Pascal Clément, qui dirigeait son dernier match au PEPS, a vu ses hommes vaincre le Vert & Or en trois manches de 25-18, 25-20 et 25-16 et accéder à la finale provinciale face aux Carabins de l’UdeM.

Volleyball masculin: le Rouge et Or en finale québécoise

L’entraîneur Pascal Clément ne pouvait pas espérer mieux pour son dernier match au PEPS de l’Université Laval. Le Rouge et Or a remporté en trois manches de 25-18, 25-20 et 25-16 le troisième et ultime match de la demi-finale contre le Vert & Or de Sherbrooke et passe en grande finale contre ses rivaux des Carabins de l’Université de Montréal.

Clément, qui a annoncé sa retraite à la fin de la présente saison après 28 ans de loyaux services comme entraîneur-chef, a d’ailleurs tenu à prendre la parole après le match pour remercier ses joueurs.

«Je ne pouvais demander mieux que de terminer une longue carrière ici par une victoire. Merci beaucoup! Je tiens aussi à remercier les partisans. Je sais que je n’ai pas toujours été le coach le plus sympathique...», a-t-il lancé, ovationné par la foule.

En point de presse, Clément a avoué qu’il était soulagé de passer en finale québécoise et d’obtenir ainsi l’un des deux laissez-passer pour le championnat canadien.

«J’ai encore perdu quelques livres ce soir. Je l’avoue, ça m’a hanté une bonne partie de la semaine. Bien égoïstement, je ne voulais pas que ça finisse avec une défaite chez nous!» a-t-il confié.

Fortin, Martin, Obomsawin

L’entraîneur s’est aussi dit satisfait de ce qu’il a vu au cours des deux derniers matchs contre le Vert & Or dans cette série qui avait pourtant commencé par une défaite vendredi et après une saison en dents de scie marquée par les blessures. 

«Nicolas Fortin nous a sorti des coups de canon assez impressionnants ce soir. Il a les capacités athlétiques pour faire des points», a-t-il poursuivi à propos de son attaquant qui a dominé le match avec 16 attaques marquantes et un pourcentage d’efficacité de .379.

Le retour de l’attaquant Alexandre Obomsawin, qui avait été blessé trois mois, et le remplacement du vétéran Ethan Ellison par le joueur de deuxième année Ludovic Martin au poste de passeur auront aussi été des moments décisifs, selon Clément.

L’entraîneur a cependant tenu à faire une fleur à Ellison, qui termine sa dernière année universitaire, en le ramenant sur le terrain dans les derniers moments du match. «Je voulais qu’il finisse sur le terrain et, après la partie, il m’a remercié pour mon geste», a commenté Clément.

De son côté, Martin était à l’aise avec la confiance que lui avait accordée son entraîneur. «J’étais un peu anxieux hier [samedi], mais après, c’était comme d’habitude, surtout que j’ai toujours aimé les matchs des séries. Je suis habitué à la pression après avoir fait plusieurs championnats canadiens au collégial», a déclaré l’étudiant en administration des affaires.

Contre les Carabins

Le Rouge et Or devra maintenant se préparer pour la finale provinciale, qui débute le 6 mars et sera entièrement disputée au Centre d’éducation physique et des sports de l’Université de Montréal (CEPSUM), le domicile des Carabins.

«C’est sûr que ce sera une série difficile. Ils nous ont fait mal lors des trois derniers matchs contre eux et on ne sera pas chez nous. Il faudra avoir une bonne réception, car quand c’est le cas, on peut attirer les bloqueurs où on veut», a indiqué Martin.

Son entraîneur, lui, n’a pas fait de cachette quant à ses sentiments envers les Carabins. «Je ne les ai jamais aimés en 35 ans, ce n’est pas là que ça va commencer», a-t-il laissé tomber.

«Cependant, Montréal a une bonne équipe de volleyball et, maintenant, je sais qu’on n’ira pas se battre avec des tire-pois!» a-t-il résumé, ajoutant que ni la rivalité avec les Carabins, ni la «vengeance» après trois revers en quatre cette année n’étaient des sentiments qui l’animaient pour son ultime finale québécoise.