À 16 ans seulement, Alexis Lafrenière a été le meilleur marqueur de l'Océanic cette saison.

Wildcats-Océanic : les chiffres ne veulent plus rien dire

BAIE-COMEAU — Serge Beausoleil assure ne pas se laisser berner par les 31 points qui séparent sa formation, l’Océanic de Rimouski, de son premier adversaire en séries, les Wildcats de Moncton.

«On se doit de les respecter, ils ont une force de frappe trop importante pour se permettre de jouer échevelé», a souligné avec justesse le grand patron hockey des champions de la division Est. Moncton a inscrit 233 buts en saison régulière, deux de plus que Rimouski, et compte sur quatre marqueurs de plus de 60 points.

«Jusqu’en novembre, ils étaient l’un des meilleurs clubs de la ligue, mais ils ont été frappés par plusieurs blessures», a enchaîné Beausoleil, qui confie qu’à son avis, les Wildcats auront une raison supplémentaire d’être chargés à bloc. «Je suis certain qu’ils ne sont pas contents de leur rang au classement [14e]», a-t-il déclaré.

LIRE AUSSI : Drakkar-Mooseheads : un rendez-vous pour les dépisteurs

L’entraîneur-chef et directeur général dirige toutefois une solide défensive, celle qui a accordé le moins de buts dans la LHJMQ (174) en 2017-2018. Cette excellente brigade est menée par Charle-Édouard D’Astous, Chase Stewart et Jordan Lepage, qui incidemment sera de retour au jeu pour le premier match de cette série. Beausoleil a également sous la main la meilleure unité en désavantage numérique de tout le circuit.

Le pilote rappelle toutefois que tous ces chiffres ne veulent plus rien dire et que la vraie saison, comme le veut le cliché sportif, débute vendredi soir. Il souhaite que ses ouailles abordent les éliminatoires avec le même état d’esprit, lui qui se dit sensible aux excès de confiance.

«La saison, ça sert à travailler et à apporter à chaque match le meilleur hockey possible. Quand tu arrives en séries, il faut continuer de la même façon, il ne faut pas déroger de ça», soutient-il. «J’ai vu trop d’équipes, des miennes entre autres, à avoir une façon de faire en saison et une autre philosophie en séries. Ça ne marche pas, et on a d’ailleurs insisté là-dessus tout au long de la saison.»

LIRE AUSSI : Bataille féroce à prévoir entre Québec et Charlottetown

Cette série opposera aussi deux des meilleurs joueurs de 16 ans de la ligue, Alexis Lafrenière pour l’Océanic et Jakob Pelletier pour les Wildcats. Beausoleil le reconnaît évidemment, mais refuse de leur mettre trop de pression, tout en faisant valoir que les deux recrues seront scrutées de près toute leur carrière. Ils doivent donc s’y faire.

«Ce sont deux excellents joueurs, qui doivent vivre avec les comparaisons tout le temps parce qu’ils sont sous les projecteurs, mais ce n’est pas une série qui oppose Jakob à Alexis, c’est l’Océanic contre les Wildcats», a-t-il conclu.