Jay Johnson a connu une excellente partie en ne permettant que deux coups sûrs, dont un double d’un point de l’ancien espoir des Mariners de Seattle Carlos Triunfel en cinquième.

Une grosse manche suffit aux Capitales

Une deuxième manche d’enfer durant laquelle les Capitales de Québec ont chassé du match le lanceur des Jackals du New Jersey Pete Perez a été suffisante pour leur permettre de remporter par la marque de 9 à 1 un match écourté en raison de la pluie.

Perez n’a réussi à retirer aucun des neuf frappeurs des Capitales en deuxième manche. Il a débuté en accordant un simple à Max Tissenbaum, un double à Kailan Sams, des simples à Phildrick Llewellyn et Adam Ehrlich, un but sur balles à Nick Gotta et un autre simple à Yordan Manduley suivi d’un mauvais lancer. 

Dans sa grande générosité, il a ensuite ajouté un simple à James McOwen, un optionnel à TJ White, un simple à Zach Wilson et un autre simple à Tissenbaum dans la même manche. C’était assez pour le gérant Brooks Carey, qui l’a remplacé par Zach Arneson.

Le releveur a accordé un autre simple à Sams qui a permis à White et Wilson de marquer avant de terminer la manche avec un ballon de Llewellyn et Ehrlich qui a frappé dans un double jeu. Il était cependant trop tard, l’avance des visiteurs était déjà de neuf points.

«C’était coup sûr après coup sûr, j’ai hâte de voir la moyenne de points mérités de Perez après ce match!», a lancé l’entraîneur des Capitales, Patrick Scalabrini, au bout du fil. 

Scalabrini était particulièrement heureux de voir Tissenbaum et Sams, deux joueurs clés qui connaissaient une saison en deçà des attentes, avoir plus d’aisance au bâton. «C’est très encourageant, en espérant qu’ils ont retrouvé leur aplomb pour de bon.» 

Pendant ce temps, le partant des Caps Jay Johnson se faisait avare, lui qui avait un match parfait en poche après quatre manches et un tiers. En fin de compte, il n’aura permis que deux coups sûrs, dont un double d’un point de l’ancien espoir des Mariners de Seattle Carlos Triunfel en cinquième.

«Jay a été très, très bon, il était en contrôle, il a vraiment bien fait ça et on en avait grandement besoin», a commenté Scalabrini à propos du partant ontarien.

La pluie qui s’est abattue sur le stade Yogi Berra de Little Falls a cependant mis fin au match après cinq manches et empêché les deux formations de disputer la seconde partie du programme double rendu nécessaire en raison de la remise du match de vendredi.

«Le terrain était impraticable et il faudra finalement jouer un programme double dimanche. C’est une arme à deux tranchants, car on se retrouvera une journée cette semaine sans partant disponible. Normalement, ça ne nous dérange pas outre mesure, mais à l’approche des séries, c’est moins intéressant.», conclut Scalabrini, qui donnera alors la balle à Karl Gélinas et Wendell Floranus.