Le Néerlandais Max Verstappen, au volant de sa Red Bull, a été le plus rapide sur le circuit Gilles-Villeneuve, vendredi.

Verstappen le plus rapide, les Williams en arrachent

MONTRÉAL — Vingt-quatre heures après avoir menacé d’asséner un coup de boule à quiconque lui poserait une autre question sur ses nombreux ennuis en piste cette saison, Max Verstappen affichait une mine réjouie vendredi. Et pour cause.

Le pilote Red Bull a dominé la première journée d’essais libres du Grand Prix de Formule 1 du Canada par un temps splendide sur le circuit Gilles-Villeneuve. Sans vouloir s’avancer, le principal intéressé croit avoir trouvé la façon de briser le mauvais sort qui s’acharne sur lui.

«J’ai mangé dans un très bon restaurant jeudi, et c’est certain que ce soir j’y retourne!» a-t-il déclaré à la blague en point de presse dans les paddocks.

Verstappen a retranché plus d’une seconde au meilleur temps qu’il avait lui-même signé en matinée. Le Néerlandais a enregistré un chrono de 1:12,198 après avoir complété le circuit de 4,361 km en 1:13,302 en matinée.

«C’est un bon départ, car la voiture était très performante», a évoqué Verstappen, visiblement heureux. «Nous avons testé de nombreux réglages afin de déterminer ce qui convenait le plus au circuit, car les conditions ont changé entre la première et la deuxième séance; il y avait beaucoup de poussière en matinée. C’est donc très positif.

«Il y a encore de la place à l’amélioration, mais il faudra maintenant attendre et voir ce que nos adversaires feront demain», a-t-il conclu.

Le pilote Ferrari Kimi Räikkönen a terminé deuxième après avoir accusé un déficit de 0,130 seconde, suivi du vainqueur du Grand Prix de Monaco, Daniel Ricciardo, qui n’a presque pas tourné pendant la deuxième séance.

Difficile journée... comme prévu

Quand aux pilotes de l’écurie Williams, on savait qu’ils ne seraient pas à leur avantage sur le circuit Gilles-Villeneuve. Et les premiers essais libres sont venus confirmer les appréhensions.

Le Montréalais Lance Stroll et son coéquipier Sergey Sirotkin se retrouvent en queue de peloton à deux secondes et demie du chrono de référence réalisé par Verstappen.

Sur une piste qui manque d’adhérence le vendredi, Stroll a testé les limites de la voiture et il en a été quitte pour une touchette avec le «mur des champions» en matinée, ce qui a entraîné une crevaison.

Pendant la séance d’après-midi, il a de nouveau abordé le dernier virage trop vite et son ingénieur lui a servi un avertissement : «Tu as presque touché le mur de nouveau», lui a-t-il lancé à la radio.

«Il fallait voir la limite», s’est défendu le pilote de Mont-Tremblant lorsqu’on l’a questionné à ce sujet.

Quant à savoir si le manque de vitesse de sa Williams l’oblige à compenser, il a remis les choses en perspective. «Ça ne marche pas comme ça. Chaque fois que je prends le volant, je fais tout ce que je peux pour obtenir le maximum de la voiture.

«Nous avons travaillé pour améliorer la voiture afin de nous mettre dans la meilleure position possible samedi. Maintenant, il faut essayer de comprendre et voir ce que nous pouvons faire pour améliorer l’équilibre de la voiture en vue des qualifications et de la course.»

Et pour espérer faire mieux sur ce circuit, Stroll estime qu’il faut être capable de bien négocier les vibreurs et d’avoir un bon freinage.