Jeisson Vargas a marqué le but qui a permis à l’Impact de Montréal de sortir de sa torpeur et de l’emporter 1-0 sur le Dynamo de Houston, samedi.

Une victoire qui fait du bien à l’Impact

Dans la langue de Shakespeare, on aurait dit que c’est carrément d’un gorille sur son dos dont l’Impact s’est débarrassé en marquant un premier but en 426 minutes de jeu et en retrouvant le sentier de la victoire, samedi soir.

Mais dans les faits, le chemin de la formation montréalaise vers le seuil de la respectabilité est encore long. L’Impact (4-10-0) a mis fin à une série de quatre défaites, toutes par jeu blanc, en battant le Dynamo de Houston 1-0, samedi.

Le mot «soulagement» a été lancé à répétition par les joueurs et l’entraîneur-chef Rémi Garde après la rencontre. Cependant, le Bleu-blanc-noir ne peut se permettre de retomber dans le vide après ce petit pas vers l’avant.

«Je l’ai dit aux gens après le match dans le vestiaire, nous pouvons être contents, mais pas satisfaits», a expliqué le milieu de terrain Samuel Piette.

«Nous ne sommes pas encore à la barre des ,500. Nous devons bâtir sur ce match-là, en prendre le positif et corriger ce que nous avons moins bien fait. Nous pouvons en profiter, mais pas nous relâcher. Ce n’est qu’un bon match.»

La victoire acquise contre le Dynamo est survenue après une semaine au cours de laquelle Garde a affirmé que l’équipe manquait de talent. L’ancien de l’Olympique lyonnais a aussi dirigé des entraînements particulièrement intenses.

«Les séances doivent ressembler aux matchs, a rappelé Garde. Nous ne pouvons pas nous contenter de peu d’intensité pendant la semaine et vouloir cette intensité dans les matchs les samedis, comme un pianiste qui ne répète pas pendant la semaine ce qu’il a à faire pour un concert le samedi aura peu de chance d’y arriver. Je vous l’accorde, les séances ont été intenses, mais aussi un peu plus courtes. Je suis content que les joueurs aient validé cette semaine importante avec une victoire.»

Sans rien enlever à l’Impact, qui a bien contrôlé la majorité de la rencontre, la victoire contre le Dynamo n’a pas été des plus décisives. Le Bleu-blanc-noir a eu l’avantage 55-45 au niveau de la possession du ballon, mais a rarement profité de cet avantage pour menacer le filet adverse.

Nouveau schéma

Garde a employé un schéma 4-2-3-1 pour une première fois cette saison et l’Impact a eu de la difficulté à percer le bloc défensif plutôt bas du Dynamo, ce que l’entraîneur français a reconnu dans son analyse de la rencontre.

Les difficultés de l’attaque montréalaise ont permis au Dynamo de rester dans le match, mais l’Impact a été en mesure de fermer la porte, même s’il occupe le dernier rang en MLS avec 12 buts concédés dans le dernier quart d’heure de jeu.

«Il y a des situations où nous aurions dû mieux tenir ce match pour ne pas souffrir à la fin, a noté le défenseur Rod Fanni. Nous devons continuer de mûrir dans notre jeu, dans la gestion des temps forts et des temps faibles, ce qui est l’un de nos gros péchés.

«Mais voilà, nous continuons d’évoluer. Nous prenons ces points et nous sommes plus sereins. Nous prenons de l’assurance pour la suite. Il nous manquait beaucoup de confiance, et la confiance est très importante dans le football.»