts et les Lions de la Colombie-Britannique en ont fait suffisamment pour l’emporter 22-10, samedi soir, au BC Place Stadium.

Sans être spectaculaires, les Lions (1-0) ont tranquillement pris les devants et ils se sont distancés de leurs adversaires en inscrivant les 15 derniers points de la rencontre. La passe de touché de Jonathon Jennings à Cory Watson, à mi-chemin au quatrième quart, a planté le dernier clou dans le cercueil des visiteurs.

Si on compte la saison dernière et les matchs préparatoires, les Alouettes (0-1) ont subi un 14e revers de suite, mais ils ont toutefois perdu leur match d’ouverture pour une première fois depuis 2015. Le nouvel entraîneur-chef des Oiseaux, Mike Sherman, devra donc attendre avant de savourer un premier triomphe dans la Ligue canadienne de football.

Jennings a été particulièrement précis dans ce match, complétant 20 de ses 24 passes pour des gains aériens de 183 verges. Le quart des Lions a lancé deux passes de touché et il a ajouté 57 verges en neuf courses. Jennings a aussi conjugué ses efforts à ceux de Shaquille Johnson pour un majeur, au premier quart.

Le botteur des Lions, Ty Long, a réussi deux bottés de précision, sur des distances de 27 et 30 verges, et il a ajouté deux simples.

Du côté des Alouettes, le quart Drew Willy a été explosif en début de partie, réussissant quelques longs jeux, mais il n’a pas été en mesure de concrétiser d’autres poussées offensives par la suite. Willy a réussi 25 de ses 35 tentatives par la voie des airs pour des gains de 281 verges. Il a lancé une passe de touché, mais il a été victime d’une coûteuse interception au quatrième quart.

Le porteur de ballon Tyrell Sutton a porté le ballon 15 fois pour des gains de 65 verges. Le receveur Chris Williams, un des nouveaux venus chez les Alouettes, a capté six passes pour des gains de 98 verges. Un de ses attrapés a d’ailleurs mené au seul majeur des Montréalais, celui d’Eugene Lewis.

Boris Bede a été parfait lors de son unique tentative de placement pour les Alouettes.

Les Alouettes ont profité de leur passage à Vancouver pour poursuivre une bien triste tradition. Ils ont perdu 16 de leurs 17 derniers matchs au BC Place Stadium et pendant cette séquence, la seule victoire est survenue le 20 août 2015. Pourtant, les hommes de Sherman menaient 10-9 à la demie, ce qui constituait leur première avance après 30 minutes depuis le 11 août 2017, contre les Argonauts de Toronto.

La formation montréalaise pourra garder sa première victoire de la saison pour ses partisans, car elle fera sa rentrée locale au Stade Percival-Molson contre les Blue Bombers de Winnipeg, vendredi.

Tennis

Raonic s'incline devant Federer en finale à Stuttgart

STUTTGART, Allemagne - Roger Federer s’est approché à deux trophées du cap des 100 en carrière, dimanche, battant en finale de la Coupe Mercedes le Canadien Milos Raonic, 6-4 et 7-6 (3).

Le favori a prévalu en 80 minutes, grâce notamment à un taux de réussite de 86 pour cent sur les points disputés sur ses premières balles.

Federer a porté sa fiche contre Raonic à 11-3. Ce dernier a eu le dessus 14-4 pour les as, mais le seul bris du match est allé en faveur de Federer (à 1-1 dans le set initial). Raonic a laissé filer deux balles de ce genre.

Il y a eu trois doubles fautes dans la rencontre, toutes commises par Raonic, 35e au monde.

Premier Canadien en finale à Stuttgart, l’Ontarien était en quête d’une première consécration depuis 2016 (Brisbane). Le tennisman de Thornhill avait délaissé Roland-Garros à cause d’une blessure au genou.

«Une bonne semaine pour moi, avec beaucoup de positif, a gazouillé Raonic. Je suis heureux d’être de retour en santé. (Dimanche) ça n’a pas tourné de mon côté, mais je compte bâtir sur cette performance. Je félicite Roger.»

Federer en est à trois titres cette année, après Melbourner et Rotterdam.

Au terme de son premier tournoi en 11 semaines, le Suisse va reprendre le sommet de l’ATP lors du prochain classement, détrônant l’Espagnol Rafael Nadal.

«C’est une sensation merveilleuse. J’ai lutté farouchement, ce qui rend la satisfaction encore plus grande», a dit le vainqueur.

Federer, 36 ans, devra garder sa couronne à Halle pour rester le numéro 1 du tennis masculin en vue de Wimbledon. L’étape anglaise du Grand chelem débute le 2 juillet.

Coupe du monde 2018

Le Serbe Kolarov brise le mur du Costa Rica

SAMARA - La jeunesse serbe est certes prometteuse, mais la victoire contre le Costa Rica (1-0) est signée du vieux capitaine Aleksandar Kolarov, d’un magnifique coup franc dans la lucarne, dimanche à Samara pour son entrée dans le Mondial-2018.

Le latéral de l’AS Rome a battu la star des «Ticos», Kaylor Navas, très bon jusque-là, pour bien lancer les Serbes dans le groupe du Brésil et de la Suisse (le E), qui s’affrontent à Rostov-sur-le-Don.

Son but (56) récompense la domination d’ensemble des Slaves, face à des Centre-Américains trop restrictifs, loin de leur jeu emballant de 2014, où il avaient atteint les quarts de finale.

Une faute de David Guzman (averti) sur Aleksandar Mitrovic près de la surface a provoqué le coup franc fatal. Le prometteur attaquant serbe aura au moins décroché ça. Car auparavant il a buté sur Navas.

Le gardien du Real Madrid a honoré son statut de triple champion d’Europe en gagnant son duel avec Mitrovic sur sa meilleure occasion (50). Il avait aussi capté son retourné, illégitimement signalé hors-jeu (43).

L’attaquant prêté par Newcastle à Fulham, auteur d’un triplé contre la Bolivie en match de préparation, a aussi gaspillé une belle occasion en frappant mal après un bon contrôle (27), et s’est laissé reprendre par la défense en fin de match (86).

Boxe

Kean liquide Braidwood

SHAWINIGAN — Une fois les réseaux sociaux de côté, Simon Kean n’a pas mis de temps à laisser parler son talent entre les câbles. Samedi soir, dans un Centre Gervais Auto rempli à craquer, le Grizzly trifluvien a liquidé Adam Braidwood dès le troisième round grâce à un T.-K.-O. spectaculaire, au grand plaisir des 4862 spectateurs.

«Je suis heureux, j’ai pu mettre un point d’exclamation sur ce combat qui était tant attendu. J’ai prouvé au monde que j’étais 100 fois meilleur que lui. Je l’ai dominé sur toute la ligne!», a lancé aux médias l’olympien de 29 ans qui a du même coup conservé
son titre IBO Intercontinental en plus de mettre la main sur la ceinture WBC Francophone des poids lourds.

Après un premier round sans trop d’histoire, au cours duquel il a tout de même mené les échanges, Kean (15-0, 14 K.-O.) a déstabilisé son rival britanno-colombien pour une première fois au deuxième round. Grâce à un direct incisif, le favori de la foule a rapidement ouvert l’arcade sourcilière
gauche du Boogeyman qui n’a jamais été en mesure d’imposer son rythme.

Au troisième assaut, Kean n’a pas laissé le temps à son adversaire de retrouver ses esprits et a continué d’appliquer son jab avec insistance et précision. Puis, une solide combinaison a littéralement fait perdre la carte à Braidwood (12-2, 12 K.-O.) qui a fini sa valse pendu par-dessus les câbles. L’intervention de l’officiel Mike Griffin, à 1:32 du troisième round, a aussitôt fait lever le toit du Centre Gervais
Auto, confirmant du même coup le 14e K.-O. en carrière de Kean en 15 combats.