Volleyball: Vicho souhaite la fin parfaite avec le Rouge et Or [VIDÉO]

L’un des meilleurs joueurs de volleyball à être passé à l’Université Laval dispute ses derniers matchs dans l’uniforme du Rouge et Or, en fin de semaine. Mais plus que ses cinq titres de joueur par excellence au Québec en cinq ans et ses 1500 attaques marquantes, Vicente Parraguirre veut laisser sa marque comme champion canadien.

Le championnat canadien de volleyball universitaire masculin s’ébranle vendredi, à Québec, dans l’amphithéâtre du PEPS. En quarts de finale de ce tournoi à huit équipes, le Rouge et Or affronte les Gaels de Queen’s.

Le Chilien de 24 ans, que tous surnomment Vicho, espère de tout cœur que son séjour de cinq ans à Québec sera couronné par l’ultime triomphe en grande finale, dimanche. «Ce serait la fin parfaite!» sourit-il sous sa barbe touffue, dans un accent mélangeant espagnol et québécois.

Parraguirre mène son équipe comme capitaine. Un rôle auquel le natif de Santiago n’était pas du tout destiné, lorsqu’il a accepté l’invitation de l’entraîneur-chef Pascal Clément, en 2014.

«Il y a cinq ans, je n’aurais jamais mis mon argent sur le fait que je deviendrais capitaine et que je ferais des entrevues en français!» s’est esclaffé Vicho, mardi, en marge de la conférence de presse de lancement du championnat.

«Au début, mon rôle était important au sein du jeu, comme gros attaquant. À la base, je ne suis pas quelqu’un qui parle beaucoup. Il y avait la barrière de la langue, mais même en espagnol, les pep talk avant le match, ce n’est pas mon genre.

«Mais avec les années, j’ai pris un rôle de leadership et on a tellement une belle équipe cette année et des bons gars à gérer, ça me vient tout naturellement. Je suis fier d’être capitaine, mais je n’aurais jamais imaginé ça en arrivant ici», dit celui qui a refusé des offres professionnelles après sa deuxième saison à Québec.

Parmi les meilleurs

À la barre de l’équipe depuis 27 ans, Clément classe sans hésiter Parraguirre parmi les meilleurs joueurs à avoir enfilé le maillot du Rouge et Or. Aux côtés des Éric LeBreton, Karl De Grandpré, Michel Cazes et Gino Brousseau, maintenant son adjoint. Sans oublier certains passeurs et libéros, qui ont évolué dans l’ombre des grands attaquants de pointe.

«Mais vous ne me parlez pas de ses points, de ses blocs et de ses services. Vous me parlez de son leadership, de sa maturité et de sa capacité à mener un groupe», a répondu le coach aux journalistes qui l’interrogeaient sur son numéro 5.

«Il y a cinq ans, il n’était pas capable de faire ces choses-là. Il était capable d’attaquer des ballons et de marquer 25 points en un match à sa première année, ce n’était pas un problème. Mais il ne parlait pas français, ne connaissait pas notre culture, ne faisait pas de jokes en français!»

Clément avoue avoir été audacieux de l’avoir d’abord approché, par l’entremise de son adjoint d’alors, Daniel Cuzmar, lui aussi Chilien d’origine qui avait joué avec le frère aîné de Vicente.

«Mais ç’a été doublement audacieux de sa part d’accepter! Vicho a été à la fois l’un des plus grands joueurs qu’on a recrutés et l’un de ceux qui ont demandé le moins d’énergie. C’est plus lui nous a recrutés», croit l’entraîneur.

Propos en écho auprès du joueur, comme quoi c’était une rencontre prédestinée. «On me demande souvent pourquoi j’ai choisi Laval. Je réponds plutôt que c’est Laval qui m’a choisi!» sourit Parraguirre, qui décrochera un baccalauréat en administration fin avril, avant de retourner au Chili et poursuivre sa carrière de volleyeur chez les professionnels.

Mais jamais il n’oubliera sa «deuxième famille québécoise», assure-t-il.

+

PREMIER DÉFI: QUEEN’S

Deux ans que le Rouge et Or sait qu’il accueillera le championnat canadien universitaire masculin de volleyball du 15 au 17 mars 2019, à l’Université Laval. Deux ans et voilà que ça commence vendredi soir, dans un amphithéâtre du PEPS qui pourrait être rempli de 3000 amateurs.

«Notre objectif n’a jamais été tant de parler de la foule que de le vivre. Mais on est très à l’aise de jouer à la maison. C’est probablement l’année où on a joué le plus de matchs à domicile», explique le pilote Pascal Clément, qui participe à son 24e championnat canadien en 27 ans à la barre de l’équipe.

Sur les huit équipes en lice, le Rouge et Or, semé troisième favori du tournoi, s’avère le seul du top cinq à ne pas venir de l’Ouest, les quatre autres étant Brandon (1), Trinity Western (2), Mount Royal (4) et Alberta (5).

Son premier défi sera toutefois les Gaels de Queen’s (6). À sa première année au poste de coach en chef, Gabriel DeGroot est aussi en nomination comme Clément pour le titre d’entraîneur de l’année au Canada. Les Gaels viennent de mettre fin à six ans de règne des Maurauders de McMaster (7) au sommet du volleyball universitaire masculin ontarien. Laval et Queen’s ont divisé leurs deux duels en septembre dernier et sont aussi 1-1 l’un contre l’autre au Canadien, leur dernier affrontement dans ce contexte remontant à 12 ans.

Vendredi, le Rouge et Or livrera le 100e match de son histoire en championnat canadien, qu’il accueille pour la 12e fois. La dernière fois, c’était en 2013 et les Lavallois ont été sacrés champions canadiens pour la quatrième fois après les titres de 1990, 1992 et 1994. Aussi, le Rouge et Or de 2013 a été le seul club champion des 24 dernières années à loger à l’est de Winnipeg.

À noter que les grands favoris, les Bobcats de Brandon, aussi venus diviser deux rencontres à Québec fin décembre, ont perdu leur premier match de ligue depuis le 10 novembre dans la première tranche de leur série demi-finale de conférence, il y a deux semaines, 3-0 contre Mount Royal.

Remis aux grands vainqueurs, le trophée Tantramar est un don de l’Université Mount Allison, au Nouveau-Brunswick, en 1967, du nom des marais Tantramar voisins de l’université, une aire naturelle protégée voisine de l’université. 

+

LE CALENDRIER

Vendredi

13h [A] Brandon (1) c. Montréal (8)

15h [B] Mount Royal (4) c. Alberta (5)

18h [C] Trinity Western (2) c. McMaster (7)

20h [D] ROUGE ET OR (3) c. Queen’s (6)

Samedi

13h [E] Classement Perdant A c. Perdant B

15h [F] Classement Perdant C c. Perdant D

18h [G] Demi-finale Gagnant A c. Gagnant B

20h [H] Demi-finale Gagnant C c. Gagnant D

Dimanche

11h 5e place Gagnant E c. Gagnant F

13h Bronze Perdant G c. Perdant H

16h Finale Gagnant G c. Gagnant H