Sébastien Bouchard a battu le Polonais Damian Mielewczyk par décision unanime dans la nuit de samedi à dimanche, au Centre Bell.

Victoire au goût amer pour Bouchard

Sébastien Bouchard a gagné son combat de samedi, mais est-il satisfait? «Malheureusment pas», a-t-il répondu au Soleil.
Le boxeur du club Empire de Sainte-Foy a battu le Polonais Damian Mielewczyk par décision unanime dans la nuit de samedi à dimanche, au Centre Bell. Le combat de six rondes s'est déroulé après celui opposant Jean Pascal à Sergey Kovalev. Très tard, donc.
Toute la soirée, Bouchard a ignoré à quel moment il allait monter sur le ring. Il a dû s'échauffer à 20h30, puis vers 21h45, avant de finalement apprendre qu'il se battrait en tout dernier, après le climax du choc Pascal-Kovalev. Il a donc eu besoin d'un troisième réchauffement.
«J'ai perdu beaucoup d'énergie à cause de ça», a expliqué le boxeur charlevoisien. Il admet avoir été déçu par la situation. Et être «un petit peu» tanné de ses rôles dans les combats «tampons» (swing bout, en bon français). «La dernière fois, ça avait payé, parce que je m'étais battu sur HBO», a toutefois nuancé Bouchard, parlant de sa victoire convaincante contre Giuseppe Lauri, le 28 novembre.
Samedi, le déroulement de la soirée a toutefois nui au boxeur de 28 ans. Bouchard visait le knock-out : il a «trop forcé» pour l'obtenir. Le promoteur Yvon Michel a vanté sa patience sur Twitter, mais le principal intéressé a une lecture différente de sa performance. «Je m'empressais un peu trop pour lancer des grands coups», a-t-il regretté, vantant quand même les mérites de son adversaire. «On pensait pouvoir s'ajuster plus rapidement que ça.»
Quatrième de suite
N'empêche que Bouchard vient de remporter une quatrième victoire de suite. Il porte ainsi sa fiche à 12-1 (4 K.-O.). Les juges ont remis des cartes de 59-55, 58-56 et 58-56 au terme de ce duel chez les mi-moyens. Principal point positif de la soirée : Bouchard a pu rivaliser de vitesse avec un adversaire jugé très vif. Mielewczyk a quant à lui perdu ses deux derniers combats après neuf succès consécutifs en début de carrière chez les pros. C'était la première fois qu'il se battait de ce côté-ci de l'Atlantique. 
Le Québécois attend maintenant de signer officiellement son contrat avec le Groupe Yvon Michel (GYM), ce qui doit se produire dans les prochains jours, selon lui. Il pourrait ensuite participer à une éventuelle carte de boxe au Centre Vidéotron, certaines rumeurs parlant de l'intérêt de GYM pour une soirée en avril. Autre possibilité : une place dans le programme du combat de championnat du monde entre Kevin Bizier et Kell Brook, en Angleterre, le 26 mars.