Auger-Aliassime a inscrit 11 as mais a aussi commis neuf doubles fautes et 32 fautes directes, comparativement à 24 coups gagnants.

Wimbledon: Auger-Aliassime subit l'élimination au 3e tour, Raonic l'emporte

LONDRES — Le Québécois Félix Auger-Aliassime a subi l’élimination en troisième ronde des Internationaux de tennis de Wimbledon, s’inclinant aux mains du Français Ugo Humbert, 66e joueur mondial, en trois manches de 6-4, 7-5, 6-3 lors du dernier match de la journée vendredi.

C’est donc dire que les amateurs de tennis seront privés d’un duel potentiellement intrigant en quatrième ronde entre Novak Djokovic, qui règne sur le tennis masculin, et Auger-Aliassime, l’un de ses plus beaux espoirs et 19e tête de série.

Victime d’un bris au septième jeu de la manche initiale qu’il n’a pas su récupérer, Auger-Aliassime semblait en plein contrôle au deuxième set alors qu’il s’est donné une avance de 5-2. Humbert a toutefois gagné les sept jeux suivants, dont trois au service du jeune québécois, pour boucler la deuxième manche et se donner une avance de 2-0 au troisième set.

Le Français de 21 ans a mis fin au duel en réalisant un autre bris, son cinquième en dix opportunités, lorsque Auger-Aliassime a expédié un coup droit en décroisé dans le corridor à la gauche de son adversaire.

«J’ai mal réagi à la pression. ... À un certain point, c’était un peu gênant», a reconnu Auger-Aliassime.

«C’était tout simplement difficile. Je n’arrivais pas à trouver des solutions. Je pense qu’il a fait ce qu’il avait à faire. Il a été solide. De mon côté, ç’a été pas mal embarrassant.»

Auger-Aliassime a inscrit 11 as mais a aussi commis neuf doubles fautes et 32 fautes directes, comparativement à 24 coups gagnants. Il n’a créé que quatre chances de bris et en a converti une seule, lors du deuxième jeu de la deuxième manche.

À LIRE AUSSI: Kevin Anderson s'incline au troisième tour à Wimbledon

Plus tôt en journée, Milos Raonic avait accédé aux huitièmes de finale pour la cinquième fois de sa carrière grâce à une victoire de 7-6 (1), 6-2, 6-1 contre l’Américain Reilly Opelka.

Deux tennismen canadiens n’ont encore jamais atteint les huitièmes de finale à Wimbledon au cours d’une même édition.

«Ç’a bien été. J’ai fait ce que je voulais faire, a mentionné Raonic. Vous savez, dans les moments cruciaux, j’ai joué à la hauteur de mon potentiel», a déclaré Raonic, 15e tête de série.

Raonic, qui fut finaliste en 2016, n’a toujours pas perdu de manche dans ce tournoi. Il affrontera au quatrième tour la 26e tête de série Guido Pella, après que l’Argentin eut surpris le Sud-Africain Kevin Anderson 6-4, 6-3, 7-6 (4).

Pella, qui est âgé de 29 ans, et Raonic, qui est âgé de 28 ans, ne se sont jamais affrontés.

«Ce sera difficile, a admis Raonic. Il a bien joué ici l’an dernier, il a battu Marin (Cilic), et il a obtenu une autre belle victoire aujourd’hui. Même lors de son dernier match contre (Andreas) Seppi, il a toujours bien joué sur le gazon. Ça fait longtemps qu’il est sur le circuit, et j’ignore s’il a déjà atteint ce stade d’un tournoi du Grand Chelem auparavant... battre Kevin (Anderson) ici, c’est un travail colossal.»

Dans un duel de cogneurs vendredi, les deux joueurs ont réussi 13 as pendant le match. Raonic a cependant présenté un rendement de 93 pour cent de points gagnés avec sa première balle de service, comparativement à 59 pour cent pour son adversaire.

L’Américain de six pieds 11 pouces, qui est au 63e rang du classement mondial de l’ATP, a aussi commis cinq doubles fautes. Opelka participait à Wimbledon pour la première fois de sa carrière, et il a surpris le détenteur de trois titres majeurs en carrière, le Suisse Stanislas Wawrinka, au deuxième tour.

En double, Vasek Pospisil, de Vancouver, et l’Australien Matthew Ebden ont plié l’échine 7-5, 6-4, 7-6 (3) au deuxième tour devant le Britannique Joe Salisbury et l’Américain Rajeev Ram.

Du côté des dames, Gabriela Dabrowski, d’Ottawa, et sa partenaire chinoise Yifan Xu ont aisément défait l’Ukrainienne Kateryna Kozlova et l’Australienne Arina Rodionova 6-2, 6-1 au deuxième tour.