Vincent Thibault remonte dans le ring samedi, après cinq mois d’absence, deux blessures et une (petite) morsure de chien.

Vincent Thibault revient de deux blessures

Dans sa courte carrière de boxeur professionnel, Vincent Thibault n’a jamais été inactif aussi longtemps. Le pugiliste de Charlesbourg remonte dans le ring samedi, après cinq mois d’absence, deux blessures et une (petite) morsure de chien!

15 février. Thibault subi deux coupures au visage après une violente chute tête première contre une structure de métal en salle d’entraînement. L’entaille sur la paupière gauche nécessite six points de suture. Le combat du 16 mars pour lequel il se préparait est annulé.

«Je pouvais continuer à m’entraîner sans recevoir de coups. Mais cinq jours plus tard, je me suis fait une grosse entorse lombaire en m’entraînant, on soupçonne même une hernie discale», révèle Thibault (8-0, 2 K.O.), à quelques jours d’affronter le Mexicain Alan Carillo (10-3, 7 K.O.), à Shawinigan.

Thibault se bat en sous-carte de la revanche de Simon Kean (16-1, 15 K.O.) contre l’Ontarien Dillon Carman (14-4, 13 K.O.). Kean veut venger sa seule défaite en carrière pro survenue le 6 octobre, à Québec.

Thibault, lui, veut revenir à son niveau d’il y a cinq ou six mois. Depuis, son dos l’a soumis à un mois complet de repos forcé et sa coupure au-dessus de l’œil ne lui a permis de renfiler les gants qu’il y a un mois et demi.

Sans oublier que lundi, son chien lui a mordu le doigt!

«C’est juste une égratignure», rassure-t-il. «Je suis de nouveau en contrôle de mon corps. Ça n’a pas toujours été facile, mais je suis bien entouré et je suis resté patient.»

Pour toutes ces raisons, il disputera un cinquième combat limité à six rounds, alors qu’après quatre fois quatre et quatre fois six, il pourrait passer à huit rounds.

Contre un adversaire au style agressif, Thibault souhaite ajouter un troisième knock-out à sa fiche. «À chacun de mes combats, j’ai envoyé mon opposant au tapis, mais sans réussir à le finir. On sait tous que la boxe professionnelle est un spectacle. Mais je travaille avant tout à m’améliorer pour monter de niveau», résume le poids moyen (161 lb).

Calendrier chargé pour Mathieu

Un autre boxeur de Québec se produira en Mauricie. Le phénomène de 20 ans Lexson Mathieu (3-0, 3 K.O.) grimpe dans l’arène à peine 30 jours après son combat du 17 mai. Mathieu se trouve au cœur d’une séquence chargée de trois affrontements en un mois et demi, plus exactement 44 jours, car il est aussi sur la carte du 29 juin à Thetford Mines.

«Je m’entraîne autant, mais différemment», explique Mathieu. «Je suis plus dans le maintien de ma forme que dans un cycle de gros volume d’entraînement suivi d’une semaine mollo», dit-il. Le jeune athlète admet avoir ressenti plus de fatigue qu’à l’habitude, mais avoir compensé par davantage de soins comme les massages.

Ce n’est pas tant les combats que le chemin pour s’y rendre et les camps consécutifs qui tirent de l’énergie. Car aucun des trois adversaires de Mathieu jusqu’ici n’a tenu plus de deux minutes dans le ring. En trois prestations officielles, il a passé un total de 4 min 5 s en action entre les câbles grâce à trois mises hors de combat expéditives.

Mathieu décrit son prochain rival, le Mexicain Fernando Galvan (4-3, 1 K.O.), comme «une petite brute qui répond coup pour coup. C’est parfait, je vais le punir», prédit celui qui en sera à son quatrième et dernier combat limité à quatre rounds, avant de passer à six.

Après trois sorties au Casino de Montréal, il se réjouit de se produire devant une foule plus imposante, dans un Centre Gervais Auto où peuvent s’entasser plus de 5000 amateurs.

Le poids lourd Adam Braidwood, qui a perdu contre Kean l’an dernier, Andranik Grigoryan, pour un titre nord-américain, Kim Clavel, Raphaël Courchesne, Artur Ziyatdinov, Kaemy Cloutier et Avery Martin-Duval seront aussi en action.