L’entraîneur du Manchester United, Jose Mourinho, serre la main d’Arsène Wenger qui, malheureusement, quitte l’Arsenal après 22 saisons sur une note perdante, son club ayant perdu 2-1, dimanche.

Wenger quitte l'Arsenal sur un revers

LONDRES — Arsène Wenger a fait ses adieux à Old Trafford en tant qu’entraîneur d’Arsenal sur une défaite de 2-1 contre Manchester United, dimanche.

La défaite prendra sans doute des airs de symbole : elle élimine définitivement les «Gunners» du top 4 synonyme de qualification pour la Ligue des champions, tout en assurant à Manchester United sa place dans la compétition reine.

Old Trafford avait prévu un accueil chaleureux à Wenger, sur le départ à la fin de la saison après 22 ans à la tête d’Arsenal. Les supporters mancuniens et Sir Alex Ferguson, invité par José Mourinho, ont salué l’Alsacien pour sa dernière dans le «Théâtre des rêves».

Wenger et Ferguson ont été de féroces rivaux pendant de nombreuses années, alors que les deux clubs se sont battus pour la suprématie sur la Premier League lors de la première décennie du règne de Wenger. Cela n’a pas empêché l’Écossais de saluer Wenger sur la ligne de touche avant le coup d’envoi, avant de lui offrir un vase en argent. Un geste de «classe», a remercié Wenger.

Sur le terrain, les «Red Devils» se sont imposés sans génie face une équipe B d’Arsenal, grâce à un but de Marouanne Fellaini dans le temps additionnel (90e+1).

Avant le coup de tête du Belge, Henrikh Mkhitaryan, contre son ancien club, avait réussi à égaliser (51e) à la suite de l’ouverture du score de Paul Pogba, à la reprise d’une tête sur le poteau d’Alexis Sanchez (16e).

Les «Gunners» avaient laissé de nombreux cadres au repos en vue de la demi-finale retour d’Europa League contre l’Atletico Madrid, jeudi (1-1 à l’aller).

Si Mourinho pourra se satisfaire de la victoire, il regrettera la blessure de Romelu Lukaku, sorti après un coup lors de la seconde demie.

«Un nul aurait été injuste», a commenté Mourinho. «On a eu plus d’occasions, on a mérité même si on a été un peu chanceux. On a fait entrer Fellaini pour remplacer la présence de Lukaku dans la surface.»

Record après record

Avant le rendez-vous d’Old Trafford, Manchester City avait égalé le record de victoires en Premier League (30 par Chelsea la saison passée), grâce à son facile succès contre West Ham (4-1).

Les hommes de Pep Guardiola sont aussi tout proches de battre un autre record des «Blues», celui du nombre de buts sur une saison. Les Londoniens en avaient marqué 103 en 2009-2010, les Mancuniens en ont déjà 102 dans la musette.

Avec 93 points et encore trois matches à disputer, les «Citizens» sont aussi lancés pour faire tomber la barre placée à 95 par Chelsea en 2004-2005.

«Nous avons la chance d’être la meilleure équipe de l’histoire de l’Angleterre, avec le plus de points, nous allons essayer de le faire dimanche prochain [contre Huddersfield]», a réagi Guardiola. «Il faut toujours jouer pour quelque chose. Une fois la Premier League gagnée, l’objectif était les chiffres. Nous avons une chance de battre les records.»