Le rendement de Tiger Woods lors des deux derniers tournois majeurs, une sixième place à l'Omnium britannique et une deuxième place au Championnat de la PGA, en font un choix logique pour compléter l'équipe américaine de la Coupe Ryder.

Woods, un incontournable pour la Coupe Ryder?

ST. LOUIS — L’avantage pour Jim Furyk d’avoir terminé tôt dimanche le Championnat de la PGA, c’est d’avoir pu suivre la fin de la ronde finale à la télévision en tant que capitaine de la Coupe Ryder.

Furyk, qui a terminé le tournoi au 71e rang avec un pointage cumulatif de + 2, a observé avec attention Tiger Woods.

«Je voulais vraiment voir le jeu de Tiger, et je l’ai vu... a mentionné Furyk, lundi, avec le sourire. C’était du grand théâtre, vraiment.»

Woods s’est montré énergique, signant une carte de 64, six coups sous la normale, pour connaître sa meilleure ronde finale en carrière lors d’un tournoi majeur. Il a aussi terminé les 72 trous à - 14, son plus bas total à un tournoi majeur, épatant la galerie pour terminer à deux coups du vainqueur Brooks Koepka.

Woods, qui a entrepris l’année avec aucun point, est passé cette fin de semaine de la 20e à la 11e place grâce à son sixième rang à l’Omnium britannique, où il a brièvement mené la ronde finale, et son deuxième rang à Bellerive.

Bref, le Tigre constitue une menace lors des tournois majeurs et il attire l’attention partout où il passe.

Le Championnat de la PGA était le dernier événement permettant aux huit meilleurs joueurs d’assurer automatiquement leur place au sein de l’équipe américaine.

Le dernier majeur de la saison n’a pas changé l’équilibre des forces, Furyk se retrouvant avec les mêmes huit joueurs qui ont entrepris la semaine au sommet du classement américain.

Koepka, qui a remporté trois des huit tournois majeurs pendant la période de qualification, a devancé Dustin Johnson pour se hisser en tête du classement. Les six joueurs suivants sont restés les mêmes : Justin Thomas, Patrick Reed, Bubba Watson, Jordan Spieth, Rickie Fowler et Webb Simpson.

Une chance sur quatre

Furyk dispose donc encore de quatre invitations, dont trois seront annoncées le 4 septembre, au lendemain du Championnat Dell Technologies, à Boston. Puis, il dévoilera la dernière le 10 septembre, après le Championnat BMW, qui sera disputé à Newtown Square, en Pennsylvanie.

Furyk n’était pas disposé à se prononcer sur ce qui semble évident pour tout le monde : Woods, qui sera en France du 28 au 30 septembre comme vice-capitaine de l’équipe américaine, devrait aussi y être avec ses bâtons de golf.

«Nous voulons les joueurs qui nous aideront à avoir du succès, a déclaré Furyk. Il joue très bien. Je pense qu’il y a beaucoup de gens qui pensent probablement qu’il peut nous aider. Ce que nous voulons vraiment discuter aujourd’hui, c’est au sujet des huit meilleurs joueurs. Je réalise que Tiger est le centre d’intérêt. Je suis conscient qu’il joue très bien, et je suis excité de voir ça.»

Woods, lui, a été très clair sur ses intentions : s’élancer dans les allées du Golf National de Saint-Quentin-en-Yvelines, près de Paris. Il s’agirait de première participation à la Coupe Ryder depuis 2012.

«Je veux y être [à la Coupe Ryder] en tant que joueur, a-t-il dit, dimanche. Notre capitaine a des décisions à prendre. Nous allons tous nous asseoir et lui donner notre avis sur ceux qui peuvent contribuer. J’espère que mon nom fera partie de ce processus.»

Woods n’a pas besoin des statistiques pour plaider sa cause. Il est Tiger Woods, et sa réputation en dit long.

Ce serait la deuxième fois qu’il dispute la Coupe Ryder en tant que choix du capitaine. L’autre, c’était en 2010, alors qu’il sortait du scandale de sa vie personnelle qui l’a empêché de jouer au golf jusqu’au Tournoi des maîtres cette année-là, et il avait terminé la période de qualification au 12e rang.

Furyk a déclaré qu’il rencontrerait fréquemment ses vice-capitaines au cours des prochaines semaines et qu’il prévoyait assister à deux des tournois éliminatoires de la Coupe FedEx pour tenir des réunions et des dîners avec les joueurs déjà retenus au sein de l’équipe, qui auront également leur mot à dire.

Cela inclut Woods.

«Son jeu évolue, a avoué Furyk avec un sourire. Alors ça fait du bien de le voir bien jouer.»  Avec AFP

+

D'AUTRES DÉCISIONS À PRENDRE

Même si le nom de Tiger Woods est sur toutes les lèvres, Jim Furyk a d’autres décisions à prendre.

Phil Mickelson n’a pas réussi à se qualifier pour la Coupe Ryder pour la première fois depuis 1993, sa première saison complète sur le circuit de la PGA. Il était 10e au classement et il a raté sa qualification pour les deux dernières rondes au Championnat de la PGA. De plus, Mickelson compte seulement une victoire au cours des cinq dernières années, une victoire en prolongation contre Justin Thomas au Championnat du Mexique, au début du mois de mars de cette année. 

Furyk devra aussi se pencher sur le cas de Matt Kuchar, qui a disputé toutes les Coupes Ryder depuis 2010. Mais il ne compte que quatre top 10 cette année et a raté les deux dernières rondes de deux tournois du Grand Chelem.