Victime d'une crevaison en début de parcours, Vaea Verbeeck a dû marché une bonne partie de l'épreuve à côté de son vélo. La cycliste de Vancouver est malgré tout qualifiée pour la finale de samedi.

Verbeeck se qualifie... en marchant!

Audrée Vaillancourt et Vaea Verbeeck ont franchi la ligne d'arrivée pratiquement en même temps, mais dans des dispositions fort différentes, vendredi, lors des qualifications de l'épreuve de descente de la Coupe du monde de vélo de montagne, au mont Sainte-Anne.
Meilleure Canadienne au classement de la saison (12e), Verbeeck a enregistré le pire chrono de la journée, un 11:43,716, soit plus de 4:30 que l'avant-dernière, Vaillancourt. La raison est simple : Verbeeck a subi une crevaison en début de parcours, ce qui l'a forcée à marcher une bonne partie de l'épreuve à côté de son vélo.
Quinzième, elle sera malgré tout en piste, samedi, puisque les 15 meilleures des 19 participantes étaient retenues. Et quatre d'entre elles n'ont pas pris le départ.
«Je vais être dans les finales quand même! Je ne m'y attendais pas du tout. J'étais tellement déçue [après ma crevaison] parce que je voulais tellement bien faire. Pas juste parce que c'est le mont Sainte-Anne, mais aussi parce que je veux m'améliorer dans mes résultats de Coupe du monde», a expliqué Verbeeck, 26 ans, qui avait fait une grimace d'incompréhension en regardant son classement, ignorant alors que quatre coureuses avaient abandonné.
Souvent blessée en ouverture de saison, Verbeeck s'est tenue loin de l'infirmerie cette année. Elle a participé à chacune des épreuves de la Coupe du monde, enregistrant une septième place à Lenzerheide, en Suisse. La native de Granby et résidente de Vancouver avait pris le 10e rang de la finale, l'an dernier, au mont Sainte-Anne.
De son côté, Vaillancourt semblait presque déçue de se qualifier pour samedi. Elle venait de faire une vilaine chute dans le Steve Smith Drop, une redoutable paroi rocheuse. Elle a admis craindre devoir l'affronter de nouveau, samedi.
«J'ai pas envie de recommencer», a lancé la Montréalaise de 34 ans dans un petit rire. «On n'est pas habituées à des parcours comme ça au Québec, vraiment pas. Les parcours sont beaucoup plus faciles. [...] Il faut que je retrouve un moyen de passer là», a-t-elle aussi affirmé en se frottant la main droite, meurtrie par sa chute.
Car Vaillancourt n'est pas une régulière sur le circuit de la Coupe du monde. Travailleuse chez Hydro-Québec, elle poursuit l'aventure «pour s'amuser». Ce qu'elle n'avait pas semblé faire pendant sa descente au mont Sainte-Anne.
Meneuse au classement de la Coupe du monde, la Française Myriam Nicole a été la meilleure de la journée avec un temps de 4:45,426.
Chez les hommes, le Bromontois Hugo Langevin a décroché une belle 44e place sur les 109 cyclistes en piste grâce à un temps de 4:18,293. Il sera le seul Québécois parmi les 80 athlètes en finale, samedi. «Pour moi, franchir la qualification, c'est bien. Top 50, c'était pas mal mon objectif. Alors pour l'instant, c'est atteint», a expliqué l'athlète de 22 ans, troisième Canadien de la journée, derrière Mark Wallace (15e) et Kirk McDowall (25e). L'Américain Aaron Gwin a dominé la compétition avec un temps de 4:02,974.
***
Samedi au Vélirium
8h30 : Raid Vélo Mag 100 km (course pour les amateurs)
9h30 : Raid Vélo Mag 60 km (course pour les amateurs)
10h : Descente - Finale féminine junior
10h30 : Descente - Finale masculine junior
11h : Raid Vélo Mag 30 km (course pour les amateurs)
12h : Raid Vélo Mag 15 km (course pour les amateurs)
13h : Descente - Finale féminine élite
14h : Descente - Finale masculine élite