Les attentes envers Vladimir Guerrero fils sont élevées, même s’il n’est âgé que de 19 ans.

Vladimir Guerrero fils impressionne dès le premier jour au camp des Blue Jays

DUNEDIN, Fla. — Devon Travis n’a pas besoin de regarder l’entraînement au bâton pour savoir quand c’est le tour de Vladimir Guerrero fils. Il sait le reconnaître simplement grâce au son du contact de la balle contre son bâton.

«Je ne suis pas particulièrement intéressé par toute la mécanique, mais je suis certain que si vous parlez à ceux que ça passionne, ils vous diront qu’il a un élan de rêve, a affirmé Travis samedi, après un entraînement avec les espoirs des Blue Jays.

«Pour moi, le plus important est le son. Quand il frappe, vous n’avez pas besoin de regarder. Vous savez qu’il est à un autre niveau.»

Guerrero s’est rapporté au camp des Blue Jays pour une première fois avec les membres du grand club, samedi matin. Le premier entraînement pour les joueurs de position est prévu pour lundi, mais les frappeurs qui sont arrivés un peu plus tôt ont participé à des exercices samedi, pendant que les lanceurs et les receveurs travaillaient ensemble dans un autre complexe.

Guerrero a cogné plusieurs balles par-dessus la clôture, faisant écarquiller les yeux du nouvel instructeur des frappeurs des Jays, Guillermo Martinez.

«Il voulait simplement frapper la balle en flèche, mais c’était suffisant pour qu’elle passe par-dessus la clôture, a noté Martinez. Il ne tentait pas de soulever la balle.»

Les attentes envers Guerrero sont élevées, même s’il n’est âgé que de 19 ans. La saison dernière, il a dominé aux niveaux AA et AAA.

Fils du légendaire Vladimir Guerrero, qui a fait la pluie et le beau temps avec les Expos de Montréal et les Angels de Los Angeles, Guerrero fils a maintenu une moyenne de ,389 dans les mineures en 2018 - ,402 en 61 matchs au niveau AA et ,336 en 30 rencontres au niveau AAA.

«Le gars est un bon frappeur, c’est indéniable, a dit Travis. Pour nous, il n’est qu’un autre coéquipier et nous ne devons pas nous laisser emporter par l’engouement. Mais nous avons hâte de voir ce qu’il pourra accomplir dans les grandes ligues.
«Il est le type de gars qui peut faire la différence pour une équipe.»

Travis, qui faisait partie du même groupe à l’entraînement que Guerrero, Lourdes Gurriel et Cavan Biggio, a comparé le son des contacts de Guerrero à celui de Josh Donaldson et Jose Bautista.

«Nous avons côtoyé d’excellents frappeurs ici au cours des dernières années, a rappelé Travis. Le son était différent pour Donaldson, même chose pour Bautista. (Guerrero) en est un autre que vous savez que c’est différent grâce au son.»
De son côté, Martinez n’était pas en mesure de comparer Guerrero à un ancien joueur. Mais il était en mesure d’affirmer une chose. «Il est un joueur spécial», a-t-il admis.