Depuis ce temps, l’Impact présentait une fiche de 5-0-1 contre la formation floridienne, incluant des victoires lors des quatre derniers rendez-vous, et ne lui avait donné que cinq buts lors de ces six parties.

Victime de trois buts en 15 minutes, l’Impact subit une défaite de 3-0

MONTRÉAL — Trois buts marqués dans un intervalle de 15 minutes en première demie ont propulsé l’Orlando City SC vers une victoire de 3-0 contre l’Impact de Montréal, samedi, au stade Saputo.

Trois buts marqués dans un intervalle de 15 minutes en première demie ont propulsé l’Orlando City SC vers une victoire de 3-0 contre l’Impact de Montréal, samedi, au stade Saputo.

Le Portugais Nani, sur un penalty à la 27e minute, Tesho Akindele et Will Johnson ont été les artisans de cette explosion, et d’un premier gain du Orlando City SC (5-7-3) face à l’Impact depuis le 7 septembre 2016.

L’Impact (7-7-3) a été victime d’un sixième jeu blanc cette saison et d’un deuxième en trois matchs devant ses partisans.

L’explosion du Orlando City SC est venue de façon un peu inattendue, après 20 minutes ennuyantes au possible, lors desquelles aucune des deux équipes n’a provoqué quoi que ce soit.

Ce qui a suivi a résulté en la pire demie de l’Impact lors d’un match à domicile depuis que le LAFC avait inscrit quatre buts en deuxième mi-temps, le 21 avril 2018.

Cette première demie a provoqué un sentiment de honte chez Garde, au point où l’entraîneur-chef de l’Impact a tenu à présenter ses excuses aux partisans de l’équipe.

Il fallait examiner son regard, s’arrêter au ton de sa voix, aux pauses entre ses mots pour comprendre qu’il devait bouillir au plus profond de lui.

«J’ai vu tout ce que je n’aime pas sur un terrain de football, tout ce que je n’aime pas dans la vie. L’égoïsme, l’individualisme, le manque de respect du jeu, de ses coéquipiers, des nombreux supporters qui étaient venus là ce soir, auprès desquels je m’excuse, au nom de l’équipe. Sincèrement, je m’excuse de ces 45 premières minutes. Je n’ai pas grand-chose à dire. C’est ce que j’ai vu. J’ai pas vu une équipe. J’ai pas vu une équipe», a répété Garde, la voix basse.

Le prochain match de l’Impact aura lieu mercredi soir, au stade Saputo, contre les Sounders de Seattle, l’une des bonnes formations dans l’Association Ouest. Ce sera la dernière partie de l’Impact avant la pause internationale.

Une pause internationale qui s’amorcera le 10 juin, mais qui viendra priver l’Impact, dès mercredi, d’au moins quatre joueurs, soit Samuel Piette, Zachary Brault-Guillard, Jukka Raitala et Daniel Lovitz.

Sans compter la liste des blessés, qui inclut Ignacio Piatti, Orji Okwonkwo, Mathieu Choinière et à laquelle s’est possiblement ajouté Bacary Sagna, qui a été vu en béquilles et avec une botte de marche au pied gauche après la rencontre, après s’être tourné la cheville en première demie.

Et il y a Harry Novillo, qui s’est présenté à l’entraînement vendredi avec une angine, a révélé Garde, et qui n’était pas en uniforme.

«Si je n’étais pas inquiet, je serais assez inconscient et nouveau dans ce milieu-là. Mais comme je ne suis ni l’un ni l’autre, oui j’ai une forme d’inquiétude qui m’accompagne», a déclaré Garde en faisant allusion au match de mercredi.

Piette, qui se joindra à Équipe Canada en vue de la Gold Cup, a d’ailleurs admis qu’il aurait préféré laisser ses coéquipiers dans un contexte bien plus positif.

«Je n’ai pas l’impression d’abandonner l’équipe parce que j’ai une obligation d’aller avec l’équipe nationale, mais je suis déçu, a-t-il dit. J’aurais voulu quitter sur une meilleure note. C’est sûr qu’aujourd’hui, je ne suis pas content de l’équipe, je ne suis pas content de moi-même.»

Mueller s’impose

À la 26e minute, immédiatement après un superbe arrêt d’Evan Bush, le premier du match, Zakaria Diallo a été pris en défaut alors qu’il a touché le ballon de la main dans la surface de réparation à la suite d’un corner de Chris Mueller.

Nani a profité du penalty pour rompre l’égalité sur un tir que Bush est venu tout près de bloquer à sa droite.

Akindele a doublé l’avance des visiteurs à la 36e minute, à la suite d’une belle passe de Mueller.

Ce dernier et Joao Moulinho ont ensuite uni leurs efforts pour aider Johnson à marquer son premier but de la saison, à la 42e minute.

Pour donner une idée à quel point les visiteurs ont imposé leur volonté sur la troupe de Rémi Garde en première demie, ils comptaient sept tirs au but, dont cinq cadrés, après 45 minutes, contre un seul tir - non cadré - pour l’Impact.

«On a donné deux mauvais buts en succession, et je pense que ça nous a dérangés mentalement, a estimé Lovitz. Nous sommes à domicile, je ne pense pas qu’un déficit devrait nous intimider. Je pense que nous aurions pu être un peu plus positifs, laisser ça derrière nous, aller vers l’avant et tenter de marquer des buts.»

La formation montréalaise a montré plus de tonus en deuxième demie et est même venue près d’inscrire un premier but à la 65e minute lorsque Anthony Jackson-Hamel a fait dévier un centre de Lovitz tout juste à la droite du gardien Brian Rowe.

Ce dernier a ensuite protégé son troisième blanchissage avec un arrêt spectaculaire de la main droite, sur un tir à bout portant de Saphir Taïder, après un beau centre de Jackson-Hamel, à la 85e minute.