Simona Halep s'est inclinée contre la Taïwanaise Hsieh Su-Wei, 48e mondiale (3-6, 6-4, 7-5), alors qu'elle a mené 5-2 et s'est procuré une balle de match à 5-4 dans le 3e set.

Wimbledon: Halep éliminée à son tour, Nadal en démonstration

WIMBLEDON — L'hécatombe a continué à Wimbledon avec les éliminations surprise de la no 1 mondiale Simona Halep et du no 3 Alexander Zverev dès le troisième tour, un cap franchi avec brio par Rafael Nadal, assuré de conserver sa place de numéro un à l'ATP.

Couac pour Halep et Zverev

La lauréate de Roland-Garros s'est inclinée contre la Taïwanaise Hsieh Su-Wei, 48e mondiale (3-6, 6-4, 7-5), alors qu'elle a mené 5-2 et s'est procuré une balle de match à 5-4 dans le 3e set... La première place mondiale restera toutefois dans son escarcelle, sa dauphine, la Danoise Caroline Wozniacki, ayant quitté le tournoi plus tôt.

Il n'y aura qu'une seule des 10 premières têtes de série en huitièmes de finale, la Tchèque Karolina Pliskova (8e), que Serena Williams pourrait croiser en demi-finales. Avec ces rebondissements en série, l'Américaine voit son parcours encore plus dégagé.

Chez les messieurs, il ne reste que 5 des 10 premières têtes de série, après la défaite de l'Allemand Zverev devant le très irrégulier letton Ernests Gulbis (ex-N.10 aujourd'hui 138e) 7-6 (7/2), 4-6, 5-7, 6-3, 6-0.

À 21 ans, le grand Sascha (1,98 m) compte déjà trois titres en Masters 1000 mais peine à confirmer son potentiel de future star dans les tournois majeurs. Il n'a atteint les huitièmes de finale qu'à deux reprises, l'an passé à Wimbledon et le mois dernier à Roland-Garros où il s'était arrêté en quarts de finale.

Nadal conservera le trône

L'Australien Alex De Minaur (19 ans, 80e mondial) a beau être pétri de talent, Nadal l'a balayé en deux heures à peine (6-1, 6-2, 6-4). Le champion de Roland-Garros est désormais assuré de conserver la première place mondiale à l'issue du tournoi, même si son dauphin Roger Federer garde lui le trophée à Wimbledon.

«Bien sûr, je préfère rester no 1 plutôt que de passer no 2. Mais je ne suis pas venu là pour ça, plutôt pour réaliser le meilleur tournoi possible», a expliqué le Majorquin de 32 ans. Pour lui, l'enjeu est de dépasser enfin les huitièmes de finale. Cela n'est plus arrivé au double lauréat (2008, 2010) depuis 2011 et sa dernière finale, perdue face à Novak Djokovic. Nadal n'a jamais concédé aussi peu de jeux (26) avant le «Manic Monday».

«J'ai battu des adversaires qui savent jouer sur cette surface, même si je n'ai pas encore rencontré de gros serveur.» Justement, un grand gaillard, Jiri Vesely (1,98 m), pas maladroit au service, se dressera devant lui lundi. Le Tchèque a frappé 17 aces face à l'Italien Fabio Fognini pour une victoire 7-6 (7/4), 3-6, 6-3, 6-2.

La régularité de Djokovic

En l'absence d'Andy Murray, Kyle Edmund a fait vibrer les Britanniques. Mais le natif de Johannesbourg, 23 ans, est tombé sur plus fort que lui sur le Centre court. Djokovic a écarté le 17e mondial, en quatre sets (4-6, 6-3, 6-2, 6-4). L'ancien no 1 mondial, actuellement 21e, atteint pour la 44e fois ce niveau de la compétition en Grand Chelem, ce qui le place désormais seul deuxième dans la hiérarchie.

Il dépasse l'Américain Jimmy Connors et reste à 17 longueurs de Roger Federer (61), qualifié depuis vendredi.

«C'était un match difficile face à Kyle, qui avait déjà très bien joué auparavant. Cette année, il s'est beaucoup amélioré en revers et au service. Et son coup droit était déjà une arme», a affirmé «Djoko» qui a frappé 18 aces, 41 coups gagnants mais a gaspillé 13 balles de break (sur 17 possibles). Il affrontera le Russe Karen Khachanov (40e) pour une place en quarts de finale.