Ignacio Piatti de l'Impact a inscrit deux buts sur des tirs de pénalité, face aux Whitecaps de Vancouver, mardi.

Vancouver 2/Montréal 4: doublé de Piatti

L'entraîneur-chef Mauro Biello n'a pas eu à «casser son vestiaire» pour voir son équipe connaître un bon début de rencontre.
Ignacio Piatti a inscrit deux buts sur des tirs de pénalité, Blerim Dzemaili a réussi son premier filet avec sa nouvelle équipe avant la mi-temps et l'Impact de Montréal a filé vers une victoire de 4-2 face aux Whitecaps de Vancouver, mardi soir, remportant du même coup leur demi-finale du Championnat canadien de soccer par le pointage cumulatif de 5-4.
L'Impact s'était retrouvé devant un retard de deux buts après une première demie catastrophique lors du match aller, mardi dernier à Vancouver, et Biello avait affirmé qu'il allait peut-être devoir «casser son vestiaire» avant le match retour pour fouetter ses troupes.
«Approche calme»
Après la victoire, Biello a expliqué qu'il avait opté pour une approche différente. «J'ai choisi une approche calme, a-t-il raconté. Il fallait bien gérer nos émotions. Il fallait être intelligent. Trouver un équilibre à l'attaque et trouver un équilibre en défense. Les joueurs ont été capables de le faire.
«Nous avions plusieurs joueurs d'expérience dans notre formation et ils ont bien géré les moments. Nous avons pris les devants 3-0 en première demie. C'était un match de championnat et les équipes prennent parfois plus de risques et ils ont pu revenir un peu, mais nous avons confirmé notre victoire.»
Le gardien des Whitecaps Spencer Richey avait frustré Patrice Bernier sur un penalty mardi dernier à Vancouver, aidant les Vancouvérois à battre l'Impact 2-1.
But de Jackson-Hamel
Richey a toutefois été incapable de répéter son miracle contre Piatti à deux reprises en première demie. Dzemaili, avant la pause, et Anthony Jackson-Hamel, en deuxième demie, ont complété le travail pour l'Impact avec un but chacun.
Alphonso Davies et Kyle Greig ont rendu les choses intéressantes en marquant en deuxième demie pour les Whitecaps. Ces derniers n'ont toutefois pas été en mesure de planter le poignard dans le coeur des 15 213 spectateurs présents.
«La cohésion est bonne, nous étions tous sur la même page, a analysé Bernier. Blerim et Nacho (Piatti) ont trouvé les ouvertures et nous gardions le ballon, ce qui nous permettait de passer plus de temps à attaquer qu'à défendre. C'est toujours mieux de courir vers le filet adverse que vers son filet.»
L'Impact retrouvera en finale le Toronto FC ou le Fury d'Ottawa. Le Fury a gagné la première manche 2-1 et le match retour sera présenté mercredi, à Toronto. L'Impact poursuivra son calendrier de la MLS samedi, quand il accueillera les Red Bulls de New York.