L’équipe féminine du Rouge et Or disputait son second match au PEPS de l’Université Laval et faisait face à une formation plus athlétique qui comptait dans ses rangs huit joueuses de six pieds et plus.

Volleyball: les gars et les filles du Rouge et Or s’inclinent face aux Carabins

L’équipe masculine et l’équipe féminine de volleyball du Rouge et Or de l’Université Laval se sont inclinées samedi en finale provinciale face aux Carabins de l’Université de Montréal.

Les deux formations avaient perdu leur match de la veille dans cette série deux de trois. L’équipe féminine disputait son second match au PEPS de l’Université Laval et faisait face à une formation plus athlétique qui comptait dans ses rangs huit joueuses de six pieds et plus.

Après avoir perdu les deux premières manches 25-18 et 25-17, les protégées de Danny Da Costa se sont reprises lors de la troisième manche, qu’elles ont remportée 25-16. Les Carabins ont cependant repris le dessus la manche suivante pour s’assurer de la médaille d’or avec un gain de 25-21.

Sitôt les cérémonies d’après-match complétées, les joueuses du Rouge et Or ont immédiatement retiré leurs médailles d’argent de leur cou. 

Blessure coûteuse

Pour l’attaquante Maud Chapleau, les quelques pouces que le Rouge et Or concédait aux Carabins n’était pas tant un facteur dans cette défaite que la blessure de l’attaquante Marianne Saint-Aubin.

«C’était difficile, car on était rendues onze! Marianne avait de la difficulté à sauter, nous étions très limitées aux ailes. On savait qu’il fallait se donner à 200%», a déclaré la joueuse de quatrième année.

La libéro Claudia Besner aurait pour sa part bien aimé terminer sa carrière universitaire avec une médaille d’or au cou, mais elle ne pouvait quand même qu’être fière du chemin parcouru par son équipe.

«Cette année, on était vues comme des «underdogs» et on s’est quand même rendues en finale. On a un beau club et on a tellement travaillé fort. On a commencé l’année avec un nouveau «coach», plusieurs recrues. Je suis fière...», a-t-elle commenté, les yeux en larmes.

Da Costa ambivalent

Leur entraîneur Danny Da Costa était toutefois plutôt ambivalent après la défaite. «Si je suis satisfait? Je dirais oui et non... On est quand même dans le «top 2» et peu de gens nous voyaient là en début de saison. Cependant, je n’aime pas les excuses, que c’est parce qu’on n’était pas assez, que c’est parce qu’on était trop petites», a-t-il déclaré.

«Je ne suis pas sûr qu’on ait donné tout ce qu’on avait à donner aujourd’hui. On l’a fait vers la fin, mais pas tout le match», a-t-il résumé, soulignant qu’il avait changé l’alignement au troisième quart pour provoquer des choses.

«Peut-être que ça aurait mieux été si on avait commencé comme ça. Mais hier comme aujourd’hui, nos mauvais débuts de match nous ont fait mal. Quant à la blessure de Marianne, toute l’année on s’est ajustés et on a trouvé des solutions avec ce qu’on avait», a-t-il conclu.

Du côté de l’équipe masculine dirigée par Pascal Clément, elle s’est inclinée en trois manches de 25-15, 25-16 et 25-12 au CEPSUM de l’Université de Montréal. Les volleyeurs du Rouge et Or participeront quand même aux championnats canadiens puisque, contrairement à ce qui est le cas du côté féminin, deux équipes de la conférence du Québec se qualifient automatiquement pour les championnats nationaux universitaires.