Eugenie Bouchard et la gagnante Petra Kvitova lors de la remise des trophées.

Wimbledon: Bouchard s'incline devant Kvitova

La Tchèque Kvitova, en état de grâce, a surclassé la Canadienne Eugenie Bouchard samedi en finale de Wimbledon en deux sets (6-3, 6-0) pour remporter son deuxième titre sur le gazon anglais après celui de 2011.
Après avoir traversé des hauts et des bas depuis son premier sacre londonien, la Tchèque de 24 ans a réussit un retour au premier plan.
A l'issue de la balle de match, la native de Bilovec, qui avait atteint son meilleur classement en 2011 (2e), s'est écroulé sur le Central avant de se jeter dans les bras de son entraîneur.
Il n'y a simplement pas eu de match tant Kvitova a survolé les débats qui n'auront duré que 55 minutes.
Sur le Centre court, la grande blonde, au jeu hyper puissant, a tout simplement livré sa meilleure prestation de tout le tournoi, au meilleur moment.
Bouchard nerveuse
Forte de son expérience de 2011, Kvitova a débuté la partie, sans douter, alors que Bouchard, qui vivait sa première finale, semblait elle un peu nerveuse.
Très solide au service, sa principale arme, Kvitova a agressé Bouchard sur toutes ses secondes balles.
Les statistiques sont éloquentes: Kvitova a réussi 28 coups gagnants contre 8 seulement pour la Canadienne.
Après deux premiers jeux équilibrés, la Tchèque a fait le break pour mener 2-1, avant de confirmer sur son jeu de service à la suite d'un formidable travail de défense.
Un double break plus loin, Kvitova semblait filer vers la victoire mais Bouchard réussissait à réduire l'écart pour revenir à 5-3.
Juste le temps pour Kvitova de réajuster ses coups puissants pour boucler la première manche.
La suite du match tournait à la véritable démonstration.
<p>Eugenie Bouchard</p>
«Une bonne expérience», conclue Bouchard
«Mon adversaire a joué de façon incroyable, il faut lui tirer son chapeau. C'est un long cheminement que d'essayer de devenir aussi bonne que je veux l'être. Je ne gagnerais pas à chaque fois. Ma première finale en Grand Chelem est une bonne expérience de ce point de vue-là. J'étais dedans au début mais rapidement j'ai senti que je ne n'étais pas capable de mettre mon jeu en place. Elle m'a mis trop de pression. Parfois, l'adversaire est juste meilleur que nous et cela a été le cas aujourd'hui. Je vais couper un peu maintenant, mentalement et physiquement, je l'ai bien mérité je crois. Ces derniers mois j'ai beaucoup joué, à un excellent niveau. J'espère revenir de nombreuses fois en finale. C'est le but et je crois que j'ai bien avancé dans cette direction. Cette année, j'ai été proche dans chaque Grand Chelem. Je ne pense pas m'être laissé dépasser par l'évènement. Quand le match a commencé, je me suis sentie dans mon élément. Je suis toujours dure avec moi-même. Peut-être un peu trop. Mais c'est ce qui me motive pour être meilleure. Je veux ne jamais être satisfaite. Bien sûr je suis déçue mais je vais aussi réaliser que je viens de loin et apprécier ce que j'ai fait. Je pense qu'elle a manqué parfois d'équilibre dans ce match et dans ces moments-là, j'ai été hésitante. Je n'ai pas trop eu de réponses aujourd'hui. J'ai déjoué mais je garde la tête haute».