Pour Yvon Michel, Adonis Stevenson «a subi un accident de travail parce qu’aucun facteur ne pouvait laisser penser que ça pouvait lui arriver.» Le promoteur ajoute que «pour une mauvaise expérience comme celle d’Adonis, je pourrais t’en raconter mille où la boxe a sauvé des gens».

Yvon Michel compare le K.-O. de Stevenson à un accident de travail

Aux yeux du promoteur Yvon Michel, les suites du violent knock-out subi par son poulain Adonis Stevenson contre l’Ukrainien Oleksandr Gvozdyk s’apparentent à un «accident de travail», car rien, selon lui, ne pouvait laisser penser que le boxeur de 41 ans pouvait terminer la soirée à l’hôpital, dans un état critique.

«C’est une situation un peu cauchemardesque», a avoué Michel en entrevue téléphonique avec Le Soleil, jeudi. Le promoteur était de retour dans la métropole après avoir passé les derniers jours à Québec au chevet du boxeur en compagnie de sa conjointe Stéphanie Drolet, de la mère de Stevenson et de sa conjointe Simone «Sisi» God.

«Ce n’est pas facile, on a passé beaucoup de temps à son chevet et j’y retourne dimanche. En attendant, Stéphanie s’occupe de la mère et de la conjointe d’Adonis, de les transporter entre l’hôtel et l’hôpital», a-t-il expliqué.

«Jusqu’à lundi, j’étais déconnecté de tout... mais après, c’est certain que tu fais une introspection importante. J’ai discuté avec ses proches, son entraîneur, et j’en arrive à la conclusion qu’Adonis a subi un accident de travail parce qu’aucun facteur ne pouvait laisser penser que ça pouvait lui arriver. N’importe quel travail comporte un certain niveau de danger», indique Michel, qui n’a pas réalisé l’ampleur des dégâts avant 1h dimanche matin.

«Quand Adonis est parti pour l’hôpital, j’étais convaincu que c’était par mesure de précaution comme on le voit souvent. Je lui avais parlé après le combat, je lui avais montré la carte des juges pour lui montrer qu’il menait aux points. Il m’avait dit qu’il était déçu, qu’il aurait dû utiliser une autre stratégie.»

Triste première

Présent à temps plein dans le monde de la boxe depuis 1975, Michel n’avait jamais vu un de ses boxeurs ou un des adversaires de ses boxeurs se retrouver dans une situation aussi grave que celle de Stevenson après un combat.

«Je n’avais jamais vécu rien de semblable et, en plus, ça se produit avec le boxeur qui était le plus proche de notre organisation. Adonis avait été trois ans avec nous avant de partir pour les États-Unis où il a disputé, et perdu, un combat avant de revenir avec nous pour de bon», raconte-t-il.

Le promoteur ajoute qu’il était très proche de Stevenson. «Quand il a lancé sa compagnie de vêtements de fourrure avec Simone, il m’a présenté comme étant “le promoteur de sa carrière”. On a eu nos différends par le passé, mais on s’était beaucoup rapprochés au cours de la dernière année. J’étais très près de lui et je me sens extrêmement touché par ce qui s’est produit. Ça fait des nuits courtes.»

«Un bienfait»

Michel sait que plusieurs voudront discréditer la boxe après ce qui est arrivé à Stevenson. «Je sais que plusieurs vont dire que la boxe est un sport dangereux et que ça ne devrait pas exister. Cependant, moi, je crois toujours que tous les sports sont des bienfaits pour la société. Ma conclusion à moi, c’est qu’un accident est arrivé. Pour une mauvaise expérience comme celle d’Adonis, je pourrais t’en raconter mille où la boxe a sauvé des gens.»

Même s’il considère Stevenson comme un cas isolé, Michel avoue que de tels événements forcent tous les intervenants à se redéfinir. «Je vais toujours être ouvert pour améliorer la protection des boxeurs. Par contre, il ne faut pas oublier que la boxe a fait de grands pas au cours des 30 dernières années.

«On sait aussi que la boxe, ce n’est pas pour tout le monde. Il faut que la personne soit capable d’absorber l’impact d’un coup de poing et ce n’est pas donné à tous.»

Malgré tout, Michel n’en démord pas : le sport qui le fait vivre depuis des décennies a encore sa raison d’être. «La boxe, c’est un sport qui est noble, pur, simple avec des règles très strictes. D’ailleurs, je ne connais aucun sport où les participants ont autant de respect les uns pour les autres.

«Depuis samedi, une cinquantaine de champions du monde ont envoyé des vidéos d’appui à Adonis et la famille a reçu au moins un millier de messages réconfortants. Les gens souhaitent qu’il s’en sorte avec le moins de séquelles possible.» Le promoteur espère qu’il sera bientôt possible de réduire la sédation pour que Stevenson reprenne connaissance.