Laurie Arseneault termine 9e au monde, chez les U23.

Vélo de montagne: des efforts récompensés

Pour atteindre la ligne de départ des Championnats du monde, les athlètes cumulent de nombreuses heures sur le vélo, et assurent beaucoup de préparation technique ou physique. Tout ce travail pour moins de deux heures d’effort. Réussir à atteindre ses objectifs en compétition représente tout un cadeau, amplement mérité.

Laurie Arseneault, la cycliste U23 de Terrebonne, avait essayé de percer le top 10 toute la saison en Coupe du monde, sans jamais y arriver. Voilà qu’elle termine en 9e position lors des Championnats du monde samedi, devant toute sa famille, dans un parcours qu’elle connaît bien. C’était la course la plus importante de sa saison.

«J’avais ça en tête toute l’année, ce n’est pas une surprise pour moi, c’est juste une réalisation. J’ai travaillé fort et aujourd’hui c’était la bonne journée. Toutes les filles, physiquement, on s’est toutes entraînées le même nombre d’heures, au final, c’est à quel point tu le veux vraiment, à quel point tu es prête à souffrir pendant ta course.»

Laurie Arseneault termine 9e au monde, chez les U23.

Il s’agit de la dernière année chez les U23 pour Arseneault. Elle finit sur une bonne note, mais elle fait surtout le plein de motivation pour l’an prochain.

«Je suis fière de tout ce qu’on a accompli, il y a beaucoup de gens qui ont travaillé avec moi. Je ne vais pas m’asseoir là-dessus, je vais continuer de persévérer et de travailler. Je fais ça par passion, je pense que c’est ça qui a payé le plus.»

Sophianne Samson termine au 21e rang chez les U23.

Samson juste en bas du top 20

Sophianne Samson, de Lac-Beauport, termine à une seule position de son objectif, en 21e place, mais avec le déroulement de sa course, elle ne pouvait demander mieux. Après un accrochage au départ, la jeune femme de 20 ans s’est retrouvée à l’arrière du peloton.

«J’étais découragée, j’avais mal partout. Mais je me suis ressaisie. Je travaille pour ça depuis trois ans alors je n’allais pas abandonner. La remontée que j’ai faite, je suis très contente. Et je ne peux pas m’en vouloir parce que j’ai tout donné», commente celle qui dépassait plusieurs filles à chacun de ses cinq tours.

Quand une athlète perd pied ou fait une chute, il devient difficile de retrouver la concentration du départ.

«Je représentais le Canada, ce n’est pas tout le monde qui a cette chance, je ne voulais pas décevoir. Reprendre la concentration, c’est tellement difficile, ça va avec l’expérience, le mental peut se perdre en une fraction de seconde. Je suis fière d’avoir gardé le focus», indique-t-elle.

Samson sera de retour chez les U23 l'an prochain. 

Roxane Vermette termine au 29e rang chez les U23.

Un rêve

Roxane Vermette prenait part à ses premiers Championnats du monde chez les grandes, tout près de chez elle. Sa sélection pour l’événement était déjà un rêve réalisé. La fierté se lisait sur son visage à son arrivée. Elle termine au 29e rang.

«Je m’étais très bien préparée, mais j’ai souvent roulé le parcours seule. Avec tout ce groupe-là, c’est différent, je me suis retrouvée dans plusieurs accrochages dans le parcours et je n’ai pas utilisé les meilleures lignes dans les passages techniques. C’est tellement une belle expérience, c'est ma première année U23 alors je n’avais aucune attente, je suis très contente. L’énergie était incroyable», indique-t-elle.

Les femmes U23 étaient 43 à s’élancer sur la piste samedi matin.