Samuel Dove-McFalls a inscrit le premier but de la soirée.

Victoire titanesque de l'Océanic

RIMOUSKI — Motivé par sa tournée fructueuse de la semaine dernière d’où il est revenu avec trois victoires en poche, l’Océanic a eu raison du Titan d’Acadie-Bathurst au compte de 3-2 au Colisée Financière Sun Life de Rimouski, vendredi soir.

Même si les locaux leur ont donné très peu de chance de s’approcher du filet, les meneurs au classement de la section des Maritimes ont résisté jusqu’en prolongation avant de finir par plier l’échine. «C’est une grosse victoire en deux temps» a noté Pierre Rioux, qui dirigeait les Bleus pendant que Serge Beausoleil, fraîchement revenu du Challenge Midget AAA de Gatineau, observait le match de la loge.

«Bathurst nous a donné beaucoup de pression», a ajouté Rioux. «On a vu un manque de patience de certains de nos gars. Mais Colten Ellis a fait des arrêts qui ont fait lever notre banc, ce qui a fait qu’on a réagi avec énergie.»

Le match a commencé sur une note robuste lorsque Chase Stewart et Dawson Theede ont laissé tomber les gants dès la 10e seconde. Samuel Dove-McFalls (8e) a lancé l’Océanic en avant à mi-chemin de la première période grâce à une une brillante passe d’Alexis Lafrenière. Reilly Pickard n’a rien vu, pas plus que ses coéquipiers.

Le vent a tourné au début du dernier tiers lorsque les hommes de Mario Pouliot ont pris les devants. C’est Noah Dobson (4e) qui, avec un tir sur réception, a inscrit le premier but pour les visiteurs en avantage numérique. Puis 41 secondes plus tard, Justin Ducharme (9e) a trouvé le fond de la cage.

Avec 52 secondes à faire et avec six attaquants sur la patinoire, Alex-Olivier Voyer (6e), qui a raté les 12 derniers matchs pour soigner une blessure, a créé l’égalité devant une foule en délire, forçant la période de prolongation. Mathieu Bizier (5e) a finalement donné la victoire aux locaux.

Aux yeux de Rioux, le retour de Voyer est rafraîchissant. «Ça donne de la profondeur au niveau de l’attaque. C’est quand même un gros bonhomme qui joue avec énergie!»