Médaillé de bronze aux Jeux olympiques de Londres en 2012, le judoka de Beauport Antoine Valois-Fortier est revenu à la compétition samedi.

Valois-Fortier revient à la compétition

Médaillé de bronze aux Jeux olympiques de Londres en 2012, le judoka de Beauport Antoine Valois-Fortier est revenu à la compétition samedi.

L’athlète qui fêtera bientôt ses 29 ans avait été opéré pour soigner deux hernies discales au mois de juillet et était sur le carreau depuis.

Samedi, il participait au Grand Chelem de Düsseldorf, en Allemagne, et affrontait d’entrée de jeu l’étoile montante Britannique Stuart McWatt, un judoka de 21 ans qui a remporté la Coupe d’Europe en 2018 dans la catégorie des moins de 81 kg. McWatt a infligé un waza-ari, le deuxième score le plus élevé après l’ippon, et la journée de Valois-Fortier a pris fin après les quatre minutes réglementaires de l’affrontement.

Même s’il aurait préféré un meilleur résultat pour son retour à la compétition, Valois-Fortier a déclaré à l’agence Sportcom qu’il était heureux d’avoir enfin pu briser la glace. «Ma dernière compétition remonte au mois de mai, donc j’étais plutôt anxieux, mais de manière générale, je me sentais bien. Je suis content d’être en santé et de pouvoir me battre fort sans avoir d’arrière-pensée pour mon dos, mais je suis définitivement déçu de ma défaite. C’est le genre de gars que je devrais battre et que je dois battre si je veux me classer pour les Jeux de Tokyo.»

«Je suis content d’être en santé et de pouvoir me battre fort sans avoir d’arrière-pensées pour mon dos, mais je suis définitivement déçu de ma défaite, a-t-il ajouté. C’est le genre de gars que je devrais battre et que je dois battre si je veux me classer pour les Jeux de Tokyo.»

Le directeur général et directeur haute performance de Judo Canada, Nicolas Gill, n’a pas voulu lui mettre plus de pression sur les épaules, rappelant que son protégé s’était absenté de la compétition pendant un bon moment.

«Il (Valois-Fortier) n’était pas nécessairement plus stressé, mais on voyait qu’il n’était pas parfaitement à son aise sur le tapis. C’est ce confort en compétition qu’il doit retrouver, et ça va venir avec les prochains tournois qui s’en viennent», a-t-il assuré.

Valois-Fortier doit néanmoins se mettre rapidement en marche, car il accuse déjà du retard sur ses adversaires dans le processus de qualifications pour les Jeux olympiques de Tokyo en 2020. Et il en est conscient.

«Je suis en retard sur les autres, donc c’est un stress supplémentaire, mais je dois y aller une étape à la fois et être patient», a-t-il résumé.

D’autre part, le Montréalais Arthur Margelidon a subi le même sort que Valois-Fortier puisqu’il a été éliminé par ippon dès son premier duel contre l’Ouzbek Giyosjon Boboev, dans la catégorie des moins de 73 kilos.

Le Montréalais Arthur Margelidon a été battu lui aussi à son premier combat face à l’Ouzbek Giyosjon Boboev chez les moins de 73 kg. Dimanche, ce sera au tour de l’Ontarien Zachary Burt d’entrer en scène chez les moins de 90 kg contre le Slovaque Milan Randi. Avec La Presse canadienne