Larry Walker et Derek Jeter

Walker entrera au Temple avec la casquette des Rockies, pas celle des Expos

NEW YORK — La plaque de Larry Walker au Temple de la renommée du Baseball majeur sera ornée de la casquette des Rockies du Colorado, et non celle des Expos de Montréal.

Walker a rencontré les dirigeants du Temple de la renommée après son élection mardi, à sa 10e et dernière année d'éligibilité.

Walker a vu son nom être inscrit sur 304 des 397 bulletins de vote soumis par les membres de l'Association des chroniqueurs de baseball d'Amérique (BBWAA), soit 76,6 %.

Afin d'être élus à Cooperstown cette année, les joueurs devaient obtenir la faveur de 75 % des électeurs, ou 298 votes.

Le voltigeur de Maple Ridge a joué pendant 17 saisons avec les Expos (1989 à 1994), les Rockies (1995 à 2004) et les Cardinals de St. Louis (2004-2005).

Il a conclu sa carrière avec une moyenne offensive de ,313, 2160 coups sûrs, dont 417 doubles et 383 circuits, 1311 points produits, 1355 points comptés et 230 buts volés.

«Ç'a été une décision difficile à prendre, parce que je suis Canadien», a confié Walker.

Il a ajouté qu'un facteur déterminant l'avait poussé à choisir la casquette des Rockies; c'est au Colorado «que j'ai causé l'essentiel de mes dégâts».

La décision finale revient au Temple de la renommée, après avoir consulté le joueur élu.

Le Britanno-Colombien a remporté le titre de joueur par excellence de la Ligue nationale en 1997, alors qu'il avait maintenu une moyenne de ,366 avec 49 circuits, 130 points produits et 143 points comptés. Ses moyennes de puissance (,720) et de présence/puissance (1,172) avaient alors été les meilleures de la MLB, tandis que ses circuits et sa moyenne de présence (,452) avaient été les meilleurs de la Nationale.

À ce titre de joueur par excellence, il faut ajouter trois championnats des frappeurs, sept Gants d'or, trois Bâtons d'argent, en plus de cinq participations au match des étoiles.

+

L’IDENTITÉ DU VOTANT QUI A LAISSÉ JETER DE CÔTÉ POURRAIT NE JAMAIS ÊTRE CONNUE

L’identité du votant qui a privé Derek Jeter d’une intronisation unanime au Temple de la renommée du baseball majeur, mardi, pourrait ne jamais être connue, ce qui n’agace nullement ni Jeter, ni les dirigeants du Temple.

Les membres de l’Association des chroniqueurs de baseball d’Amérique (BBWAA), sont ceux qui optent, sur une base individuelle, de rendre leur vote public ou non. Lorsque la BBWAA a choisi, à compter de 2012, de dévoiler les votes individuels pour le trophée Cy Young et pour les titres de joueur le plus utile à son équipe, de recrue de l’année et de gérant de l’année, l’organisme avait également décidé de révéler au public tous les votes en vue de l’intronisation au Temple. Selon Jack O’Connell, secrétaire-trésorier de la BBWAA, la décision avait été prise dans le but «d’être complètement transparent».

Or, selon ce qu’a déclaré O’Connell mercredi, les membres du conseil d’administration du Temple ont rejeté la suggestion, préférant laisser le choix à l’individu de dévoiler son vote ou non.

Lors d’une conférence de presse où elle était accompagnée de O’Connell, Jane Forbes Clark, la présidente du conseil d’administration du Temple, a dit être à l’aise avec le processus actuel.

La BBWAA va annoncer, le 4 février, les choix des votants qui ont accepté de rendre leur vote public. Sur les 228 bulletins qu’avait recueillis Ryan Thibodaux, le nom de Jeter avait été inscrit sur chacun d’entre eux. En tout, 397 bulletins de vote ont été acheminés.

Questionné à savoir ce qu’il dirait au votant qui n’a pas inscrit son nom sur son bulletin, Jeter n’a pas voulu s’aventurer sur ce terrain.

«Je me concentre sur ceux qui m’ont choisi, a-t-il expliqué. Ça prend beaucoup de gens qui sont tous d’accord pour vous amener à cette étape et pour cette raison, je ne pense pas à ça. Je suis heureux d’être assis à cette tribune. C’est quelque chose qui ne me traverse pas l’esprit.»

Mariano Rivera, un coéquipier de Jeter lors de cinq conquêtes de la Série mondiale, est devenu le premier choix unanime l’an dernier, lorsque son nom s’est retrouvé sur chacun des 425 bulletins de vote.

Il avait alors effacé le record pour le plus haut pourcentage de votes, qui appartenait au voltigeur Ken Griffey fils depuis 2016. Le nom de Griffey fils avait été inscrit sur 437 des 440 bulletins de vote, pour une proportion de 99,3 %.