Édouard St-Laurent semblait détendu à la veille du premier affrontement avec les Mooseheads, vendredi à Halifax.

Une série contre Halifax, du déjà-vu pour deux Remparts

Deux tiers de nouveaux joueurs et des nouveaux coachs. Les Remparts de Québec ne sont pas les mêmes qu’à pareille date l’an passé. Mais deux acquisitions récentes ont affronté les Mooseheads de Halifax durant les séries de 2018, expérience qui s’avérera utile dès vendredi soir, pour le premier match éliminatoire.

«Ils ont une équipe similaire à l’année dernière, je connais leur style. Ce sont des petites connaissances qui peuvent servir», a admis Louis Tardif fils, jeudi matin, après le dernier entraînement du club junior majeur au Centre Vidéotron cette semaine.

Les Remparts se sont ensuite envolés pour Halifax, où ils disputent les deux premiers matchs de leur quatre de sept face aux Mooseheads, vendredi et samedi.

Tous deux avec le Drakkar de Baie-Comeau au printemps dernier, Tardif et Édouard St-Laurent se sont retrouvés en janvier avec les Remparts. Après s’être côtoyés durant deux saisons complètes chez le Drakkar, Tardif a amorcé la présente campagne à Bathurst et St-Laurent du côté de Sherbrooke.

Avec le Drakkar, ils se sont frottés aux Mooseheads il y a 12 mois, Baie-Comeau s’inclinant en cinq rencontres.

«Ça n’a pas duré longtemps», laisse tomber St-Laurent. «Mais ça nous permet de les connaître un peu mieux, on sait à quoi s’attendre», explique l’attaquant originaire de Lévis, qui se dit choyé de vivre les éliminatoires avec l’équipe qu’il a suivie toute sa jeunesse, les Remparts.

Gravel en mémoire

Pour en revenir aux Mooseheads, St-Laurent et Tardif ne sont pas sans se souvenir que durant cette série de première ronde Halifax-Baie-Comeau, Arnaud Durandeau avait enfilé cinq buts et huit points, tandis que le gardien Alexis Gravel avait été sublime pour un taux d’efficacité de ,944. Gravel avait signé un jeu blanc de 41 arrêts dans le cinquième affrontement pour éliminer le Drakkar. Les deux sont encore avec Halifax.

Mais avant de penser à l’autre équipe, il faut «se concentrer sur nos forces», répètent les deux. «On est très bien équilibrés. Faudra juste ne pas leur laisser trop d’espace. On a aussi une bonne attaque et si on s’impose devant leur filet, on a des chances de gagner», analyse St-Laurent.

Tardif insiste pour «garder les choses simples», contre une formation qui compte sur le premier buteur du circuit cette saison en Samuel Asselin. Ajoutez Benoît-Olivier Groulx, Durandeau, Raphaël Lavoie et Antoine Morand, qui ont tous atteint le plateau des 70 points cet hiver. Le meilleur pointeur des Remparts, Philipp Kurashev, a stoppé le compteur à 65.

«De notre côté, il faut accumuler les bonnes actions», résume le défenseur de 6’ 3” Tardif, ajoutant que la formule 2-3-2 avec la possibilité de disputer les matchs 3, 4 et 5 à Québec peut s’avérer un avantage pour les Remparts.

+

FRACTURE POUR SCHIVES 

C’est avec un plâtre autour de la main droite que Dylan Schives s’est présenté à l’entraînement de jeudi matin, le dernier à Québec pour les Remparts avant de partir pour Halifax. Un tir de son coéquipier Matthew Grouchy l’a atteint sur le dessus de la main mercredi matin, lui fracturant le quatrième métacarpe. Schives a vu l’orthopédiste Marie-Ève Roger et l’arrière ontarien de 17 ans ne sera pas en mesure de rejouer avant un minimum de quatre à cinq semaines. Il passera une nouvelle radiographie dans 10 jours et pourrait ensuite être opéré, si jamais les os ont bougé. Ce qui signifierait la fin de sa campagne, qui risque de toute manière d’être compromise, à moins que les Remparts surprennent et se rendent loin en séries éliminatoires. Il accompagne l’équipe en Nouvelle-Écosse. Olivier Bossé

+

QUATRE DIABLES ROUGES ET DEUX MOOSEHEADS 

À l’occasion de son 50e anniversaire, la LHJMQ dresse une liste des 50 meilleurs joueurs de son histoire. Les positions 11 à 20 ont été dévoilées jeudi, avec quatre anciens Remparts de la première ère et deux représentants des Mooseheads, les deux équipes s’affrontant en première ronde éliminatoire à compter de vendredi. Auteur de 186 buts et 399 points en 169 matchs réguliers, Jacques Richard (1969-72) arrive 11e, devant ses ex-coéquipiers Jacques Locas fils (12e, 1970-74), André Savard (13e, 1969-73) et Réal Cloutier (15e, 1972-74). Champion de la Coupe Memorial avec Halifax en 2013, le duo Nathan MacKinnon (2011-13) et Jonathan Drouin (2011-14) occupe les 18e et 19e rangs, tandis que Vincent Lecavalier (14e, 1996-98; Rimouski), Raymond Bourque (16e, 1976-79; Trois-Rivières, Sorel, Verdun) et Daniel Brière (17e, 1994-97; Drummondville) font aussi partie de ce groupe sélect. Olivier Bossé