Cédric Paré, comme Dmitry Zavgorodniy, a profité des ouvertures au sein du premier trio générées par la fin du stage junior de Jimmy Huntington et Olivier Garneau.

Une occasion à saisir pour Cédric Paré

Originaire de Pintendre, l’attaquant Cédric Paré vit toute une expérience cette année avec l’Océanic de Rimouski. Jumelé à Dmitry Zavgorodniy et à la sensation Alexis Lafrenière au sein du premier trio, il a déjà amassé en 11 matchs plus de la moitié des 49 points qu’il a récoltés la saison dernière.

«C’est l’fun de jouer avec deux bons joueurs comme ça.[...] J’apporte plus de rondelles au filet et c’est sûr qu’ils m’alimentent bien. Je suis capable de faire des jeux avec eux aussi», a déclaré Paré avant la partie.

«Je ne m’assois pas là-dessus», a-t-il cependant ajouté à propos des 14 buts et 11 aides qui le placent deuxième au classement des marqueurs de l’Océanic, tout juste derrière Lafrenière. «Je veux continuer à performer. Pour moi, les statistiques sont secondaires. L’important, c’est de bien jouer soir après soir.»

Éloges

L’attaquant de 20 ans ne tarit d’ailleurs pas d’éloges pour Lafrenière, pressenti comme l’éventuel premier choix du prochain repêchage de la LNH, et pour le russe Zavgorodniy. «Ils sont tellement bons que, peu importe où tu es sur la patinoire, ils vont te trouver. On se complète bien.»

Paré qui, comme Zavgorodniy, a profité des ouvertures au sein du premier trio générées par la fin du stage junior de Jimmy Huntington et Olivier Garneau, ne s’est pas imposé une pression supplémentaire depuis le début de la saison.

«Quand j’ai vu, à la pratique, que [l’entraîneur Serge Beausoleil] nous avait mis ensemble, je ne me suis pas mis de pression particulière. Je me suis dit qu’il fallait que je fasse des jeux avec lui et, pour l’instant, ça marche bien. On aime vraiment jouer les trois ensemble.»

Une première

Son jumelage avec Lafrenière cette année est presque une première même si les deux hockeyeurs sont coéquipiers depuis l’arrivée de Paré à Rimouski au début de la dernière saison.

«J’avais joué une période avec lui, sans plus», indique-t-il. Par contre, il connaissait bien Zavgorodniy, qui est son colocataire et avec qui il avait joué l’an dernier.

Visiblement à l’aise avec ses compagnons de trio et maintenant reconnu à travers la Ligue pour son tir au but précis et dévastateur, Paré ne souhaite pas voir le rêve s’achever.

«C’est sûr que c’est une opportunité pour moi et je l’ai prise. Je veux juste continuer à faire pareil. Je ne veux pas perdre ma place avec Alexis et Dmitri. Je ne pense pas que [l’entraîneur] ait l’intention de nous changer et je vais tout faire pour ne pas que ça arrive.»

Au camp des Jets

Sélectionné en sixième ronde par les Bruins de Boston au repêchage de 2017, Paré n’a jamais réussi à décrocher un contrat d’entrée dans la LNH. Il a été invité au camp des Jets de Winnipeg cette année avant de rejoindre son équipe junior. 

«[Les Jets] étaient vraiment contents de moi. Ils m’ont dit qu’ils allaient me garder à l’œil. J’imagine qu’ils viennent voir les matchs d’Alexis. Dans le fond, c’est juste une motivation pour moi et je veux aussi ressortir quand ils viennent voir Alexis.»

Paré se doute cependant très bien que Lafrenière n’aura pas vraiment de difficulté à s’entendre avec une équipe du circuit Bettman.

Il profite pleinement de chaque match disputé à ses côtés.

«C’est vraiment une belle chance et c’est une opportunité à saisir. C’est probablement la dernière année d’Alexis. Il y a beaucoup de recruteurs à nos matchs et j’essaie juste de me faire valoir. Dmitri, Alexis et moi, on a aussi une bonne chimie à l’extérieur de la glace», conclut Paré.