Jeremy McKenna a dévié un tir d’Alexander Khovanov, déjouant Tristan Côté-Cazenave à 2:12 à faire au match, dimanche, au Centre Vidéotron. Benoît-Olivier Groulx a ensuite complété la marque dans un filet désert.

Wildcats 5/Remparts 3: Québec échappe un point en fin de match [VIDÉO]

Un but de Jeremy McKenna avec 2:12 à faire au match est venu briser l’égalité de 3 à 3 et priver les Remparts de Québec d’un point dimanche après-midi quand les Wildcats de Moncton l’ont emporté 5 à 3 au Centre Vidéotron.

McKenna a dévié un tir d’Alexander Khovanov pour son deuxième but du match après avoir obtenu une aide sur le but égalisateur du Russe marqué 41 secondes après le début du troisième engagement. Benoît-Olivier Groulx a complété la marque dans un filet désert.

«C’est certain que j’aurais aimé avoir au moins trois points sur quatre en fin de semaine et perdre ça avec deux minutes à faire au match, c’est un peu frustrant. Je crois que l’équipe a quand même joué du bon hockey», a commenté l’entraîneur-chef Patrick Roy après la partie.

«Les revirements nous ont fait mal. C’est ce qui est arrivé sur le dernier but. C’est le type de situation qu’on va continuer de travailler avec les joueurs. C’est frustrant de perdre de cette façon, mais nous affrontions une bonne équipe», a repris Roy.

Explosion de quatre buts

La marque était toujours de 0 à 0 en début de deuxième période, mais une explosion de quatre buts en moins de six minutes a permis aux Remparts de se donner une priorité de 3 à 1. Hunter Holmes et Dylan Schives ont été les premiers à déjouer le gardien des Wildcats Olivier Rodrigue.

Gabriel Fortier a répliqué en battant Tristan Côté-Cazenave et, moins de 40 secondes plus tard, Théo Rochette redonnait une priorité de deux buts aux Diables rouges en marquant lors d’une échappée avec un tir dans le haut du filet.

Rochette était heureux d’avoir marqué un but, mais son visage démontrait qu’il aurait de beaucoup préféré rentrer au vestiaire avec la victoire. «Ce but fait du bien pour la confiance, mais on menait 3 à 1 et la défaite fait mal», a-t-il déclaré.

«Tout s’est joué sur des détails. On n’a pas mal joué, mais ce sont des petits rebonds, des sorties de zones qui ont changé le match. Il faudra travailler là-dessus et sur les avantages numériques», a poursuivi Rochette au sujet de la performance de 0 en 3 des siens à cinq contre quatre.

Pierrick Dubé était déçu lui aussi même si son entraîneur avait salué sa performance sur la glace. «Contre une équipe comme les Wildcats, on ne peut pas se permettre des erreurs comme ça», a-t-il lancé.

«On a pratiqué notre défensive de zone, mais à force de tourner dans notre zone, en fin de game, ça commençait à paraître qu’il y avait de la fatigue», a déclaré Dubé à propos de la défensive qui a aidé les siens en début de partie, mais était moins efficace en fin de match.

Wildcats en tête

Quant aux Wildcats, ils rattrapent avec cette victoire les Saguenéens de Chicoutimi au sommet de l’association Est. «Ce n’est jamais un match facile quand on arrive à Québec, même reposé. Durant la première partie du match, on a pris de mauvaises décisions avec la rondelle, mais il faut aussi donner le crédit à Québec qui avait réussi à mettre de la pression», a déclaré l’entraîneur des vainqueurs Daniel Lacroix.

NOTES : L’attaquant Yu Sato était en uniforme en raison de la suspension imposée à Thomas Caron... Gabriel Montreuil était pour sa part jumelé avec Cole Cormier et Nathan Gaucher... Affecté par une commotion cérébrale, Gabriel Belley-Pelletier n’a pas disputé le match... Patrick Roy a hâte de voir comment Gordie Dwyer, qui portait les couleurs des Remparts quand il avait acheté l’équipe avec Jacques Tanguay et Michel Cadrin en 1997, s’adaptera comme entraîneur-chef par intérim des Cataractes de Shawinigan... La pièce La Ziguezon de la Bottine Souriante résonnait dans le vestiaire des Wildcats avant et après le match, suivie du succès de Shakira Hips Don’t Lie...

+

+

PELLETIER REPREND SON RYTHME

Repêché en première ronde par les Flames de Calgary, l’ailier natif de Québec Jakob Pelletier est encore en route vers une belle saison avec les Wildcats de Moncton, même s’il a traversé une période creuse après les Fêtes.

Après avoir débuté la saison sur une lancée de 18 buts et 31 aides en 26 parties, l’ancien du Blizzard du Séminaire Saint-François avait été tenu à l’écart du jeu en raison d’une blessure. À son retour, il n’avait marqué que trois fois et avait ajouté seulement cinq aides les 13 matchs suivants.

Pas satisfait de son rendement

«Je ne suis pas vraiment satisfait de mon rendement après Noël. J’ai connu une baisse de régime, mais là, ça commence à revenir», explique celui qui cumule trois buts et deux aides à ses trois derniers matchs et était toujours onzième dans la colonne des marqueurs de la Ligue avec 24 buts et 40 aides avant le match de dimanche.

Même s’il refuse de blâmer la fatigue ou sa commotion cérébrale pour sa baisse de rendement, Pelletier avoue qu’il était déçu que son séjour sur la liste des blessés l’ait empêché d’être sélectionné par Équipe Canada Junior, qui a rapporté l’or des Championnats mondiaux.

«Ça a été tough, mais il faut que je laisse ça derrière moi», poursuit celui dont la famille et les amis s’étaient déplacés pour le voir à l’œuvre au Centre Vidéotron, dimanche.

Bonne relations avec Calgary

Par ailleurs, Pelletier indique que les relations sont bonnes entre lui et l’organisation des Flames de Calgary, avec qui il a signé un contrat d’entrée dans la LNH après le camp d’entraînement en septembre.

«Je parle de une à deux fois par semaine avec un responsable du développement des joueurs. Et la consultante en patinage de puissance [power skating], Dawn Braid, est déjà venue me voir deux fois cette année. C’est agréable, car je sens que je figure dans leurs plans», termine Jakob Pelletier.

+

L'ACTE DE CONTRITION DE THOMAS CARON

Suspendu pour deux matchs pour avoir craché sur Liam Kidney des Eagles du Cap-Breton dans les dernières secondes du match de vendredi, l’attaquant des Remparts Thomas Caron a tenu à faire un acte de contrition public, dimanche.

«Je veux m’excuser non seulement auprès des partisans des Remparts, mais de la ville de Québec en entier, car les Remparts sont la seule équipe dont j’aie porté l’uniforme dans les rangs junior», a-t-il déclaré après avoir contacté Le Soleil durant le match pour faire ces excuses publiques.

«Je ne peux pas expliquer pourquoi j’ai fait ça, mais c’est un geste tout à fait inacceptable», a-t-il ajouté, signalant que le gardien Tristan Côté-Cazenave, qui a mérité son premier blanchissage de la saison vendredi, avait été le premier à recevoir ses excuses.

«Je savais qu’il y avait un blanchissage en jeu et c’est pour ça que je suis allé voir Tristan pour lui dire que je me sentais très mal et que je n’aurais pas voulu que son jeu blanc soit compromis à cause de moi.»

Caron a bien sûr discuté de son geste avec son entraîneur Patrick Roy et ses autres coéquipiers. «Patrick a eu une bonne discussion avec moi et m’a dit que ce n’était pas acceptable, surtout que j’ai un “A” sur mon chandail. Je veux mettre ça derrière moi et aider l’équipe à gagner en tant que leader. Les jeunes de l’équipe ont besoin d’un grand frère, mais pas d’un grand frère qui agit comme je l’ai fait», a-t-il poursuivi.

Roy avait mentionné aux médias avant la partie que son attaquant était «repentant» à la suite de son geste. «Comme je lui ai dit, on n’appuie pas ce type de comportement. C’est indéfendable et on ne veut pas que nos joueurs fassent ça. Je pense qu’il a eu sa leçon», a affirmé l’entraîneur-chef et directeur général des Diables rouges. Ian Bussières