Meilleur espoir de la région de Québec en vue du repêchage de la LHJMQ, William Dufour n’attache pas d’importance à l’identité de l’équipe qui le choisira.

William Dufour, un espoir en constante progression

À la même période, l’an passé, il ne pensait même pas entendre son nom à la séance de sélection de la Ligue de hockey junior majeur du Québec. Encore moins dès la ronde initiale.

Samedi, à Shawinigan, l’ailier William Dufour pourrait toutefois fort bien être le premier joueur de la région de Québec à grimper sur la tribune pour enfiler le chandail de l’équipe qui le choisira.

Le produit du Blizzard du Séminaire Saint-François est le joueur de Québec le mieux classé selon la plus récente liste du Centre de soutien au repêchage (CSR) de la LHJMQ. Son nom apparaît au neuvième rang, tandis que Pierre--Olivier Roy, des Chevaliers de Lévis, le suit au 11e.

«Ce serait mentir de dire que je n’ai pas hâte à samedi, je ne pense qu’à ça depuis un mois… Je sais que je vais être repêché, reste à savoir où. Et peu importe l’endroit, que ce soit à Québec ou au Cap-Breton, ça fera mon affaire. Je vais aller n’importe où, mes parents sont aussi prêts à ce que je parte vivre en pension, jouer et étudier loin de chez nous.»

Dufour ne cache toutefois pas sa fierté à l’idée d’être considéré comme un éventuel choix de première ronde par le CSR. «Ce serait un honneur de sortir en première ronde, mais l’important c’est d’abord d’être repêché. Et si jamais je l’étais en deuxième ronde, mon objectif restera le même : mériter un poste dès la saison prochaine, faire ma place et progresser comme je l’ai fait avec le Blizzard», soulignait le jeune homme de 16 ans de Beauport, qui se verrait bien sortir entre le cinquième et le 10e rang.

Le signal du réveil

Pour lui, le déclic est survenu à sa première saison bantam, où il n’avait pas réussi à percer l’alignement AAA du SSF. Il l’a plutôt fait la saison suivante avant de faire le saut avec l’équipe midget AAA, l’automne dernier.

«Ne pas faire le bantam AAA à ma première année, ç’a m’a servi de réveil. C’est sûr que je mesurais cinq pieds, quatre pouces et que je pesais 120 livres, j’avais la même grandeur que ma mère. J’ai pris 10 pouces en à peine deux ans, j’ai dépassé mon père», raconte en riant l’attaquant de 6’2” et de 180 livres.

Au camp d’entraînement, il n’était même pas sûr de percer l’alignement de l’équipe dirigée par Martin Laperrière. «J’étais stressé à mort, mais ç’a bien été. Martin m’avait fait venir dans son bureau et m’a demandé : “Penses-tu en avoir fait assez pour faire le club?” Je ne savais pas trop quoi répondre, j’ai dit oui, et il m’a confirmé que je le faisais», raconte-t-il, comme si nous étions dans le bureau de l’entraîneur-chef récemment nommé passé chez les Remparts.

Victime d’une commotion cérébrale en début de saison, Dufour soutient avoir «débloqué» à son retour. Après avoir commencé sur les troisième et quatrième lignes, il a obtenu sa chance au sein des unités spéciales et il en a profité. En seconde moitié, il était utilisé à toutes les sauces, autant sur le jeu de puissance qu’en désavantage, et aussi, au sein des deux premiers trios.

«J’ai eu une bonne progression. Au début, je devais avoir trois ou quatre points en 15 matchs, et j’ai fini avec 36 en 36. Plus la saison avançait, plus j’avais de temps de glace. Je ne suis pas capable de me définir dans une catégorie en particulier. Je suis capable de la mettre dedans, je considère être un joueur avec de bonnes habiletés, mais je pense avoir amélioré mon jeu défensif.»

+

UN JEUNE PAS GÊNÉ

Après avoir joué avec des gars de son âge depuis toujours, William Dufour pourrait évoluer avec des joueurs plus vieux que lui s’il devait entreprendre la prochaine saison dans la LHMJQ. Ça ne le dérange pas d’une miette.

«À la base, je suis quelqu’un qui aime parler. Dans une nouvelle équipe, je vais prendre ma place au fur et à mesure, mais je ne suis pas le genre à rester dans mon petit coin. Je suis capable de jaser avec les vétérans. J’arbitre des gars plus vieux que moi au baseball, je travaille à la boutique de souvenirs des Capitales, je parle au monde, je ne suis pas gêné. Comme arbitre, il y a des parents qui me crient après, ça me passe 10 pieds par-dessus la tête.» 

+

LA PREMIÈRE RONDE VUE PAR LE CENTRE DE SOUTIEN AU RECRUTEMENT

1. Hendrix Lapierre, attaquant, Gatineau (midget AAA)

2. William Villeneuve, défenseur, Magog (midget AAA)

3. Patrick Guay, attaquant, Magog (midget AAA)

4. Jérémie Poirier, défenseur, Châteauguay (midget AAA)

5. Mavrick Bourque, attaquant, Trois-Rivières (midget AAA)

6. Josh Lawrence, attaquant, Selects Academy (U16, Nouveau-Brunswick)

7. Thomas Bordeleau, attaquant, Collège Esther-Blondin (midget AAA)

8. Charles Beaudoin, attaquant, Magog (midget AAA)

9. William Dufour, attaquant, Séminaire St-François (midget AAA)

10. Lukas Cormier, défenseur, Moncton (midget AAA, Nouveau-Brunswick)

11. Pierre-Olivier Roy, attaquant, Lévis (midget AAA)

12. Marshall Lessard, attaquant, Magog (midget AAA)

13. Jérémie Biakabutuka, défenseur, Collège Charles-Lemoyne (midget AAA)

14. Lucas Mercuri, attaquant, Châteauguay (midget AAA)

15. William Provost, attaquant, Amos (midget AAA)

16. Elliot Desnoyers, attaquant, St-Hyacinthe (midget AAA)

17. Nicolas Kingsbury-Fournier, attaquant, Collège Esther-Blondin (midget AAA)

18. Zachary Roy, attaquant, Châteauguay (midget AAA)