En l'absence de Ryan Shazier, toujours hospitalisé, c'est Vince Williams (photo) qui appellera les jeux défensifs des Steelers de Pittsburgh dimanche soir contre les Ravens de Baltimore.

Williams dans les habits de son ami Shazier

PITTSBURGH — Ce n’était pas une décision longuement réfléchie qu’a pris Vince Williams de porter le maillot de son coéquipier Ryan Shazier à l’entraînement, cette semaine. Et personne ne l’a contraint à le faire, non plus. À ses yeux, enfiler le numéro 50 de son bon ami alors que celui-ci est à l’hôpital après avoir été opéré à la colonne vertébrale était la bonne chose à faire.

«Je n’ai pas vraiment pensé», a dit le vétéran secondeur intérieur, qui a amorcé les 12 matchs cette saison aux côtés de Shazier au centre de la défensive des Steelers. «Je n’en ai pas fait de cas. Personne ne m’en a même parlé. J’ai juste vu son chandail de pratique, et je l’ai mis.

«Je savais que j’allais appeler les signaux, et comme les gars de la défense sont habitués de voir le 50 au centre du caucus, je me suis dit que ça placerait tout le monde dans une position familière.»

En l’absence de Shazier, qui a été opéré mercredi et qui est toujours hospitalisé, c’est Williams qui a pris le relais et qui appellera les jeux défensifs. Même si le numéro est le même, les joueurs des Steelers ont toujours en tête que leur coéquipier a quitté le terrain sur une civière lors de la victoire contre les Bengals, lundi dernier. 

Donc, c’est en pensant à Shazier que les joueurs des Steelers ont effectué leur préparation en vue du duel de dimanche (20h30) contre leurs grands rivaux de division, les Ravens de Baltimore. Quand on marie les aspects personnel et professionnel de la situation, aucun joueur n’a eu une semaine aussi difficile pour s’ajuster que Williams. Outre le fait qu’il a le sort de son bon ami en tête, il doit s’assurer que tout le monde effectuera son boulot dans le feu de l’action.

Apprivoiser son nouveau rôle

«Honnêtement, aussi difficile que ça puisse être, tu dois seulement te concentrer sur la mission», souligne Williams. «C’est un match de division, c’est une chance pour nous de s’assurer du titre. On doit donc sauter sur le terrain et faire notre travail.»

Williams, 27 ans — il en aura 28 le 27 décembre, — a donc passé la semaine à apprivoiser son nouveau rôle, qui sera d’appeler les jeux à la ligne de mêlée, tout en tentant de développer rapidement une complicité avec ses deux nouveaux partenaires de gauche. Arthur Moats, qui en est à sa quatrième saison avec les Steelers, et Sean Spence, qui a signé avec l’équipe mardi, se partageront le boulot qu’effectuait Shazier.

«Il a déjà appelé les jeux auparavant, que ce soit en match préparatoire ou durant la saison», a indiqué Moats. «C’est un gars très intelligent, un mordu de football extrêmement brillant, il sait tout et sait quoi regarder avant la remise du ballon. Je sens qu’il va parfaitement s’adapter à cette tâche.»

Quatrième plus ancien joueur de la défensive des Steelers, Williams réalise que le sport n’est pas la chose la plus importante en raison de ce qui arrive à son ami Shazier. Ironiquement, cette blessure lui fait également réaliser à quel point il est chanceux de pouvoir le pratiquer.

«Tout le monde sait à quel point le football est important pour Ryan. Je ne peux pas dire que nous allons jouer pour lui, mais il y a certainement une petite motivation supplémentaire parce que nous comprenons qu’on ne peut tenir ça pour acquis. C’est un jeu vraiment violent. À tout moment, tu peux souffrir d’une blessure. Donc, tu ne peux pas tenir ce sport pour acquis, tu ne peux tenir aucun jeu pour acquis. Tu dois seulement jouer du mieux que tu peux tant que tu en es encore capable.»

***

MAYFIELD REMPORTE FACILEMENT LE HEISMAN

Le quart-arrière Baker Mayfield a remporté le trophée Heisman, remis au meilleur joueur de football universitaire aux États-Unis, samedi à New York. Il est le sixième joueur le l’Université d’Oklahoma à décrocher cet honneur. Premier joueur senior à être élu depuis Troy Smith (Ohio State) en 2006, la vedette des Sooners a été préférée au porteur de ballon Bryce Love (Université Stanford) et au quart Lamar Jackson (Université Louisville), qui avait été élu l’an dernier. Le résultat du scrutin a été un des plus déséquilibrés des 83 ans d’histoire du trophée Heisman. Mayfield a reçu 732 votes de première place (2398 points) contre 75 pour Love (1300) et 47 pour Jackson (793). Le vainqueur a obtenu 86 % des points, le plus haut total de l’histoire derrière Troy Smith (91,63 % en 2006) et Marcus Mariota (90,92 % en 2014). Mayfield a conduit les Sooners à une fiche de 12-1 cette saison dans l’Association Big 12 et il tentera de mener les siens à la finale nationale le 1er janvier.